Vous êtes ici >> Actualités A la une Société L’ONU exige que Brazzaville cesse d’expulser des ressortissants de RDC

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

L’ONU exige que Brazzaville cesse d’expulser des ressortissants de RDC

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

L’ONU a exigé lundi que le Congo-Brazzaville cesse d’expulser des ressortissants de la République démocratique du Congo comme il le fait depuis bientôt deux mois.

Les Nations unies « exigent que cessent immédiatement les expulsions de ressortissants de la RDC » vivant au Congo-Brazzaville, indiquent le chef de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco), le diplomate allemand Martin Kobler, et la représentante spéciale chargée de la question de la violence sexuelle dans les conflits, Zainab Hawa Bangura, dans un communiqué.

Depuis le 4 avril, ajoute l’ONU, « plus de 130.000″ citoyens de RDC ont été expulsés du Congo voisin et les relations se sont tendues entre « les deux capitales les plus proches au monde » que sont Kinshasa et Brazzaville.

Le président congolais Joseph Kabila a déjà demandé – mais en vain – à son homologue de Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, de suspendre l’opération « Mbata ya bakolo » (« la gifle des aînés ») lancée le 4 mars 2014 par le directeur général de la police. Cette opération consiste à refouler tous les étrangers en situation irrégulière vivant en République du Congo.

Source Romandie, 26 mai 2014


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir