17/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Société CONGO-BRAZZAVILLE : EST-CE LA FIN DU REGNE DES POLICIERS RIPOUX ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

CONGO-BRAZZAVILLE : EST-CE LA FIN DU REGNE DES POLICIERS RIPOUX ?

Envoyer Imprimer PDF

Notre pays n’échappe pas à la corruption transnationale. Voilà plusieurs mois que nous interpellons le gouvernement congolais sur les multiples exactions commises par les policiers


sans être inquiétées le moins du monde. Voici un exemple de ce qui ralentisse l’effort de modernisation de la police dans notre pays. Il s’agit d’un cas emblématique de la corruption policière. Celle qui s’exerce à l’abri des regards, et dont l’éventuelle dénonciation finit rarement devant un juge. Pour une fois, le Colonel BABA MACAIRE, Directeur de l’Immigration et Émigration ne bénéficiera certainement  pas de l’omerta qui protège ceux qui frappent inutilement, trop vite ou trop tard. Car l’affaire est désormais connu de tous et a suscité même la réaction des policiers d’Interpol. Il s’agit d’une affaire tellement sérieuse qu’on ne peut taire : établissement de passeports congolais à des sujets libanais, corruption et abus de pouvoir.

Corruption à tous les échelons de la Police Nationale

Profitant du rapatriement à Beyrouth par avion privé d’un libanais décédé à Brazzaville, Le stratagème consistait à établir aux libanais basés à Beyrouth des passeports biométriques congolais. Une fois,  les passeports congolais en poche, ces libanais viendraient s’installer tranquillement au Congo ou dans l’un des pays d’Afrique Centrale. Ainsi pour le cas du Congo-Brazzaville, ces libanais seraient exemptés d’obtenir des visas d’entrée et n’auraient pas à demander les cartes de séjour, ne paieraient pas la caution exigée pour l’obtention de la carte de commerçant ou de création de société, sans compter toutes autres formalités administratives relatives aux séjours d’étrangers dans notre pays
Le préjudice pour le Congo est trop important. Il ne faut pas éventuellement exclure les actes de terrorisme. De ce fait, il y a lieu de s’interroger, sans aucune intention de nuire ou de raviver la polémique sur les prétentions des uns et des autres ; Les Congolais ont toujours en mémoire l’attentat perpétré en 1989 contre l’avion de la société UTA qui avait explosé au-dessus du Ténéré au Tchad et les explosifs placés au cinéma Star à Poto-poto (Brazzaville).
Nous venons d’être informé de la garde à vue du colonel BABA MACAIRE, Directeur de l’Immigration et Émigration et de tous les complices dans l’affaire de la mallette contenant l’ordinateur destiné à l’établissement des passeports biométriques du Congo. Nous avions estimé que les congolais méritaient de le savoir et d’en juger.

Les  Frontières du Congo-Brazzaville seraient-elles perméables et poreuses ?

L’affaire relative à l’arrestation depuis le 4 novembre 2009 à l’aéroport international de Maya-Maya à Brazzaville de deux sujets libanais, d’un capitaine et d’un sergent de la Police nationale congolaise, leurs présumés complices, prouve à suffisance que la concussion, la corruption et la fraude sont présentes et ont bel et bien pris corps dans les différentes administrations tant civiles que militaires de notre pays.
Selon des sources bien informées, les deux Libanais interpellés à l’aéroport de Maya-Maya qui n’ont pourtant pas la nationalité congolaise, étaient détenteurs de passeports congolais établis en bonne et due forme.     Le capitaine et le sergent de la Police nationale qui ont été également appréhendés à l’aéroport de Maya-Maya revenaient du Liban où ils avaient effectués sans l’approbation de leur hiérarchie une mission qualifiée de louche, d’après ces mêmes sources, dans le cadre de l’établissement des passeports aux Congolais vivant dans ce pays. Ces présumés malfrats ont été arrêtés avec une mallette qui contenait un ordinateur destiné à l’établissement des passeports congolais.

Au moment où des Congolais honnêtes sont soumis à un chemin de la croix pour obtenir leurs passeports, on se demande comment des étrangers, et de surcroît des Libanais  n’ayant pas la nationalité congolaise, s’arrangent-ils à se faire délivrer ce document devenu précieux pour beaucoup de nos compatriotes qui dépensent à cet effet des centaines et des centaines de mille pour l’avoir, avec l’existence dans ce cadre de nombreux réseaux maffieux, ces derniers déplument à satiété et sadiquement tous les malchanceux demandeurs de ce document, qui  tombent dans les mailles de leurs filets ?

Lors du Conseil de Commandement de la Police Nationale tenu le 30/11/2009, les Congolais ont pu constater l’absence du Directeur de l’Immigration et Émigration. Au cours de cette réunion,  il a été décidé de la suspension puis la garde à vue du Colonel BABA MACAIRE.
Je crois que le Président de la République, pour une fois , s’il lui reste encore un peu d’amour pour ce pays  doit se montrer ferme à l’égard non seulement du Colonel
BABA MACAIRE mais aussi à l’égard du DGPN et du DGST.

Qui ou lesquels du Commandement de la Police Nationale ont ordonné la sortie de cette mallette avant de se retrouver  dans un quartier de Beyrouth au Liban ?

Les Policiers et les Douaniers présents à l’Aéroport  de Maya-Maya le jour et à l’heure de la sortie  de cette mallette ont-ils faits correctement leur travail en contrôlant les ordres de mission présentés par ceux qui convoyaient la mallette ? Ont-ils conservé les doubles de ces ordres de ces ordres de mission ?   Dès lors que nous savons que cette mallette a été convoyé dans un vol privé loué par des sujets Libanais connus à Brazzaville ; le DGPN, le DGST, et le Directeur Général des Douanes ont-ils été informés à temps et à l’heure ?  Comment a-t-on accepté que cette mallette d’une grande valeur puisse voyager à bord  d’un  avion privé loué par des sujets libanais à destination de Beyrouth au Liban.  Il ne faut pas se voiler les yeux puisqu’on connait les sujets libanais qui ont loué cet avion, il faudra non seulement connaître le nombre exact des passeports biométriques établis à des sujets non congolais établis au Liban, il faut démanteler tout ce réseau maffieux des libanais établis dans notre pays.  Il faut revoir de fond en comble toutes les mesures de sécurité de nos frontières car celles-ci sont notoirement perméables et poreuses.  Se faire aider par Interpol et les chancelleries et les polices des pays amis pour retirer de la circulation tous les passeports illégaux. Communiquer auprès d’Interpol les numéros de tous les passeports frauduleux.  Monsieur SASSOU NGUESSO, voilà l’occasion de monter ta bonne foi devrait destituer et prendre des sanctions exemplaires à l’égard de tous les fonctionnaires  qui seraient  auteurs et complices de cette affaire qui discrédite une fois de plus notre pays.  Traduire devant la justice pour haute trahison, tous les fonctionnaires et les civils concernés dans cette affaire.

Il n’est plus un secret pour les Congolais de savoir que les commerçants étrangers bénéficient des largesses des hauts fonctionnaires ripoux  civils et militaires. Pour montrer l’exemple,  Monsieur SASSOU NGUESSO doit suspendre de leur fonction non seulement le Colonel BABA MACAIRE mais aussi les Directeurs Généraux de La Surveillance du Territoire (DGST), de la Police Nationale (DGPN) et celui des Douanes. Au-delà de ces faits réprimables, il sied de reconnaître que la corruption, la concussion et la fraude gangrènent tous les échelons de la Police Nationale de notre pays.  Exemple : les pots de vin réclamés par les policiers aux usagers de la route, les tracasseries aux frontières, les fonds des PV qui ne sont plus reversés au Trésor Public,rançonnage des congolais dans des commissariats, protection des sujets étrangers malveillants par la hiérarchie. Nous l’avons déjà longuement dénoncé ici dans notre article intitulé :

Il serait souhaitable de créer un conseil de déontologie de la Police Nationale qui sanctionnerait tout policier ripoux ou corrompu. Bien qu’il soit regrettable de constater l’absence de lois régissant le fonctionnement de la police Nationale  pourtant souhaitée par la conférence Nationale de 1991.

DAC, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Commentaires  

 
0 #2 Diaf Le Kweta 17-05-2013 11:42
A l’époque, le colonel BaBa Macaire, ancien directeur de l’immigration, fut incarcéré et démis de ses fonctions, entre autres, parce qu’il se serait rendu sur place au Liban avec tout le matériel nécessaire à l’établissement des passeports à la famille, aux amis et connaissances de Talal. On se pose les questions suivantes : comment un étranger peut-il avoir un pouvoir plus grand que les congolais eux-mêmes dans leur pays ? Aussi, le Président Sassou entretiendrait-il des terroristes au Moyen-Orient ? Enfin, jusqu’où iront les accointances de Sassou et Talal ?
Citer
 
 
0 #1 Diaf Le Kweta 17-05-2013 11:41
Talal serait un mercenaire d’origine chiite appartenant au Hezbollah, un mouvement politique armé libanais redouté par Israël et les États-Unis. Sur ces entrefaites, il n’y a pas si longtemps des libanais suspects avaient été arrêtés par les israéliens avec des passeports congolais. Chose qui aurait failli créer un incident diplomatique avec le Congo comme quoi, ce pays supporterait des terroristes ennemis d’Israël et des États-Unis. Des sources biens introduites soutiennent qu’à son arrivée, le Président chinois, Xi Jinping, devait être logé à l’Olympic Palace, mais ses compatriotes n’étant pas d’avis l’ont hébergé à l’hôtel Leger à cause de Talal jugé « dangereux ». Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est à ce même Talal qu’on délivre des passeports diplomatiques pour le compte de sa famille !
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir