22/08/2017

Dernière mise à jour07:00:34 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Société COMPLEXE QUAND TU NOUS TIENS !

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

COMPLEXE QUAND TU NOUS TIENS !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Ce qui se passe dans le football africain est l'illustration parfaite du complexe d'infériorité secrété par les dirigeants africains. L'entraîneur Florent Ibengué est resté le seul entraîneur noir de toutes les équipes qualifiées pour le quart de finale.

L’entraîneur Florent Ibengué à travailler sans contrat jusqu'au 30 décembre 2013 pour qualifier l'équipe de la RDC. Raison invoquée par la fédération de football de la RDC "il devait faire ses preuves", alors qu'il avait toutes les preuves de sa compétence.

Claude Leroy, ancien entraîneur de l'équipe de la RDC le sait et il profite de la naïveté béate des dirigeants de Brazzaville après avoir profité de celle de la RDC.

Aucune fédération africaine n'oserait demander à un entraîneur blanc ou expatrier de faire ses preuves avant de signer un contrat. Et cela est vrai dans tous les domaines d'activités, à compétences égales, nos dirigeants préfèrent avantager les expatriés. Quant à la rémunération c'est encore pire, à compétence égale, un autochtone ne peut pas gagner autant qu'un expatrié.

A Brazzaville c'est encore pire qu'ailleurs, lors des congrès ou des rencontres internationales, on fait venir à Brazzaville des journalistes ou des présentateurs étrangers comme si le pays manquait des maîtres de cérémonies capables de présenter les orateurs.

Voilà l'illustration parfaite de ce que subissent (je l'ai subi moi-même) les congolais de la diaspora qui décident d'aller travailler au pays.

Complexe quand tu nous tiens ! Le dirigeant congolais est fier d'avoir pour ami ou de serrer la main d'un blanc même quand celui-ci est un escroc de première classe qui démolit son pays.

Ainsi donc, tous les contrats publics importants sont signés avec les expatries et, on se retrouve dans des pays où le tissus économique est détenu par les expatries alors que les autochtones, même compétents deviennent des oisifs dans leurs propres pays.

Complexe quand tu nous tiens !

Patrick Eric Mampouya

***

Ils ont dit :

Marion Michel Madzimba Ehouango :

Les petits ont joué sous trop de pression politique...Si les Diables rouges avaient gagné les bénéficiaires en auraient été ceux qui ont tapissé pays de banderoles suggestives liant le sport à la politique. Nous devons savoir tirer des leçons de nos malheurs afin que les prochains jeux africains organisés dans notre pays ne génèrent pas de troubles sociaux. Le sport doit être un moment de communion nationale et non un moyen de propagande politique.


 

 

 

 

 

 

 

 

Clémentl Mierassa :

Interpellation de la jeunesse.

Les derniers événements qui se sont déroulés dans le pays constituent pour moi une véritable interpellation de toute la classe politique et de tous les acteurs politiques par la jeunesse congolaise. Celle-ci est préoccupée par sa situation et l'héritage que l'on va lui léguer. Trop de fausses promesses et d'engagements non respectés. On peut parler de l'emploi pour lequel il était prévu de recruter plus de 40.000 emplois par an, de la situation catastrophique de l'école, de la situation évanescente de la santé, du manque d'eau, d'électricité, difficultés des transports, du coût de la vie, l’enrichissement illicite, les vols, les détournements des deniers publics, la corruption, la concussion, le népotisme, la gestion clanique et autres. Il faut reconnaitre qu'il y'a un véritable malaise et ceci malgré une situation financière extrêmement bonne que le pays a connu au cours de ces dernières années. Les acteurs politiques doivent réaliser maintenant que ce n'est pas en remettant quelques miettes 2.000, 5.000 frs ou autres à quelques jeunes que l'on résout les problèmes de la jeunesse.

Les acteurs politiques doivent bien analyser ces problèmes et chercher les solutions idoines à apporter.

Je crois qu'il y'a des compatriotes qui veulent créer de la confusion alors que les choses sont claires et simples. Les partisans de Denis Sassou Nguesso qui lui souhaitent une présidence à vie, doivent accepter la réalité qui est peut être triste pour eux. Sassou exerce son deuxième, ultime et dernier mandat. Il a suivi lui-même avec beaucoup d'attention l'intervention du Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-Moon à l'ouverture du 24ème sommet de l'Union Africaine. Celui-ci a appelé les dirigeants africains à ne pas s'accrocher au pouvoir et à quitter celui-ci dès la fin de leurs mandats.

Après Barack Obama, François Hollande, Ban Ki-Moon et bien d'autres, les choses sont claires et doivent permettre aux Congolais de préparer en 2016 une élection libre, démocratique et transparente à laquelle Denis Sassou Nguesso ne prendra pas part!

 

Florent Ibenge : « On est capable de faire bien »

« Il y avait une charge émotionnelle qui a fait que l’on n’a pas développé notre jeu en première mi-temps », raconte Ibenge d'une voix cassée. En seconde période, les deux buts du Congo ont « beaucoup énervé » les joueurs de RDC, selon Ibenge. « Quand vous êtes menés 2-0, vous pensez que c'est fini, et on a joué dessus. On manquait de chance et on avait de la maladresse, on ne réussissait pas à marquer, mais on avait quand même le match en main », précise-t-il. « On est capable de faire bien et je demande à mes joueurs de se libérer. Il faut toujours que l’on nous titille pour que l’on réagisse. On monte en puissance, mais on n’a pas encore imposé notre jeu. » Les Léopards qui continuent l’aventure veulent encore prouver des choses.

« C’était un match capital, on doit continuer », se contente de dire Chancel Mbemba. A Kinshasa, les habitants doivent faire la fête à sa santé et aussi à celle de Dieumerci Mbokani qui a doublé la mise face aux Diables rouges. « J’ai fait mon travail, j’ai marqué deux buts. Je suis fier et heureux. Je voudrais que le peuple de RDC nous soutienne encore plus », avoue l’ancien attaquant de Monaco.

De l’autre côté du fleuve Congo, ce doit être la soupe à la grimace. Brazzaville a dû jubiler après les deux premiers buts avant de se rendre compte qu’une rencontre dure 90 minutes et que tout est possible. « Je suis très déçu pour les gars, la nation, tout le monde. C'est dommage, à 2-0, de prendre quatre buts comme ça. On va mûrir, gagner en expérience. Passer le 1er tour avec 7 points, c'était déjà remarquable, on voulait aller plus loin. Il faut garder le positif, on revient de loin. On n'a pas su gérer cette nouvelle situation de mener 2-0, à nous d'apprendre pour l'avenir », balance les yeux dans le vague Prince Oniangué, le capitaine du Congo. « Quand on mène 2-0, on n'est pas loin du rêve, mais le rêve n'était pas là, et c'est terrible », conclut Claude Le Roy, son sélectionneur.


Commentaires  

 
0 #4 Test Fidelite 27-08-2016 12:52
Article extra, je partage sur twitter
Citer
 
 
0 #3 ethnies 27-08-2016 01:35
Article génial, je partage sur les réseaux
Citer
 
 
0 #2 Alain Gandzion 01-02-2015 15:28
La police a decrèté un Couvre-feu aujourd'hui à BRAZZAVILLE à partir de 18h00.

J'ai lu: " Au lieu de se remettre en cause ,le gouvernement congolais culpabilise la jeunesse qu'ils ont marginaliser ,j'ai vu de mes yeux des jeunes garçons ou filles de 8 ans marchés avec des casseroles entre leurs mains.... Je ne suis pas sur que ces enfants très jeunes puissent être instrumentalisé e et manipulée...la fracture sociale est énorme ici et cette monté de patriotisme doit interpeler le pouvoir public.....car je vois des jeunes déterminés qui n'ont plus peur de la mort car pour eux,ils sont déjà mort..... Oui...les frustrations créer par ce pouvoir sont énormes et peuvent être dangereux pour l'unité nationale.....il est temps de se ressaisir..... Sinon il sera trop tard......" Diafouka kevin
Citer
 
 
0 #1 Jean Samba 01-02-2015 15:06
BRAZZAVILLE‬

A Bifouiti, les tables de marche brulees. Aucune boutique n'a ete épargnée, pourtant ce marché et les boutiques sont a zero metre du camps de la gendarmerie. Un innocent est mort, axphysié par la bombe lacrymogene. Les hommes de l'ordre sont entrés en pillage. Censés proteger la population, contrairement ils se sont lancées aux actes inciviques: braquages et pillages

‪#‎OUESSO‬
Hier soir les policiers ont tapé les jeunes qui manifestaient leur colère, un jeune est décédé
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir