27/06/2017

Dernière mise à jour07:34:48 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Société L’affaire Mbemba en jugement le 5 juin

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

L’affaire Mbemba en jugement le 5 juin

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le 18e anniversaire du « 5 juin 1997 » sera célébré, cette année, à la Cour suprême. En renvoyant, à l’audience du 5 juin 2015, l’affaire Me Mbemba portant demandes de mise en liberté d’office pour multiples violations de la loi de Messieurs Mbango, Samba Mountou et Mabary, la chambre pénale de la Cour suprême du Congo avait bien choisi sa date.

Celle-ci symbolise, en effet, le début des bouleversements qui vont entraîner, en 1997, le changement de régime au Congo. En cette année, la date de cette audience à la Cour suprême va marquer à son tour le commencement de la mise à plat du régime Sassou avec, particulièrement, les exposés vivants des arrestations illégales, des perquisitions infructueuses, des détentions arbitraires, des tortures, des déportations et autres traitements inhumains et dégradants, des mensonges éhontés – tous faits reproduits avec des précisions saillantes, entre autres, dans le Rapport OCDH 2015.

Et dire que le procureur général près la Cour d’appel avait requis, en octobre 2014, la mise en liberté d’office de ces personnes détenues depuis mars 2013, sans mandat de dépôt, ni inculpation d’un juge d’instruction et contre lesquelles aucune preuve d’aucune sorte n’a été rapportée, en dehors des « aveux » extorqués sous la torture, y compris dans le sang, dans un pays membre du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ! Mais le procureur général près la Cour suprême, Georges Akiéra, cousin de Sassou Nguesso, s’y oppose fermement, comme il refuse l’hospitalisation de Samba Mountou, qui n’a cessé de saigner abondamment à la Maison d’arrêt de Brazzaville. Un autre mort en détention en perspective après Souami ? Les avocats s’apprêtent à saisir la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples si leur action échoue à la Cour suprême, ce qui va bloquer la suite de toute procédure au Congo.

Jean Paul Tédga

Source Afrique Education, Numéro 416


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir