Vous êtes ici >> Actualités A la une Société Un voyou en col blanc nommé OSCAR OTOKA

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Un voyou en col blanc nommé OSCAR OTOKA

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Scandale à grande échelle dans la Sangha, Oscar OTOKA des grands travaux s'attaque aux forêts. Lui c'est Oscar Otoka, un richissime commis de l'Etat du « Chemin d'Avenir », Coordonnateur Technique à la Délégation Générale des Grands Travaux (DGGT).

Son poids financier serait proportionnel au 80% du budget d'investissement que gère la Délégation Générale des Grands travaux. Il sert d'interface entre les différentes sociétés et multinationales qui contractent avec la DGGT. Il n’y a qu'a circulé dans les différents arrondissements de la ville capitale pour se voir désignés d'immenses bâtisses, propriétés de monsieur Oscar Otoka, preuve irréfutable de son immense patrimoine immobilier. L'homme défraie souvent la chronique des gazettes ou des rumeurs au sujet des vols et autres rackets, de fortes sommes d'argent, perpétrés parfois dans ses multiples résidences à l'intérieur du pays, parfois victime des faussaires utilisant sa signature en contrepartie d'éventuels marchés publics.

D'un banal conflit familial, nos reporters ont été interpellés sur une acquisition forestière dont les contours et objectifs intriguent. L'acteur de cette acquisition étant par ailleurs un grand commis de l'Etat, les zones d'ombre s'épaississent davantage. Nos tentatives d'avoir la version du coordonnateur technique Oscar Otoka étant restées vaines, notre rédaction s'est employée à faire parler les présumés victimes, tout en s'interrogeant sur les motivations réelles d'une telle boulimie.

Du litige familial au scandale d'Etat !

Le secteur forestier congolais est régi par la loi n° 16-2000 du 20 novembre 2000 portant Code forestier, modifiée par loi n° 14-2009 du 30 décembre 2009. Toutefois, il sied de noter l’existence d’autres textes d’accompagnement.

Par ailleurs dans le cadre de l'organisation du domaine forestier et titres d’exploitation, les ressources naturelles, en particulier les forêts, constituent la propriété de l’Etat, conformément à la Constitution du 20 janvier 2002. Toutefois, l’Etat peut confier aux opérateurs privés le droit de conduire des activités d’exploitation forestière.

En l'espèce, un litige, voir un grave contentieux couve actuellement dans la Sangha, notamment entre monsieur Oscar Otoka et la famille Tonda, les ayants droits de la forêt Mboukia acquise dans des conditions illégales et opaques par le sieur Oscar Otoka.

En effet, la forêt Mboukia est située aux encablures du village Loboko dans la région de la Sangha. Cette forêt est la propriété de monsieur Lokota, propriétaire foncier, selon nos us et coutumes, celui-ci étant le père de Madame Tonda Henriette. Tonda Henriette fût l'épouse de Monsieur Bomou Jean, et de cette union n'acquit trois hommes et une fille.

De part son emplacement géographique et ses potentielles richesses, la forêt de Mboukia a toujours été convoitée. Il sied de signaler qu'il n'y a jamais eu de conseil de la famille Tonda désignant une personne physique ou morale en charge de gérer le patrimoine foncier de madame Tonda Henriette dans la Sangha.

Curieusement, une grande majorité des ayants droits fût surpris par une opération de vente de la forêt de Mboukia au profit de monsieur Oscar Otoka. Cette transaction qualifiée de frauduleuse, opaque et illicite par les ayants droits n'a concerné qu'un des fils de Tonda Henriette, bien entendu à l'insu des autres descendants de la famille. Dix huit millions de Cfa ((18.000.000) tel est la modique somme perçue indument par un des fils TONDA. Ce dernier est une personne très âgée, ayant perdu du fait de la maladie ses facultés physiques et intellectuelles ; On se croirait plonger dans l'affaire de la richissime femme d'affaires française Liliane Bettencourt, spoliée par un entourage véreux censé gérer son immense patrimoine. Ces faits ainsi relatés accréditent non seulement une affaire d'Etat, parce qu'il s'agit des immenses zones forestières, ils mettent en lumière un autre volet sociétal. « L'affaire Otoka/Tonda » tend à institutionnaliser un phénomène devenu courant au Congo. Des fortunes aux sources nébuleuses qui se fondent dans les familles, les divisant, tout en s'appropriant des patrimoines colossaux à vil prix. La notoriété et la puissance des acquéreurs, souvent des dignitaires faisant le reste, face à une justice onéreuse pour les victimes, aux ordres des puissants et autorités de la place.

Qu'est ce qui fait courir Oscar Otoka dans la forêt Mboukia ?

Le 1er août 2012 à Brazzaville la société brésilienne Asperbras spécialisée dans les tuyaux d’irrigation et de bâtiments industriels s’est vue confier, par notre tout puissant et imposant Jean Jacques Bouya notre Hausman des tropiques, un projet de cartographie géologique, prospection minière et géophysique pour un montant de 200 millions de dollars (100 milliards de FCFA).

Entre autres objectifs de ce projet figuraient : la cartographie géologique avec une production des cartes couleur aux échelles de 1/ 200 000 à 1/100 000 ainsi que des cartes de synthèse régionales à 1/ 500 000 ; l’inventaire minier et prospection des ressources minérales et des matériaux ; la mise en place d’un système d’information géologique et minière qui constitue le support organisationnel de l’ensemble des données compilées et acquises dans le cadre de ce projet ; la reconstitution du fonds documentaire du Ministère des mines et de la géologie. Les conclusions de ces études n'ont à ce jour jamais été rendues disponibles.

De l'avis des ayants droits de la forêt de Mboukia, ce soudain et vif intérêt de monsieur Oscar Otoka cache manifestement le potentiel minier et autres de cette immense forêt, consécutive au projet de cartographie géologique, prospection minière et géophysique. Les anciens ne s'étaient pas trompés en léguant à leur ayant droits ce patrimoine forestier.

Il se dégage là un conflit d'intérêt manifeste, un délit d'initier, une acquisition forcée. De l'avis des experts, cette acquisition / expropriation est contraire aux normes juridiques et environnementales en vigueur.

Par ailleurs, la famille Tonda conscient du vice de procédure et du lourd préjudice subit, face au silence de monsieur Oscar Otoka s'est engagée à saisir les organismes non gouvernementaux ainsi que les organes judiciaires face à ce qu'elle considère comme un scandale d'Etat, doublé de la loi des plus forts, ce qui brouille le message du Chef de l'Etat, le Président Sassou Nguesso, leader en matière d'afforestation et du défi climatique dans le monde.

(Affaire à suivre)

Patrick Éric Mampouya


 

Commentaires  

 
0 #9 jeune politique 22-06-2015 10:55
faites vous valoir de vos idées que de dénigrement. la hache de guerre à mossaka avait déjà été enterrée. Domage que certains analystes ne comprennent pas qu il s agit là d un combat de positinnement politique. Dix huit millions, même pas un terrain nu de 400 m2 a talangai, c est ca la gabegie. Qui connait la prime de ce monsieur à chaque fin de chantier?
Citer
 
 
0 #8 cadre Mossaka 18-06-2015 09:42
D une simple acquisition aux fins probablement agricoles aux injures dans les médias, je pense que c est un acharnement. cadres du terroir, cessons de nous entretuer. Cet article ne pouvait pas être écrit par un Mapouya ou un malonga. c est sur que c est une imagination d un Mapouyabéka ou un Malongabéka dans le seul souci d arrêter politiquement ce jeune, ceci intervient juste après la cession du conseil à Mossaka, histoire de le décourager. C est triste.
Citer
 
 
0 #7 cadre DGGTx 18-06-2015 09:05
80 pour ent du budget de la DGGTx fois treize ans pour Otoka seul ? 20 pour cent restant pour les travaux.est ce possible? Voila chef Oscar que la politique t emène des ennuis
Citer
 
 
0 #6 Guy Mafimba 17-06-2015 15:40
Mon Dieu ! 18 millions pour une étendue de forêt, mais c'est de la corruption en bonne et due forme. Mais que cache cette forêt ? Il y a du tout dans cette affaire : trafic d'influence, corruption, délit d'initié...Mon Dieu ! nous sommes foutus.
Citer
 
 
-1 #5 Oscar OTOKA 17-06-2015 11:34
Mes chers compatriotes. Ce que je viens de lire est abominable. Ne nous précipitons pas à fusiller ou pendre des gens. L' Eglise Romaine l a fait contre le physicien Galilée. Les humains l ont fait contre Jesus. C est domage que la haine et la calomnie ont gagné le monde. Je suis disposé à recevoir quiconque pour parler de cette question. salutations à tous.
Citer
 
 
-1 #4 Originaire Mossaka 17-06-2015 11:12
Géoconsult est un cabinet congolais qui travaille avec la DGGTx comme tous les autres cabinet internationaux ou nationaux. Son Directeur général est un ami a OTOKA qu il connait depuis 1995. quand aux autres biens évoqués dans le journal, c est un copier coller aux fausses informations divulguées et démenties par les journaux de la place en 2013. Oui, en sa qualité de Coordonnateur Technique il est le principal interlocuteur technique des projets sous son pilotage. Nos encouragements pour ce cadre passioné de la terre. si tous les cadres faisaient comme lui on lutterait significativeme nt pour l autosuffisante alimentaire et le chommage en milieu rural. Enfin, les problèmes ne font que commencer pour ce cadre qui certainemnt fait de l ombre aux grands, surtout quand il essaie d avoir un regard sur la politique. il sort de la session du conseil départemental de la Cuvette qui s est tenue dans son Mossaka natal.
Citer
 
 
-1 #3 Originaire Mossaka 17-06-2015 10:57
Oscar OTOKA est ingénieur en 1990. et a fini sa spécialisation a Paris en 1994. il rentre au pays en 1995 et travaille à TABET. . C est un passioné de l'agriculture, dommage que son Mossaka natal ne lui offre pas de terres. A l image des cadres ouest africains ou camerounais il passe toutes ses vacances dans son terroir de la Likouala Mossaka qu il aime bien. La fameuse forêt de Mboukia dans les environs du village Loboko se situe dans le district de Loukoléla à coté de de sa petite exploitationn agricole . A la DGGTx OTOKA ne pilote pas le projet sur la cartographie minière. qu à cela ne tienne, Le sous sol appartient à l ETAT et non aux individus. A la proposition faite par les ayants droits, OTOKA l a accepté entre autre pour une extension future à ses activités agricoles et n a aucun regard sur l exploitation forestière ou minière. le prix indiqué dans la lettre est érroné. OTOKA serait près à accepter le rembousement et remettre l'espace.
Citer
 
 
0 #2 FILS DE LA SANGHA 17-06-2015 08:13
ATTENTION! ATTENTION! ATTENTION!
COMPATRIOTES MBOCHIS!
NE VOUS MÉPRENEZ PAS! LE CALME ET LA TRANQUILLITÉ DES FILS DE LA SANGHA N'EST PAS UNE FAIBLESSE!
NOUS SOMMES POUR UN CONGO UNI ET PROSPÈRE MAIS PAS AU PROFIT D'UNE SEULE TRIBU EN L’OCCURRENCE LES MBOCHIS!
CMMENT CE PETIT DIPLOME SANS EMPLOIS IL YA QUELQUES ANNEES PEUT S'OCTROYER AUTANT DE BIENS DE LA SANGHA?
Citer
 
 
0 #1 le fils du pays 16-06-2015 11:05
Tous ceux qui ont travaille le Congo depuis les annees 60 jusqu'a 2016 doivent etre pendus.Otoka un autre grand voleur,ils ont tous mis des structures paralelles dans le domaine de la construction pour surfacturer et piller(le bureau Geo consult)apparti ent a ce voyou.Tous ces gens doivent etre fusilles au meme titre que leur chef supreme
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir