Vous êtes ici >> Actualités A la une Société Les hommes de Ndengué indexés : Braquage à Voula et 12 cas de vol à main armée au Plateau des 15 ans

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Les hommes de Ndengué indexés : Braquage à Voula et 12 cas de vol à main armée au Plateau des 15 ans

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La semaine allant du lundi 15 au samedi 20 août 2016 n’a pas été seulement marquée par la célébration, dans la  joie, des 56 ans de l’Indépendance du Congo à Madingou (dans le Département de la Bouenza). Elle  a été  aussi marquée par le deuil et la désolation. Notamment à Voula (près de kinkala, dans le département du Pool) où trois véhicules ont été attaqués  par des coupeurs de route, faisant un mort. Ensuite, aux quartiers Plateau de 15 ans et Diata  à Brazzaville, où douze vols à main armée ont été  enregistrés !  Qui en sont les auteurs ?

 

L’opinion se perd  en conjectures… En attendant les résultats d’éventuelle enquête, voici le récit des faits.

Jeudi 18 août, au village Voula, situté entre Soumouna (l’un des fiefs bombardés du Pasteur Ntumi) et Kinkala (chef-lieu du Département du Pool), des hommes en uniformes se réclamant de l’ex-milice Ninja jadis controlée par Frédéric  Bintsamou, ont attaqué successivement un bus de marque « Toyata-Hiace » et deux voitures personnelles. Ils ont ravi de nombreux objets de valeur appartenant aux hommes qui se trouvaient à bord. L’un deux qui a tenté de refuser de livrer sa bourse a été abattu froidement.

Au quartier Plateau des 15 ans, douze vols ont été perpétrés dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 août, dont quatre aux domiciles des paisibles citoyens habitant l’Avenue Loutassi, et huit vols plus loin, en plein cœur dudit quartier !

Quant au quartier Diata, situé derrière le stade Alphonse Massamba-Débat, des bandits armés ont dévalisé, la même nuit, le siège de l’Eglise ICC (Impact Centre Chrétien). Ils ont emporté  le coffre-fort contenant les offrandes destinées au Bon Dieu. Quel sacrilège !

Qui sont les assaillants ?

Une opinion tente de faire tomber les masques

Ces événements sont diversement commentés   ça et là depuis qu’ils se sont produits. Selon une certaine opinion qui a bien voulu se prononcer par exemple sur l’attaque de Voula , village plus proche de Kinkala que de Soumouna, il est inpensable que ce forfait soit attribué aux ex-Ninjas. Parce que ces derniers savent que, depuis le 4 avril 2016, leur fief de Soumouna a été saccagé à l’hélicoptère, et que l’axe allant de Soumouna à Kinkala en passant par Voula est un axe hautement surveillé par la Force publique (Armée, Gendarmerie et Police nationale). Il serait hasardeux donc pour eux de s’ y aventurer de jour comme de nuit.

Par contre,  l’hypothèse d’une attaque attribuée à de faux Ninja entretenus par le pouvoir n’est pas à écarter.  Car, cet axe fut placé sous le contrôle de l’ex-Ninja Ramsès au plus fort du mouvement de Résistance du Pasteur Ntumi. Aujourd’hui, Ramsès, s’est désolidarisé du leader du Conseil national des républicains (CNR) pour rallier le Pouvoir. Et le Pouvoir en place, notamment la Police nationale (au sein de laquelle ont été recrutés des bandits, des judokas, ….) ne saurait être innocenté dans un simulacre d’attaque attribué aux ex-Ninjas. Il s’agirait vraisemblablement des hommes armés par le Pouvoir qui auraient attaqué ces trois véhicules. Le but étant de justifier la poursuite de la traque engagée contre le Pasteur Ntumi sous le prétexte que ses Ninjas sèment la mort et braquent les convois sur  la Route nationale n°1 ou sur le Chemin de fer Congo Océan (CFCO)  depuis qu’ils se sont refugiés dans le Pool après avoir incendié les PSP de Brazzaville-sud dans la nuit du dimanche 3 au lundi 4 avril 2016.

Pour les cas de vol du Plateau des 15 ans et du quartier Diata, cette opinion estime que les bandits jouissent de la complicité des policiers  recrutés par le général Jean François Ndengué, Directeur général de la Police.  Car, ces derniers se pavanent armés et en tenues dans les quartiers de Brazzaville à bord des véhicules Toyota (appelés communément BJ), nuit et jour sans attraper les fameux bandits dits « Bébés noirs ». L’Eglise ICC,  par exemple, se trouve à 50 mètres du Poste de sécurité publique (PSP) de Diata. Mais les policiers « Matalanas » n’ont rien vu !

En définitive, ils sont nombreux  les Congolais à s’interroger sur l’utilité de la Police du général Ndengué. A défaut d’être inopérante, ne serait-elle pas complice des voyous qui attaquent les convois au Pool et les domiciles privés à Brazzaville ?

Ghys Fortuné Bemba Dombe


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir