22/08/2017

Dernière mise à jour07:00:34 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Société HOMMAGE A UNE JEUNESSE CONGOLAISE MEDIOCRE, PASSIVE, OISIVE ET SANS AMBITION

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

HOMMAGE A UNE JEUNESSE CONGOLAISE MEDIOCRE, PASSIVE, OISIVE ET SANS AMBITION

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La jeunesse du Congo Brazzaville est gangrenée par l’oisiveté et la passivité, elle attend on ne sait trop quoi pour se faire une place au soleil. Le traumatisme des guerres civiles récentes et la militarisation excessive du pays n’expliquent pas la décrépitude avancée et indécente de cette jeunesse réduite à la mendicité ou à la débrouillardise de la plus petite enfance jusqu’à l’âge adulte.

Les raisons de ce coma traumatique prolongé de la jeunesse du Congo Brazzaville sont à rechercher assurément dans l’éducation, la résignation et la démission des élites qui sont censés donner l’exemple (il n’y a pas meilleure école que l’exemple).

Les pays stagnants sont le produit de peuples stagnants, d’où émergent très logiquement des dirigeants médiocres.

Année après année le système en place à réussit à faire des congolais le peuple le plus médiocre d’Afrique. (Un ami ouest africain me demandait récemment comment les congolais peuvent être aussi passifs alors que leur pays s’enfonce dans l’abîme jour après jour).

Au Congo Brazzaville l'école qui devrait éduquer et conscientiser les jeunes pour en faire des citoyens est une machine à fabriquer du rebut social, des "inadaptés" qui vivent de rapines et attendent leur tour pour être pistonné ; ainsi, ils pourront se fondre dans les méandres d’un système sclérosé où le mérite et la compétence ne veut plus dire grand-chose.

La jeunesse congolaise semble ne pas avoir d’ambition si ce n’est celle de remplacer ceux qui détruisent leur pays pour faire exactement comme eux ; dans tout le pays les jeunes diplômés ou non diplômés se contentent des rapines qu’on veut bien leur laissé ; les bras ballants, toute honte bue les jeunes congolais sont devenus des zombis, des pots de colle rompus à la débrouillardise que les parents n’arrivent pas à se défaire ; l’âge moyen pour quitter le domicile des parents au Congo Brazzaville est passé à 40 ans; à cet âge, beaucoup n'ont jamais eu la possibilité d'avoir un salaire.

Les jeunes cadres promus, suivant des critères non orthodoxes, ne sont, à 95%, pas des modèles de réussite scolaire et/ou universitaire, afin de servir d’exemples aux autres, si bien que le résultat de leur participation au développement du pays est globalement décevant.

Une analyse objective de cette situation montre que les jeunes congolais sont eux-mêmes responsables de ce qui leur arrive, en se marginalisant à travers un certain nombre de mécanismes d’auto-marginalisation.

En effet, dégout pour les bonnes et sérieuses études, préférence pour des pratiques et habitudes qui éloignent de la réflexion prospective qui, seule libère, l’embrigadement dans les partis et associations politiques tenus par des personnes âgées, qui les utilisent comme marchepieds, en exploitant la précarité de leur situation sociale pour les maintenir sous la minorité.

Quant à ceux qui ont réussi à quitter le pays, nombre d’entre eux se contentent des miettes que les autochtones veulent bien leur laisser car disent-ils "mieux vaut être mal utilisé dans les pays des autres que de ne pas être utilisés du tout chez soi…"

Résignée, sclérosée, abrutie par la débrouille pompeusement appelé l’informel, le verbe haut, sans ambition pour eux même, pour la société et pour leur pays par manque de courage, la jeunesse congolaise a confié son avenir aux églises de réveils qui pullulent au Congo Brazzaville, à paris et dans toutes les grandes villes. Chacun sait pourtant que les prières ne suffisent jamais à réformer un système politique ou à faire une révolution (ne dit-on pas aides toi et le ciel t’aidera ?)

Grandes gueules, donneurs de leçons et adeptes de l’indignation sans action, les congolais, jeunes ou moins jeunes aiment trouver des boucs émissaires tout comme leurs dirigeants pour se donner le bon rôle et se dédouaner de leurs responsabilités (c’est toujours la faute des autres...).

Jeunesse Congolaise, ne vous faites aucune illusion, les autres (et surtout pas la France) ne vous émanciperont jamais, les jeunes tunisiens ne viendront jamais libérer le Congo ; votre souffrance durera aussi longtemps que durera votre peur et votre passivité (Dieu sera toujours aux abonnés absents pour ceux qui ne se prennent pas en main).

Le Congo Brazzaville est devenu un concentré de tous les maux de la planète et de l’humanité. Niveau de vie très faible, crise politique, économique, sociétale et morale, manque d’eau potable, électricité au compte goute, corruption généralisée, prostitution, pédophilie, difficultés d’accès aux soins, à l’éducation, misère sociale indicible, enfants de rue, mendicité à tous les coins de rue, etc..

Jour après jour, le nombre de misérables et de pauvres augmente; les apprentis sorciers qui aiment les raccourcis et les mystificateurs parlent sans arrêt de paix, de l’industrialisation en cours et surtout du chemin d'avenir en passe de devenir un chemin sans avenir...

Vive la jeunesse!

Patrick Eric Mampouya


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir