Vous êtes ici >> Actualités A la une Société L’affaire Flore Barros contre Hassan Hojeij : 15 ans de réclusion criminelle

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

L’affaire Flore Barros contre Hassan Hojeij : 15 ans de réclusion criminelle

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Dans l’affaire opposant Mlle Flore Barros contre Hassan Hojeij, la chambre Criminelle de Pointe-Noire vient de dire le droit en condamnant M.Hojeij à 15 ans de réclusion criminelle, expulsion à l'issue de la peine et 350 millions F CFA de dommages et intérêts.

Déplorable affaire dans laquelle un étranger a mutilé une congolaise pour des raisons sans doute libidineuses. Nous ne reviendrons pas sur les circonstances de l'affaire que tout à chacun pourra trouver sur la toile avec souvent des interventions outrancières ayant conduit la plaignante vers des réactions paranoïaques compréhensibles mais néfastes à sa cause. Sachez simplement qu'elle a bien failli refuser de se présenter à l'audience du procès de son bourreau.

Lundi 16 mai 2011 - Le Verdict

Le procès entre à l'heure, pour une fois, dans sa dernière journée. Pour ne pas changer, la défense commence par une manœuvre de diversion introduite par Me Kokolo, le président la rejette et on passe aux plaidoiries de la partie civile.

Les avocats n'ont pas la tâche trop difficile tant l'accusé a multiplié les bévues, s'est montré indifférent à la souffrance de sa victime et a tenté de la rendre responsable de l'ensemble des faits. La défense demande des dommages et intérêts à hauteur de 850 millions de francs.

La partie civile par l'intermédiaire du procureur général n'est pas plus tendre avec le prévenu. Il requiert 10 ans de réclusion criminelle, l'expulsion à l'issue de la peine et une amende dérisoire de 480 000 XAF.

La défense est en peine, elle plaide le mensonge de la part de la dame Barros. Et demande l’acquittement.

Hojeij commet son ultime maladresse en déclarant en conclusion : "Monsieur le président, dans cette affaire il n'y a qu'une seule victime c'est moi".

Après un délibéré d'environ une heure trente le verdict tombe. La cour et les jurés reconnaissent la culpabilité de l'accusé et les circonstances aggravantes. La peine prononcée dépasse celles demandées par le ministère public. 15 ans de réclusion criminelle, expulsion à l'issue de la peine et 450 000 XAF d'amende. La partie civile obtient 350 millions de dommages et intérêts.

Hojeij paie son arrogance et son agressivité. La magistrature piquée à vif dans son honneur a voulu être exemplaire. Sans doute l'a-t-elle trop été et il y a fort à parier que la défense va introduire une cassation. Si elle l'obtient et qu'un nouveau procès à lieu, la peine sera probablement réduite.

Mon avis est clair. J'ai soutenu sans réserve Flore Barros depuis le début des débats et je me réjouis qu'elle ait obtenu une somme substantielle qui lui permettra je l'espère de recouvrer l'usage de son membre, mais je pense que la durée de la peine infligée à un homme de 61 ans, certes ignoble, équivaut à une peine de mort de laquelle je ne peux pas me réjouir.

Ya_Sanza


Justice : Hassan Hamad Hojeij condamné à quinze ans de réclusion criminelle et à 350 millions FCFA de dommages et intérêts

Le verdict de l'affaire opposant Flore Barros contre Hassan Hojeij jugée par la cour criminelle de Pointe-Noire est tombé ce 16 mai à 23h50 après trois jours d'audience à la cour d'appel de Pointe-Noire. Le prévenu Hassan Hojeij a été condamné à quinze ans de réclusion criminelle, 450 000 FCFA d'amende et 350 millions de dommages et intérêts à payer à mademoiselle Flore Barros pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une infirmité permanente à la victime.

Les faits sont les suivants. Flore Barros, Congolaise âgée de 33 ans et mère d'un enfant, est employée dans un salon de coiffure juxtaposé au magasin appartenant à Hassan Hojeij, 61 ans, de nationalité libanaise et père de trois enfants. Le 17 décembre, Flore Barros est assise devant la porte du salon où elle travaille à côté du cordonnier Sidibé Abdoulaye. Hassan Hojeij demande alors à son cuisinier Moise Kalala de faire partir de ces lieux le cordonnier. Une dispute éclate alors entre Flore qui refuse de céder aux injonctions de l'employé d'Hojeij estimant que le cordonnier était là à sa demande. Énervé par la dispute et sans doute vexé de ses avances amoureuses refusées par Flore quelque mois plus tôt (un refus qui a eu pour conséquence d'envenimer leurs rapports), Hassan Hojeij, armé d'une matraque électrique ou Tazer se rue sur Flore en lui proférant des insultes avant de lui administrer trois coups de Tazer : à l'épaule, aux fesses et au ventre. Cette dernière aura la vie sauve grâce à l'arrivée de Mohamed, son chef hiérarchique, qui va réussir à repousser Hassan Hojeij. Conduite à l'hôpital pour des premiers soins, qui seront suivis d'autres traitements plus tard, sans oublier son évacuation au Maroc, Flore Barros souffre aujourd'hui d'une infirmité des membres inférieurs constatée par les médecins.

Vu les dispositions de l'article 55 alinéa 2 du code de procédure pénale, Hassan Hojeij a été traduit devant la cour criminelle de Pointe-Noire conformément à la loi.

À la barre Hassan Hojeij va briller par des dénégations en dépit des témoignages accablants du cordonnier et de Mohamed qui ont confirmé qu'il avait bel et bien usé de la matraque électrique pour paralyser Flore Barros. La partie civile représentée par Mes Ngombi, Senga, Banzouzi et Bakouété, a tout le long du procès prouvé la culpabilité de l'accusé qui a fait usage d'une arme blanche pourtant interdite au Congo. Quant à la défense conduite par Mes Pena Pitra, Mendes, Tchissambou et Kimpolo, elle n'a pas pu prouver l'innocence de son client.

Ainsi à 23h50, le premier président de la cour d'appel de Pointe-Noire, David Andzilando, a lu un délibéré : « Par ces motifs, statuant publiquement et contradictoirement et en premier et dernier ressort sur l'action publique, la cour criminelle déclare l'accusé Hassan Hojeij coupable des faits mis à sa charge. En répression, lui faisant application de la loi, le condamne à la peine de 15 ans de réclusion criminelle et à 450 000 FCFA d'amende ferme, ordonne son expulsion du territoire du Congo jusqu'à ce qu'il ait purgé sa peine. Sur l'action civile en la forme reçoit dame Flore Barros en sa constitution de partie civile au fond l'avis bien-fondé. Par conséquent, condamne Hassan Hojeij à lui payer la somme de 350 millions FCFA, confisque l'arme notamment la matraque placée sous scellés, le tout en application des articles 309 alinéas 3 et 142 du code de procédure pénale ,740 à 743 et 762 du code de procédure pénale. »

Hervé Brice Mampouya

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

NDLR : Pour le récit détaillé des faits, lire les articles :

- Pointe-Noire : Un Libanais rend inapte une Congolaise à l’aide d’un taser

- Pointe-Noire: Flore Barros, infirme pour avoir refusé une relation sexuelle avec MAMAD HOJE

- Mécanismes Judiciaires d’intimidation Contre Mlle Flore BARROS


Commentaires  

 
0 #5 Katie 13-07-2014 04:57
I loved as much as you'll receive carried out right here.

The sketch is tasteful, your authored material stylish. nonetheless,
you coimmand get bought an impatience over tat you wish be delivering the following.
unwell unquestionably come further formerly again since exactly the
same nearly a lot often inside case you shield thuis hike.


Heere is my site psn gratuit (Katie: http://www.telechargerdes.com/210/generateur-de-code-psn-gratuit/)
Citer
 
 
0 #4 mwana ponton 02-06-2011 15:01
vive le congo et vive la république .merci je suis vraiment soulagé . parce que un congolais serait décapité au liban pour les mêmes fais grâvissime. je suis fière d'être congolais.
Citer
 
 
0 #3 David Tchicaya 18-05-2011 18:46
Le contexte de l'arrestation du puissant directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn a pu aussi influer sur le verdict. Notre message est que le cas de Flore Barros ne constitue pas une exception mais la règle car puissant ou pas, la justice n'a pas d'égards et c'est un message qui nous réconforte qu'il y a encore à l'intérieur du pays des fils dignes sur lesquels nous pourrons nous appuyer le moment venu. Il reste à faire appliquer la loi pour qu'elle ne soit pas lettre morte. Hassan Hojeij pourrait envisager de fuir vers son pays d'origine le Liban. Il faut l'emprisonner de suite...
Citer
 
 
0 #2 YA NGANDOU 18-05-2011 13:12
Ya Sanza merci pour ton aide, Dieu te le rendra au centuple.
Citer
 
 
0 #1 YA NGANDOU 18-05-2011 13:09
Ici au moins le juge a dit le droit car les faits se sont avérés. Bravo à la justice congolaise qui marque là une point important car ce Monsieur croyait être au dessus de la loi, étant donné ses relations avec le ghota politique congolais. Non parfois il faut laisser nos autorités politiques tranquilles, c'est pas eu qui commandent à des "malfrats" de ce genre de commettre de tels crimes. "Qui sème le vent récolte la tempête " dit l'adage, ce n'est que justice, car le monsieur doit payer les actes criminels qu'il a posés envers cette pauvre femme. Cette exemplaire est à encourager.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir