Vous êtes ici >> Actualités A la une Société WILFRID NGUESSO PERSONA NON GRATA AU CANADA

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

WILFRID NGUESSO PERSONA NON GRATA AU CANADA

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Riche et interdit de territoire

Soupçonné par la justice française d’avoir pillé son pays, le fils du président du Congo-Brazzaville veut déménager ses affaires à Montréal, où il a déjà installé sa famille et une partie de sa fortune, a appris La Presse. Le Canada veut l’en empêcher, mais vient d’essuyer un revers en cour.

Visé par une vaste enquête de la justice française sur le pillage de son pays, le fils adoptif du président du Congo-Brazzaville veut déménager ses affaires vers Montréal, où il a déjà installé sa famille et une partie de sa fortune, a appris La Presse. Les autorités canadiennes aimeraient bloquer la venue de celui qu’elles soupçonnent d’être un véritable kleptocrate, mais elles viennent d’essuyer un revers devant la cour.

«Il ne faut pas voir le mal partout!», a lancé Wilfrid Nguesso lorsque les agents d’immigration canadiens l’ont interrogé sur la fortune de sa famille, soupçonnée d’avoir pillé le Trésor public de la république du Congo (communément appelée Congo-Brazzaville), l’un des pays les plus pauvres du monde, pour financer une orgie de dépenses de luxe.

Si Wilfrid Nguesso était interrogé par les fonctionnaires de l’ambassade canadienne à Paris ce jour de septembre 2012, c’est parce qu’il cherche depuis des années à immigrer à Montréal et y déménager ses affaires. En France, où il est présentement résident permanent, l’air commence à être irrespirable pour lui.

Wilfrid Nguesso est le neveu et le fils adoptif du président Denis Sassou-Nguesso, homme fort qui a dirigé le Congo-Brazzaville sous un régime de parti unique de 1979 à 1992, puis est revenu au pouvoir par la force au terme d’une guerre civile en 1997. Il a depuis remporté deux élections très contestées.

En France, la famille Nguesso est visée par une enquête judiciaire surnommée l’affaire des «biens mal acquis», qui fait la manchette depuis des années.

Plainte d’ONG

Ce sont des organisations non gouvernementales (ONG) anticorruption qui ont porté plainte à la justice française contre les familles de trois chefs d’État africains, dont Denis Sassou-Nguesso. Des juges d’instruction épaulés de policiers enquêtent sur des soupçons de «détournement de fonds publics», «blanchiment» et «abus de biens sociaux et de confiance». Les familles visées sont soupçonnées d’avoir détourné les fonds publics des pays qu’ils contrôlent pour accumuler des fortunes colossales en France.

L’affaire des « biens mal acquis» pourrait mener à des saisies d’actifs par les autorités françaises dans le but de les redistribuer aux populations flouées. C’est ce que visent les plaignants.

C’est dans ce contexte que la demande de Wilfrid Nguesso pour immigrer au Canada a été étudiée par les autorités canadiennes. La Presse a retracé les documents de sa demande dans les archives de la Cour fédérale.

M. Nguesso a présenté sa demande de résidence permanente le 27 décembre 2006, peu avant le dépôt d’une première plainte d’ONG anticorruption en France. À cette époque, sa conjointe et ses enfants venaient de s’établir à Mont-Royal, où ils occupent toujours aujourd’hui une luxueuse demeure bardée de caméras de surveillance.

Dès le dépôt de sa demande en 2006, Citoyenneté et Immigration Canada a entrepris une enquête approfondie sur ses finances et sa possible implication dans des détournements de fonds. L’enquête allait durer sept ans. Elle s’est concentrée en grande partie sur Socotram, l’entreprise dont Wilfrid Nguesso est le PDG et qui possède une filiale à Montréal.

Socotram est détenue à 45% par l’État congolais et à 55% par des intérêts privés. Le Congo-Brazzaville lui a délégué le droit de percevoir des droits de trafic maritime de plusieurs millions par année sur les chargements de pétrole qui quittent le pays par bateau.

Les fonctionnaires canadiens ont constaté que le traitement du PDG semblait « sans lien avec la réalité de [ses] activités professionnelles». Ainsi, il aurait bénéficié :

  • d’un salaire annuel de 3 millions de dollars;
  • de plusieurs logements de fonction;
  • d’une prise en charge des frais d’éducation de ses enfants;
  • de véhicules de luxe dans différents pays;
  • de la possibilité de se transférer des fonds de la société à lui-même.

Une «organisation criminelle »


Les fonctionnaires croient que derrière des sociétés écrans, le véritable propriétaire est Wilfrid Nguesso, qui a pris le contrôle de la collecte des droits maritimes congolais en collaboration avec sa famille « dans un but d’enrichissement personnel ».

Le verdict est tombé en décembre 2013 : les autorités canadiennes ont déclaré M. Nguesso interdit de territoire au Canada car il y avait des motifs raisonnables de croire qu’il est membre d’une « organisation criminelle » qui s’est livrée à des activités de criminalité organisée en détournant les fonds de la Socotram. À partir de ce moment, M. Nguesso s’est vu interdire de visiter ses proches à Montréal. Mais il a contesté la décision des fonctionnaires devant la Cour fédérale.

En juillet dernier, une juge lui a donné partiellement raison: elle a annulé le refus de résidence permanente sous prétexte que les fonctionnaires ont été injustes de deux façons avec le demandeur : ils n’ont pas identifié précisément l’organisation criminelle dont il est soupçonné de faire partie, et ils n’ont pas identifié de crimes dans le Code criminel canadien qui correspondraient aux infractions dont il est soupçonné en France.

Le dossier a donc été retourné aux fonctionnaires pour qu’ils refassent leurs devoirs. On ignore à quelle date ils rendront une nouvelle décision sur la demande d’immigration. Lorsque ce sera fait, M. Nguesso pourra à nouveau la contester s’il croit encore avoir été floué dans ses droits.

D’ici là, M. Nguesso ne peut toujours pas mettre le pied au Canada. Son avocate n’a pas rappelé La Presse. Personne n’a répondu lorsque nous avons tenté de joindre sa conjointe à Mont-Royal.

Consultez le dernier résumé de l’affaire des «biens mal acquis» préparé par Radio France internationale : http://www.rfi. fr/afrique/20150206-bienmal-acquis-vers-une-vasteoffensive-judiciaire-France

Vincent Larouche

Source : http://www.pressreader.com/…/20150…/281479275181048/TextView

***

*** La maison de Wilfrid Nguesso à Mont-Royal, est évaluée à 1,2 million de dollars. Sa fa­mille y réside, mais lui-même n’a plus le droit d’entrer au Canada, car les autorités considèrent qu’il est membre d’une organisation criminelle.

****

Biens mal acquis : LES AVOIRS DE WILFRID NGUESSO DANS LE MONDE


1. MONTRÉAL

ENTREPRISES

• Socotram, division canadienne

ACTIFS RETRACÉS

• Maison à Mont-Royal (évaluée à 1,2 million)

• Mercedes GLK et Chrysler Voyageur (achetées 255 000 $)

• Fonds transférés d’Europe pour au moins 1,2 million (incluant l’argent utilisé pour l’achat de la maison)

CONTACTS, PARTENAIRES

Stéphane Saintonge : Fiscaliste et ancien membre de la commission Séguin sur le déséquilibre fiscal. Condamné à 840 000 $ d’amende pour fraude fiscale en 2012. Il a participé à plusieurs transactions impliquant la famille Nguesso et siège au conseil d’administration de la Socotram. Wilfrid Nguesso l’a décrit comme le principal actionnaire de la Socotram, mais les autorités canadiennes ne le croient pas.

• Jean-Paul Bongo : Cousin éloigné de Wilfrid Nguesso, cet animateur de radio et consultant lavallois est toujours inscrit comme principal dirigeant au Canada de Socotram.

• Claudia Nguesso : Femme de Wilfrid Nguesso, pasteure évangélique, elle était inscrite comme présidente de la division canadienne de Socotram jusqu’en 2012 et a reçu beaucoup d’argent des entreprises de son mari, mais selon ce dernier, elle n’y a jamais travaillé.

2. LUXEMBOURG

ENTREPRISES

• Trading and Shipping : Entreprise appartenant à Wilfrid Nguesso qui a transféré des fonds au Canada pour lui et sa femme.

• Canaan Canada SCI : Entreprise à travers laquelle la femme de Wilfrid Nguesso a acheté la maison de Mont-Royal. L’entreprise logeait chez un cabinet d’avocats, où la police a mené une perquisition à la recherche d’éléments de preuve sur les détournements de fonds par la famille Nguesso.

ACTIFS RETRACÉS

• Aucun, mais les autorités canadiennes ont constaté que la famille Nguesso avait reçu d’importantes sommes transférées au Canada à partir du Luxembourg.

CONTACTS, PARTENAIRES

• Alain Sereyjol Garros : Citoyenneté et Immigration Canada croit qu’il gérait les sociétés-écrans permettant de dissimuler la fortune de Wilfrid Nguesso et le fait qu’il est le véritable propriétaire de la Socotram. Il s’est suicidé en 2007 après un bref passage en prison. Son amoureux a repris ses affaires mais a été trouvé mort d’une surdose de drogue cinq mois plus tard.

3. FRANCE

ACTIFS RETRACÉS

• Appartement de luxe à Courbevoie, près de la Seine. Le logement appartient à Wilfrid Nguesso, mais la Socotram lui paye un loyer pour l’y loger.

• Comptes bancaires (soldes inconnus)

• Aston Martin DB9, Porsche, Panaméra, Range Rover

• 1,05 million d’euros d’achats chez Arije bijoux et montres et 38000euros d’achats à travers Socotram chez Pape maître tailleur, selon les journalistes d’enquête français de Médiapart.

4. CONGO-BRAZZAVILLE

ENTREPRISE

Socotram, une entreprise dont Wilfrid Nguesso est le PDG. Elle est détenue à 45% par l’État congolais. Les autorités canadiennes croient que Wilfrid Nguesso possède les 55 % restants par l’entremise de sociétés-écrans. L’entreprise collecte des millions en droits maritimes sur les eaux congolaises chaque année.

ACTIFS RETRACÉS

• Deux villas

• Comptes bancres (soldes inconnus)

• Deux voitures Lexus

CONTACTS, PARTENAIRES

• Denis Sassou-Nguesso, président du pays de 1979 à 1992 et de 1997 à aujourd’hui.

5. GABON

ACTIFS RETRACÉS

• Audi A7

• Lexus

• Mercedes GLK

CONTACTS, PARTENAIRES

• Omar Bongo, ex-président du pays, qui s’était marié avec la sœur de Wilfrid Nguesso et avait logé au palais présidentiel (le couple présidentiel est mort en 2009).

http://www.pressreader.com/…/20150…/281569469494264/TextView


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir