Vous êtes ici >> Actualités A la une Société L’hippopotame du Djoué a tué un militaire

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

L’hippopotame du Djoué a tué un militaire

Envoyer Imprimer PDF

L’hippopotame-tueur du Djoué continue de semer la terreur, en interdisant toute présence humaine dans sa zone.

Après le jeune de 20 ans, dimanche 25 décembre, vers Mbimi, ce pachyderme  a encore tué, l’après-midi du lundi 26 décembre 2011, vers Agri-Congo. Une façon de tourner en dérision la force publique, qui a lancé un avis de recherche contre lui? En tout cas, vingt-quatre heures après l’ordre donné à la police et la gendarmerie de l’éliminer, il a tué un militaire, comme pour narguer la force publique, disent les humoristes. Ce dernier se baignait, lorsqu’a surgit l’hippopotame. Le corps du militaire aurait été retrouvé, mardi 27 décembre, mais sans les organes génitaux. Cela suffit pour relancer le débat sur la vraie nature de ce pachyderme.  Serait-ce un vrai hippopotame? Les gens en doutent, désormais, d’autant plus que l’hippopotame est un mammifère se nourrissant d’herbes fraîches. Plus que jamais, il y a lieu de tout faire pour l’éliminer, car la population est sous l’angoisse et la peur.

Et toujours concernant l’hippopotame du Djoué, Maurel Kiwouzou veut réunir les sages

Décidément, l’administrateur-maire de Makélékélé, Maurice Maurel Kiwounzou, est un maire qui étonne, parfois, par ses initiatives. Il a sa solution pour mettre fin aux apparitions de l’hippopotame-tueur du Djoué. S’adressant à la population, dimanche dernier, il a dit que le chef du village ne voit pas le diable. Puis, il lui a demandé de garder le calme et de vaquer à ses occupations. Selon lui, la solution viendrait de l’implication des sages. Il compte les réunir, à la fin des fêtes de fin d’année, pour qu’ils parlent à cet hippopotame, en faisant des prières incantatoires. C’est comme cela que ça se passe dans nos traditions, a-t-il rappelé. Et vous verrez que l’hippopotame ne va plus faire des apparitions, a-t-il dit. Bref, disons que si les pouvoirs publics commencent à recourir à la prière traditionnelle pour régler des questions de sécurité publique, il y a lieu de s’interroger. Mais, attendons  voir.

*******************************

Un prévenu trouve la mort à la Maison d’arrêt de Brazzaville

Un homme a trouvé la mort, lundi 26 décembre 2011, à la Maison d’arrêt de Brazzaville, à la suite, semble-t-il,  des  mauvaises conditions dans lesquelles il était détenu, pendant son incarcération qui a duré plusieurs mois sans être jugé. Selon des témoins, ce serait un prévenu pas comme les autres, puisqu’il est, curieusement, le parent d’une personnalité du pouvoir. La nouvelle de sa mort aurait provoqué la division au sein de sa famille. Par ailleurs, on a appris, mercredi 28 décembre, l’interpellation, par les services de renseignements, du lieutenant Pierre Ngambou, aide de camp de l’ancien ministre Mathias Dzon, aujourd’hui à l’opposition. Interrogé, il a été remis en liberté. Mais, les rumeurs courent les rues et sur Internet, sur la volonté du pouvoir de chercher à savoir si la bravade du ministre André Okombi-Salissa, président coordonnateur du C.a.d.d-M.j, n’a pas de lien avec l’ancien ministre des finances.

*****************************

Pour lui avoir désobéi, un homme tue sa femme à coups de machette

Et voilà, ces hommes qui choisissent la violence pour se faire obéir par leurs épouses. A Bangoy 2, une localité située à 50km de Dongou, dans le département de la Likouala, l’émoi s’est emparé de la population, lorsque la nouvelle a fait le tour du village: un homme a tué, froidement, sa femme, à l’aide d’une machette. Pourquoi? Cette dernière avait refusé d’aller retirer les tubercules de manioc de l’eau. Une altercation l’a opposé à son mari, très furieux contre elle, qui l’a poursuivie jusque dans la rue. C’est là que le mari lui a assené des coups de machette à la tête. D’une plaie étant béante, beaucoup de sang a giclé et la femme s’était affalée. Conduite au dispensaire, à Bangoy 1, la pauvre est décédée en cours de chemin, selon le témoignage de son fils. Ce crime a suscité un grand émoi. En tout cas, rien ne peut le justifier. Même lorsqu’on a faim, c’est un crime de lever une arme blanche sur sa propre femme. La scène s’est passée, mardi  27 décembre 2011.

*******************************

Il a vomi du sang, jusqu’à ce que mort s’en suive

Un fait dramatique a mis en relief, mardi 27 décembre 2011, le quartier Nkombo-Matari, en banlieue Nord de Brazzaville. Un  homme répondant au nom de Tsomo, la trentaine sonnée, marchait sans attirer l’attention des gens. Mais, arrivé vers le marché de Nkombo, des passants l’ont brusquement vu se tordre de douleur. Puis, il s’est mis à vomir du sang, beaucoup de sang. Il s’est alors affalé à terre. Et, finalement, l’infortuné a succombé des suites de cette hémorragie. La victime habitait au n°10  de la rue Ebala, vers le lycée Thomas Sankara.

© La Semaine Africaine


Commentaires  

 
0 #8 Ma femme a un amant 28-08-2016 05:43
Je nageais dans la choucroute et une fois visité
votre blog, c'est plus clair mieux. Merci
Citer
 
 
0 #7 ชาทีมิ 02-01-2015 18:46
Having read this I believed it was rather informative.
I appreciate you spending some time and effort to put this content together.

I once again find myself spending a lot of time both reading and commenting.
But so what, it was still worth it!
Citer
 
 
0 #6 Ya Sanza 08-01-2012 17:39
Je suis étonné de voir a quel point les réactions sur ce sujet sont toutes pleines de bon sens et opposées à l'abattage de l'animal.
Bravo.
Citer
 
 
0 #5 IPMAN 03-01-2012 22:02
Ca y est voilà le Maire qui refait son cinéma...
2 vies humaines C'EST DEJA TROP et la question est maintenant SERIEUSE.
Ce n'est plus le moment de laisser Mr Maurel nous amuser avec ses charlatants. C'est aux forces de l'ordre et aux spécialistes de la FAUNE de prendre les choses en main, non pas pour abattre l'animal mais pour le capturer une bonne fois.
Citer
 
 
0 #4 El Cubano 03-01-2012 21:59
Écoutez, l'hippopotame est un herbivore qui passe 16 hrs de son temps dans l'eau(pour fuir le soleil) et ne va brouter de l'herbe que la nuit. C'est une mastodonte timide, mais très agressif qui ne supporte pas un intrus sur son territoire. En Afrique, il est l'animal qui fait plus de victimes selon les stats, même plus que le crocodile. Le ministre Henri Djombo a dit qu'il a peur du bruit des moteurs, mais je l'ai déjà vu dans des documentaires renverser des petites embarcations avec moteur au Botswana.La meilleure précaution est la prudence. Construisez plusieurs ponts sur le Djoué pour éviter l'utilisation excessive des pirogues. Aussi construisez des forages d'eau pour les mamans qui vont s'abreuver sur cette rivière.Tuer cet animal qui est une espèce protégée serait dommage.
Citer
 
 
0 #3 yvon Liem 03-01-2012 21:56
C'est quant même bizarre! C'est vraiment triste pour nos compatriotes. Les condoléances aux familles eprouvées. C'est du jamais vu ce fait insolite.
Citer
 
 
0 #2 Mabanza Bourgeois 03-01-2012 19:50
Au Niger, ce problème est aussi récurrent sur le fleuve Niger où les hippopotames sortent du fleuve pour attaquer à l'homme où rechercher des victimes qu'ils causent en renversant des pirogues imprudentes. Le problème est ailleurs que dans les incantations et le mysticisme. Un animal est un animal. Cela dit, l'animal ne fait pas de la sorcellerie, sinon ils devraient remplir nos marchés pour tuer l'ensemble des consommateurs de viande fraiche ou fumée.
Merci.
Citer
 
 
0 #1 Mabanza Bourgeois 03-01-2012 19:50
Je crois que cet animal ne recherche qu'à manger et rien d'autre. Les passants sur son chemin sont mus par l'imprudence quand ceux-ci savent bien que cet animal énorme est capable de renverser une pirogue et ses passagers. Il faut certainement rechercher à le protéger plutôt qu'à le buter à l'aide d'une kalach. Il a besoin de suffisamment de viande (je l'imagine) si cet animal est carnivore. Autrement que les spécialistes en élévage des animaux (je pense aux travailleurs du zoo) mènent des enquêtes sur les motivation de cette bestialité. Partout en Afrique ce phénomène sévit.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir