Vous êtes ici >> Actualités A la une Société Assassinat d’une chinoise à Brazzaville

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Assassinat d’une chinoise à Brazzaville

Envoyer Imprimer PDF

Des actes de criminalité ont été commis, ces derniers temps, dans la capitale Brazzaville, notamment des crimes d’assassinat et de braquage.

Ainsi, après l’assassinat crapuleux d’une ressortissante chinoise, le vendredi 23 décembre 2011, au n°45 de la rue Ngania, à Talangaï, le sixième arrondissement, la police a réussi à mettre la main sur les présumés auteurs de cet assassinats, après seulement trois jours d’enquête. De même, les braqueurs qui ont opéré au domicile d’un couple français sont, également, tombés dans le filet de la police. Deux autres crimes sanglants et abominables ont été commis, dans la nuit du dimanche 25 au lundi 26 décembre dernier. La police, qui a ouvert une enquête, est aux trousses des auteurs.

L’émoi était grand dans la communauté chinoise de la capitale, après l’assassinat crapuleux, un bon matin, d’une ressortissante chinoise, nommée Lin Yang Lang, 36 ans, commerçante de profession. La victime s’était rendue à sa boutique, pour l’ouvrir et se mettre à vendre. Au moment où elle s’apprêtait à ouvrir sa boutique, elle a été surprise par des voleurs qui ont surgi, qui lui ont flanqué un coup de barre de fer, l’assommant sur le champ. Elle est morte sur place, après avoir perdu beaucoup de sang. Les voleurs ont pris la clé des champs, après leur forfait.

Cet assassinat a, profondément, indigné la communauté chinoise de Brazzaville. Pour marquer leur indignation, les commerçants chinois ont gardé les boutiques closes, pendant deux jours, notamment le jour de l’assassinat et le samedi 24 décembre. La police a affiché sa détermination à retrouver les auteurs de cet acte crapuleux. Samedi 24 décembre, le porte-parole de la police, , en compagnie de Joe Washington Ebina, président de la Fondation Ebina, s’était rendu auprès des responsables de la communauté chinoise, pour les rassurer, précisant que cet assassinat est un acte isolé et que la police fera de son mieux pour retrouver ses auteurs.

C’est ce qui a été fait. Grâce aux renseignements récoltés, les présumés coupables ont été interpellés, trois jours seulement après l’ignoble forfait. Il s’agit de trois ressortissants centrafricains et d’un Congolais. De source proche de la police, le Congolais est un repris de justice, connu pour être un criminel de grand chemin. Il avait, déjà, été auteur d’une tuerie à Pointe-Noire. Lundi 26 décembre, une reconstitution des faits a été réalisée, au lieu même du crime, sous la direction du général Jean-François Ndengué, directeur général de la police.

Les autres bandits interpellés par la police, le même jour du dimanche 25 décembre, sont les auteurs d’un vol à main armée perpétré, le 10 décembre dernier, au domicile de quatre ressortissants français, situé dans les environs de l’Institut français du Congo (Ex- C.c.f). Les voleurs, parmi lesquels un ressortissant rwandais et trois Congolais de la R.D.C (République Démocratique du Congo), avaient réussi leur opération, après avoir ligoté le gardien. Ils étaient armés de machettes et, selon la police, d’un pistolet automatique qui n’était qu’un jouet. Une fois le gardien neutralisé, ils ont attendu les locataires des lieux, qui revenaient, tard, d’un dîner dans un restaurant. Les voleurs les ont terrorisés, en les menaçant de leur couper les mains à la machette. Ils ont emporté beaucoup de choses de la maison, au nombre desquels deux appareils plasma, des téléphones cellulaires, un bracelet-montre de grande valeur, et une somme de 800.000 francs Cfa.

Enfin, un double crime abominable a été commis, dans la nuit du 25 au 26 décembre 2011, à Mfilou, le septième arrondissement de la capitale. La victime, la nommée Taboul Bimb Tatiana, Congolaise, mère de deux enfants, a été assassinée dans sa baraque de tôles, au n°62 de la rue Nkigora. L’assassin a, également, à l’aide d’une pierre et d’un couteau, agressé, violemment, un enfant de neuf ans, après l’avoir violée et une autre fille de six ans. Conduite à l’hôpital, la fillette de neuf ans, prénommée Peshana, a trouvé la mort, des suites de ses blessures. L’enfant avait beaucoup saigné du nez, elle avait dû recevoir un choc au niveau de la tête. La police, qui a ouvert une enquête, privilégie l’hypothèse du crime passionnel. L’enquête,  qui est en cours, déterminera, sans doute, les motivations de ce double crime de Noël. Il faut dire que la collaboration de la population est capitale, pour permettre à la police de mettre la main sur les présumés criminels.

© Alain Patrick MASSAMBA – La Semaine Africaine


L’hippopotame du Djoué à tué. Un avis de recherche est lancé contre lui !

L’hippopotame qui sème la terreur le long de la rivière Djoué, à Brazzaville, a fait un  malheur dans une famille, dimanche 25 décembre 2011, le jour de Noël donc, vers 7h. Il a, en effet, tué un jeune de 20 ans qui se baignait, vers le quartier Mbimi. Cela a relancé le débat sur la présence dangereuse de ce pachyderme. Et les populations se perdent en conjecture, attribuant même à la bête des origines mystiques. Sourdes, au départ, à tous les appels lancés par les populations, les autorités ont réagi. Informée de la situation, la police a décidé d’éliminer cet hippopotame-tueur, pour faire l’économie d’autres morts. A bord de deux véhicules, des policiers ont fait mouvement au Djoué, où ils ont tenté de l’abattre. Mais, l’animal ne se faisait pas voir. Il ne restait plus qu’au porte-parole de la police, le colonel Jean Aive Allakoua, de lancer un avis de recherche contre lui. Il a demandé à la population de donner toutes les indications de présence de ce pachyderme, tout en restant calme. La chasse à l’hippopotame-tueur est donc ouverte.

© La Semaine Africaine


Commentaires  

 
0 #3 viagra 08-12-2014 09:25
Howdy! I understand this is kind of off-topic however I needed to
ask. Does running a well-established blog like yours require a large amount of work?
I am brand new to blogging but I do write in my diary on a daily basis.
I'd like to start a blog so I will be able to share
my personal experience and thoughts online.
Please let me know if you have any recommendations or
tips for new aspiring bloggers. Appreciate it!
Citer
 
 
0 #2 Smithf174 21-07-2014 08:55
Really informative article post.Thanks Again. Awesome. kcddeeddaekefag c
Citer
 
 
0 #1 Smithd487 21-07-2014 08:53
whoah this blog is excellent i really like reading your articles. Stay up the good work! You already know, many persons are looking around for this info, you could help them greatly. ageedekbdkkkbfg d
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir