22/08/2017

Dernière mise à jour07:00:34 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Société Le journaliste Dombé Bemba devant le procureur de la République

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le journaliste Dombé Bemba devant le procureur de la République

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le directeur du journal Talassa, Ghys Fortuné Dombé Bemba a été présenté le 13 janvier devant le procureur de la République après le Tribunal de grande instance de Brazzaville.

Par ailleurs, le Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC) a suspendu la parution de Talassa pour entre autres «atteinte à l’honneur et à l’image de la personne morale qu’est la Présidence de la République ».

Dombe Bemba est suspecté de complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat en relation avec Frédéric Bintsamou, alias pasteur Ntumi. Après une enquête préliminaire à la gendarmerie de Bacongo et à la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), le journaliste a donc été conduit au parquet. Son avocat, maître Nzoussi a dénoncé une arrestation « n’obéissant pas aux règles de procédure ».

Le Conseil supérieur de la liberté de communication a, de son côté, indiqué le 12 janvier que les faits qui sont reprochés au directeur de Talassa ne relevaient pas de sa fonction de journaliste. En clair, le CSLC ne voit aucun délit de presse dans les infractions retenues contre Ghys Fortuné Dombé Bemba, en fait qui sont du droit pénal. « Le motif de cette interpellation ainsi qualifié n’a à priori aucun rapport avec l’exercice de la profession de journaliste », a souligné le Conseil supérieur dans un communiqué.

C’est pourquoi, tout en le déplorant, le CSLC a dit qu’il ne peut « ni s’immiscer ni interférer dans une procédure judiciaire relevant du pénal ». Selon les textes fondant cette institution, le CSLC n’intervient que dans le cas où le journaliste est interpellé dans l’exercice de sa profession.

Le Conseil a cependant suspendu dans la foulée la publication de Talassa pour «récidive manifeste liée à la diffamation, l’injure, la calomnie et l’offense au chef de l’Etat ; l’atteinte à l’honneur et à l’image de la personne morale qu’est la Présidence de la République ; manque constant de considération aux institutions de la République ; refus délibéré de répondre aux convocations du Conseil supérieur de la liberté de la communication».

Le CSLC avait déjà suspendu ce journal. La Cour suprême avait jugé opportun de le réhabiliter. Depuis, le patron de Talassa et le Conseil ont eu des relations tendues.

Le Conseil Supérieur de la liberté de la communication a pour entre autres missions de défendre les journalistes contre les abus des pouvoirs publics.

VOX AFRICA

***

Publication des 5 articles utilisés par le pouvoir de Sassou pour incarcérer Ghys Fortuné Dombe


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir