Vous êtes ici >> Actualités A la une Société MOUYONDZI est-il trahi par certains de ses fils ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

MOUYONDZI est-il trahi par certains de ses fils ?

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

1911-2011 : Mouyondzi a 100 ans. Avant de se tourner vers le prochain centenaire de progrès, les filles et fils de Mouyondzi doivent se demander : en quoi nous sommes nous différenciés ? Quel impact avons-nous eu sur le Congo ? Qu’avons-nous changé ? Avions-nous prises des risques audacieux et de transformation ?

Le présent centenaire de Mouyondzi ne doit nullement être un événement politique pour la gloire de Sassou Nguesso. Avec pour marraine du centenaire madame Antoinette Sassou Nguesso, les festivités de ce centenaire sont bien parties pour êtres un évènement au parfum politique nauséabond. Quelle intolérable usurpation !

Sassou ne rate pas la moindre occasion pour faire des avances aux Congolais. Surtout, il faut se prévenir d’une Révolution à la tunisienne. Le Centenaire de Mouyondzi ! Sassou a fait de cet évènement une véritable récupération politique honteuse et avilissante dont le cachet estimé à 211.329.000 F CFA sera versé aux organisateurs pour des travaux ridicules de badigeonnages de quelques bâtiments laissés par les colons...l’organisation de quelques manifestations: football, nzango, course à pied, officie religieux, danses (groupes folkloriques, tradi-modernes, griots etc.)

Le délaissement ahurissant des Pays de Mouyondzi

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Voilà la meilleure manière pour le couple Sassou d’appuyer les Pays de Mouyondzi et sa jeunesse confrontés à une misère impénitente afin de s’acheter une bonne conscience après les pilonnages de la Région de la Bouenza en1998. Ainsi, les pauvres vont s’éclater pour quelques heures. Et après ? La Région de la Bouenza, restera toujours, cette Région privée de presque toutes les infrastructures routières, d’infrastructures économiques et sociales pourvoyeuses d’emplois, pas d’hôpitaux modernes, d’hôtels, d’usines... une Région encore et toujours reléguée au dernier plan de tous les projets politiques de développement durable mis en place par Sassou Nguesso. Pour preuve : la Bouenza ne figure nulle part sur les tablettes de la « municipalisation accélérée » et pire, les terres arables de la Bouenza viennent d’êtres vendues aux fermiers Sud-Africains pour 99 ans par Sassou qui a réservé à sa fille Kelly Christelle, une large concession d’exploitation forestière, la Tsama, 234 924 hectares dans la Cuvette Ouest. Sauf un miracle, le prochain centenaire des Pays de Mouyondzi sera celui, des «Pays Sud-Africains» dans la Bouenza.

Lorsqu’on évoque les 100 ans des Pays de Mouyondzi, ce qui m’accable et me révolte le plus ce ne sont pas tant- les manifestations prévues,- les travaux à effectuer ni la mahousse estimation de coûts du centenaire. Ce qui m’attriste et me scandalise avant tout, c’est : - le Manque de bilan des 100 ans des Pays de Mouyondzi alors qu’il est facile à faire...le Manque d’interrogation sur les objectifs du centenaire...le Manque de projection pour l’avenir des Pays de Mouyondzi d’autant plus qu’ils ne sont pas concernés par la municipalisation accéléré mais bien plutôt par la manipulation sempiternelle de Sassou et certains fils de Mouyondzi qui sont ses alliés.

A 100 ans dont 27 ans passés avec Sassou à la tête du Congo, rien de spécial pour la Bouenza. Le bilan est plus que catastrophique. Un échec cuisant pour le dictateur qui ne fait rien pour développer et moderniser l’héritage colonial des Pays de Mouyondzi qui n’ont fait que reculer, surtout après ses bombardements aveugles en 1998 qui ont contribué à l’anéantissement de tous les rêves économiques portés par les habitants de la Région de la Bouenza, qui, depuis, n’ont plus de repères endogènes alors que les Pays de Mouyondzi ont été l’image de l’industrie agro-pastorale du Congo. Guidés par une grande passion pour l’agriculture et toujours animés par un esprit de solidarité, de sacrifice, les Pays de Mouyondzi, travaillaient pour nourrir tout le Congo. MTR (Mouyondzi Travaille et Ravitaille) et, se voyaient totalement transformés en quasi paradis congolais en matière d’autosuffisance alimentaire. Aujourd’hui, les schèmes et les rêves de MTR ont disparu et les Pays de Mouyoundzi vivotent dans un autre Congo. Celui du « Congo d’en BAS », celui de la pauvreté et de la pénurie, où avoir un repas quotidien relève d’un exploit olympique, les soins de santé de base à l’hôpital Robert Makélé ex Moukala tiennent du miracle.

La jeunesse des Pays de Mouyondzi est plongée dans une pauvreté endémique

Les Pays de Mouyondzi ont perdu leur essence de bassin d’emplois. Les jeunes émigrent vers Brazzaville, Pointe-Noire où ils pensent réaliser leurs rêves ils n’ont plus aucun intérêt pour Mouyondzi et ce à juste titre : c’est la débine. A qui dire que l’on souffre trop à Mouyondzi ? Si ce n’est tourner le regard vers les élites politiques, ecclésiastiques ou l’intelligentsia (certains fils) des Pays de Mouyondzi qui par malheur, tellement accaparés par les tâches quotidiennes de la mangeoire avec Sassou ont très vite fait d’oublier que la politique et les mouvements associatifs pouvaient êtres des leviers pour transformer la Bouenza.

Vivre et mourir avec ses convictions comme Kimbouala Nkaya, Moungounga... ou s’opposer à Sassou Nguesso ? Certains fils des Pays de Mouyondzi (Tamba-Tamba, Mabondzo Munari, Moukouéké, Mbéri etc.) dont certains prélats, (l’Abbé Benjamin Nkala, Monseigneur Daniel Mizonzo, Pasteur F. Mabounda, Pasteur Jean Mbéri etc.) les semi-intellectuels et pseudo intellectuels éclairés, peu enclin au génie politique de Sassou Nguesso et surtout achetables, ont fait leur choix. Vivre mieux et peut-être mourir riche avec l’argent de la compromission du pouvoir.

Ces politicards véreux et autres apparentés au pouvoir de Brazzaville que les populations et les terres de Mouyondzi ont nourri, abrité et protégé, sont-ils devenus des « Ba Mbwa Ba Mbingou » pour le compte de Sassou Nguesso ? (« Ba Mbwa Ba Mbingou » est une expression qui veut dire : les chiens de chasse  en Bembé) Sur quelles bases ces fils des Pays de Mouyondzi soutiennent-ils Sassou dans sa funeste besogne : la destruction de la Bouenza ? Ont-ils été convaincus de sacrifier l’honneur de toute une région ? Ce qu’aucun enfant digne et probe de Mouyondzi, imbu de convictions et de fierté n’aurait pu accepter sans protester. Comment ces fils des Pays de Mouyondzi ont-ils pu se plier à la volonté de Sassou alors que l’histoire du Congo nous enseigne que les fils des Pays Mouyondzi ont résisté farouchement aux colons ? La fibre des convictions patriotiques, politiques, de la Résistance aux colons et à toutes dictatures qui coule dans les veines des fils des Pays de Mouyondzi a-t-elle été contaminée et « génétiquement » modifiée par l’argent du pétrole qui « coule dans les veines » de Sassou Nguesso ?

Centenaire des Pays de Mouyondzi, quelles perspectives politiques, économiques et sociales ?

En manque de vision d’une politique inspiratrice capable de mobiliser les énergies pour un Mouyondzi qui fut naguère la première région agro-pastorale du pays et un Congo meilleur par eux-mêmes, certains ressortissants de la Bouenza qui font de la politique ou du culte l’art de se servir des hommes des Pays de Mouyondzi en leur faisait croire qu’on les sert alors qu’ils servent avant tout les intérêts de Sassou Nguesso et leurs propres intérêts ont un pédantisme ridicule de « politichiens » pour justifier la célébration du centenaire de Mouyondzi avec pour marraine l’épouse de Sassou Nguesso née Antoinette Tchibota ouvrant ainsi la voie à l’achat des consciences, à l’adhésion forcée des habitants des Pays de Mouyondzi au couple Sassou et, à la vente de la dignité et de l’honneur de toute une région : celle de la Bouenza. Assurément des « Ba Mbwa Ba Mbingou » ! Ils aboient : en avant pour le centenaire de Mouyondzi dont ils ne sont pas sans savoir le but politique principiel de Sassou Nguesso : Heureux sont les Congolais qui chantent et dansent. (Ils n’auront plus le temps de réfléchir sur son pouvoir... sa politique... sur la modification constitutionnelle qu’il envisage de faire afin de créer un corridor pour la transmission du pouvoir à ses enfants, neveux ou oncles... )

Voilà pourquoi, Fespam par ici, Centenaire par là  demain à Mouyondzi, après demain ce sera le centenaire du Pool, de la Likouala, des Plateaux batékés etc avec la même philosophie : Dansez, buvez, prenez l’argent pour me témoigner votre fidélité, votre ralliement à ma personne, à mon pouvoir et taisez-vous... . « Tout pour Sassou Nguesso et sa famille, Rien pour le peuple Congolais ». Voilà la nouvelle devise du Congo. Et cyniquement, certains fils des Pays de Mouyondzi applaudissent « Camade Sassou et Mama Antou Viva ! Oyé ! Oyé Oyé soutien... ». Quelle insoutenable légèreté !

100 ans après, le drame qui se joue sous nos yeux dans la Bouenza rappelle à bon escient que le problème des Pays de Mouyondzi a changé de nature, le mal ne venant plus du méchant colon étranger mais du méchant compatriote Sassou Nguesso et certain fils de Mouyondzi eux-mêmes car il y aura toujours un chien perdu quelque part qui empêche les Pays de Mouyondzi d'être heureux. C’est vraiment affligeant ! Et un vers du célèbre griot « Loussialala de la Poussière » le dit bien Pire que le coup de sabre le plus acéré : l’injustice des proches. Combien d’entrepreneurs Bembés le clan Sassou et son système ont mis sur la touche ? Combien de jeunes de jeunes des Pays de Mouyondzi se démerdent aujourd’hui dans des secteurs qui méritent le soutien du pouvoir de Brazzaville et de leurs propres soi-disant élus. Au nombre des quels, on peut citer les jeunes agriculteurs, éleveurs, peintres, hommes de théâtres, ceux qui exercent de petits métiers comme la teinture, la cordonnerie, les artistes etc. Autant de secteurs qui méritent également des millions, ou moins, pour pouvoir survivre. Seulement, ils ont le tort d’être originaires ou d’évoluer dans les Pays de Mouyondzi, donc, dépourvus de possibilités.

Pour ce faire, je suggère aux ressortissants des Pays de Mouyondzi de mutualiser leur réflexion : l’organisation d’un Centenaire des Pays de Mouyondzi, oui ! Mais pour quoi faire ; Donnons-nous des objectifs (politico-socio-économiques) clairs, précis et surtout, une projection vers l’avenir avec un seul but : Donner une Ambition pour les Pays de Mouyondzi en faisant revivre le Rêve de MTR (Mouyondzi Travaille et Ravitaille) le tout, avec l’implication massive des habitants des dit-Pays, de toute l’élite Congolaise, des écrivains et des artistes Congolais car ils sont les mieux placés pour nourrir l’imaginaire économico-sociale des Pays de Mouyondzi dont les rêves ont été tués par Sassou Nguesso. L’enjeu est trop important pour le laisser seulement entre les mains du dictateur corrupteur et ses affidés corruptibles. Les Pays de Mouyondzi doivent se doter des infrastructures industrielles et modernes créatrices d’emplois.

Tusengulana misu ku milandu, kur’Nzambi, Tata munu ndumusu. Waleridi : ‘’Lunkundila mu ngebe, Lumpa binati, ntiri nata bio.’’ (Glorifions Dieu ! Confessons tous leurs péchés afin que Dieu les pardonne...)

Wallys KIMBATSA

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


 

Commentaires  

 
0 #4 meditation guides 13-10-2015 02:45
Sweet blog! I found it while browsing on Yahoo News.
Do you have any suggestions on how to get listed in Yahoo News?
I've been trying for a while but I never seem to
get there! Thanks
Citer
 
 
0 #3 KOKO Ederson 30-05-2011 20:45
:-x Au regard de constat de pourrissement des Pays de Mouyondzi, l'avènement du centenaire au mois de juillet doit être le moment du recueillement et de la méditation.
Ce constat négatif doit exclure toute manifestation de réjouissance!
Citer
 
 
0 #2 KOKO Ederson 30-05-2011 20:34
Toutes les infrastructures de base dans les Pays de Mouyondzi ont été laissées à l'abandon: Ecoles, Lycées, Hôpitaux, Aéroports et Aérodromes, Pistes Agricoles.
En 27 ans de règne Sassou Nguesso n'a pas créé une unité de production dans les Pays de Mouyondzi. L'ancienne école normale a été délaissée.
Mouyondzi a pourtant des atouts pour être érigé en Mairie. Mais Sassou n'en veut pas! De même, Loudima, Madingou, Loutété et Mfouati devaient être érigés en Mairie. Ce désintéressemen t des Pays de Mouyondzi doit susciter plus de réflexion de la part des fils et filles de Mouyondzi.
Citer
 
 
0 #1 JEAN YVES NGOUALA 30-05-2011 15:40
Les Pays de Mouyondzi ont été totalement oubliés et délaissés par Sassou Nguesso et son gouvernement !
Les Pays de Mouyondzi en particulier et toute la Bouenza en général ont toujours été un bassin agro-pastoral à forte potentialité. Sassou Souhaite édifier des zones économiques spéciales au Congo. Sachez que la Bouenza n'y figure pas.
A ce jour, si vous comparer Oyo à Mouyondzi, Nkayi, Bouansa Loutété, Madingou et Loudima, franchement, c'est le jour et la nuit.
Les filles et Fils des Pays de Mouyondzi ne doivent pas se faire bercer dans le sens du poil.
Au lieu de feter, le centenaire doit être l'occasion de faire un bilan objectif.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir