Vous êtes ici >> Actualités A la une Société Congo: Expulsion de la journaliste Sadio Kante-Morel

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo: Expulsion de la journaliste Sadio Kante-Morel

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

NOTE DE DAC PRESSE : L’expulsion de notre consœur Sadio Kante-Morel une vraie détérioration de l’environnement médiatique congolais. Cela prouve que la couverture médiatique internationale par des journaliste impartiaux n’est plus souhaitée.  Notre consœur  est sénégalaise , malienne et surtout congolaise par le droit du sol reconnu par la constitution. En réalité, le vrai mobile serait son activisme dans l’affaire d’un autre journaliste étranger opérant au Congo,  Elie Smith qui a  été dernièrement victime d’acte de barbarie innommable. Cela a eu pour effet de montrer le vrai visage du pouvoir de Brazzaville. Un pouvoir dépourvu d’humanité, de la notion du respect  du droit de l’homme et du respect de la profession du journaliste. Un pouvoir qui n’hésite plus à utiliser les méthodes hitlérienne pour museler la presse et toutes les personnes revendiquant une quelconque liberté d’expression. Sommes –nous encore dans un Etat de droit ? Un pouvoir  qui cultive soi même  son discrédit et  met en avant son barbarisme mérite t-il  d’être applaudi ?

Ma sœur , toute la presse du Monde est à tes côtés , tu rentreras chez toi dans peu de temps pour continuer à faire ton boulot dans toute la transparence

DAC

......................................

Article d'oeildafrique.com

Décidément, il ne fait pas bon être journaliste à Brazzaville. Après l’agression du camerounais Elie Smith, c’est le tour de Sadio Kante-Morel, journaliste indépendante, de connaître une mésaventure au Congo. Arrêtée sans raison viable, elle a été expulsé et envoyé à Bamako au Mali.

Sadio Kante-Morel est une journaliste de la place de Brazzaville et connu pour ces prises de positions sans concessions contre les autorités Congolaises. Mais, pour elle ce lundi a été la journée des accusations sans fondement. En effet, madame Kante-Morrel est accusée de trouble à l’ordre publique, consommation de drogue et séjour irrégulier. Contacter par Œil d’Afrique, elle revient sur son arrestation.

RDV chez le Directeur Général de la Police, Jean-François Ndenguet

Embarquée vers une heure du matin par des agents de police refusant de lui notifier l’objet de son arrestation. C’e n’est qu’une fois dans les locaux du commissariat central où elle devait selon un membre de la police rencontrer le directeur de la police, Jean-François Ndenguet.

De nationalité Congolaise

Née d’une mère Sénégalaise et d’un père Malien, Sadio Kante-Morel a vu le jour à Poto-Poto, le 3ème arrondissement de Brazzaville. Une situation prévu par la constitution congolaise qui reconnais la nationalité à toute personne né sur son sol. D’ou la surprise de la journaliste lorsqu’on lui explique qu’elle serait en situation irrégulière dans son pays natal.

La pression dans le travail

La journaliste revient également sur les menaces dont elle fait l’objet. Ces prestations dans l’émission Point de Presse sur la chaîne MNTV ne « sont pas toujours du gout du gouvernement. » Notons qu’elle fut celle qui a mis à la une l’agression du journaliste Elie Smith conduisant à une mauvaise publicité pour Brazzaville.

Propos recueillis par Roger Musnadji

Paris – oeildafrique.com
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir