Vous êtes ici >> Actualités A la une Technologie Affaire « Trafic clandestin des fréquences » impliquant des proches du Ministre Thierry MOUNGALLA.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Affaire « Trafic clandestin des fréquences » impliquant des proches du Ministre Thierry MOUNGALLA.

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Ma citoyenneté m'interpelle, mon statut de « Politique » au service de l'Etat et la Nation m'engage ! Parce que la presse au Congo n'est pas libre, parce que les organes intermédiaires (syndicats, partis politiques, société civile, intellectuels) ont dans l'ensemble démissionné, notre rôle d'objecteur de conscience « autoproclamé » devient crucial.

L'enjeu est important mes chers compatriotes, il s'agit, ni plus, ni moins de l'avenir de ce pays que nous aimons tant.

Conformément à Article 19 de la Constitution qui stipule : ; je ne peux m'empêcher de donner mon point de vue sur l'affaire dite de « trafic clandestin des fréquences » ce que je qualifierai de « l'affaire Thierry Moungalla ».

Tenez ! A travers les réseaux sociaux, nous apprenons que dans l'une des villas du Ministre Thierry Moungalla aux encablures de la cathédrale, les services de la gendarmerie ont mis la main sur un matériel électronique qui servirait de « trafic clandestin des fréquences ». Par la suite, on apprend l'interpellation de Patrick Moungalla son frère cadet et DAF du ministère ainsi que de sa secrétaire particulière. D'emblée, on peut parler d'un scandale d'Etat, si les faits sont avérés. Depuis, silence radio. Ni le Ministère des Postes et Télécommunications, ni les services gouvernementaux, ni la presse audio-visuelle ne fait état. Non, chers amis, nous devons briser le silence. Ce pays est un patrimoine commun hérité de nos ancêtres. (1)

Bien entendu, de scandales en scandales qui touchent toutes les sphères de l'Etat, les congolais n'y prêtent même plus une attention particulière. En l'occurrence, celle du « trafic clandestin des fréquences », qui, semble-t-il, des proches collaborateurs de Mr Thierry Moungalla sont impliqués, il est de notre devoir de jouer notre rôle de citoyen.

Primo, nous interpellons, la représentation nationale (Assemblée Nationale, Senat) de se saisir de cette affaire, même à ce stade d'enquête préliminaire : ARTICLE 89: Le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée Nationale et le Sénat. Le Parlement exerce le pouvoir législatif et contrôle l’action de l’Exécutif. Les moyens d’information et de contrôle du Parlement sur l’action du Gouvernement sont : L’interpellation, -La question écrite, -La question orale, -La question d’actualité, -L’audition en commission, -L’enquête parlementaire.

Secundo, le Président de la République en vertu des pouvoirs qu'il lui sont conférés doit procéder à des mesures conservatoires, Article 73: Durant leurs fonctions, le Président de la République et les ministres ne peuvent par eux-mêmes ou par intermédiaire, rien acheter, ni rien prendre en bail qui appartienne au domaine de l’État. Ils ne peuvent prendre part aux marchés publics et aux adjudications pour les administrations ou les institutions dans lesquelles l’État a des intérêts.

Monsieur Thierry Moungalla et moi avions débattus tout dernièrement sur le chaîne DRTV au sujet de la Constitution. Je viens là de lui démontrer, sinon lui donner les pistes de contrôle de l'exécutif. Aujourd'hui, de forts soupçons pèsent sur lui, qu'il mette en application ses incantations d'homme d'honneur, de commis de l'Etat au service de la nation.

Pour votre gouverne cette affaire, si elle est avérée est préjudiciable pour l'Etat à double titre, financier (3) et sécuritaire.

Guy Mafimba

***

Note de DAC-Presse : AFFAIRE THIERRY MOUNGALLA

Selon nos informations, le Ministre de la justice Aimé Emmanuel YOKA est intervenu auprès de la gendarmerie pour que Patrick MOUNGALLA ainsi que Shirley Nganga, maitresse et DAF du Ministre Thierry MOUNGALLA soient libérés.

Ce qui laisse à démontrer, selon certaines sources, que ce scandale d'État, l'affaire Thierry MOUNGALLA dite "Affaire de trafic clandestin des fréquences" à des ramifications jusqu'au Ministre d'État Aimé Emmanuel Yoka. Celui-ci bénéficierait des largesses de ce trafic.

Affaire à suivre...

***

(1) - Congo Brazzaville: Le trafic des fréquences. Arrestation du petit frère du ministre Thierry Moungalla.

Le gang MOUNGALLA : Le frère cadet du ministre Thierry MOUNGALLA, le sieur Patrick Moungalla, directeur des affaires financières auprès de son grand frère, ministre des postes et télécommunications du Congo Brazzaville serait un grand trafiquant avec sa SIMBOX ?

Suite à une plainte déposée par l’ARPCE, Patrick Moungalla et sa secrétaire sont accusés de trafic de fréquence à travers une société clandestine. Les accusés ont été arrêtés le vendredi 29 Mai 2015 par la gendarmerie, ils sont actuellement incarcérés au commissariat central.

LES FAITS

Depuis janvier 2015, l’ARPCE aurait démantelé trois (3) réseaux des trafiquants des SIMBOX (Borne d’abonnement et de distribution de cartes SIM). Tout part des services de l’ARPCE qui se sont dotés d’un appareil puissant, qui détecte des SIMBOX, l’ARPCE s’était rendu compte que les recettes ne correspondaient pas aux flux entrants et sortants des communications. De là, au centre-ville, alors que le véhicule doté d’un appareil détecteur des SIMBOX, faisait un contrôle dans le secteur, un signal est détecté. Ce signal partait dans l’une des villas du Ministre Thierry Moungalla aux encablures de la cathédrale.

Le vendredi 29 mai à 5h30 à la suite d’une plainte de l’ARPCE déposée à la gendarmerie, après trois (3) semaines d’enquêtes, les services de la gendarmerie se sont introduits dans cette villa, là ils découvrent un impressionnant matériel électronique (SIMBOX) et un homme un certain Simon BADINGA de nationalité Gabonaise, qui assurait la gestion et la maintenance. Cet homme après audition des services de la gendarmerie avoue qu’il gère un poste clandestin de trafic de fréquences au profit des opérateurs locaux et étrangers. Il dit être sous la direction de Patrick Moungalla le frère de Thierry Moungalla et la secrétaire de Thierry qui est sa maîtresse. Les deux sont par la suite interpellés, auditionnés et les relevés téléphonique auprès des opérateurs confirment que le trafiquant Gabonais Simon BADINGA, Thierry MOUNGALLA, Patrick MOUNGALLA et sa secrétaire s’appelaient chaque jours. Patrick Moungalla et sa secrétaire seraient déjà déférés à la maison d’arrêt de Brazzaville.

Le vendredi soir, pendant que Sassou Nguesso rentrait de son voyage au Nigéria, Thierry Moungalla se plaignait à l’aéroport auprès des collègues ministres. Il a fait intervenir certains Ministres et Généraux en vain. Le Général Moigny qui commande la Gendarmerie pense que l’affaire est trop grave. Il y a un préjudice financier pour l’Etat et un risque sécuritaire, parce qu’avec les fréquences on peut écouter tout le monde, même Sassou lui-même. Thierry Moungalla aurait contacté le ministre de la défense, le Général Mondjo, pour lui demander de sortir son petit frère de ce merdier. Mais quand Mondjo a su que c’est Yves Castanou, le neveu de la première dame, qui a porté plainte, Mondjo s’est rétracté et a dit qu’il ne pouvait pas intervenir.

Actuellement, Thierry Moungalla est en panique parce que si le dossier est bien instruit en justice ça va remonter vers lui car c’est lui le cerveau de ce business. Depuis, silence radio. Ni le Ministère des Postes et Télécommunications, ni les services gouvernementaux, ni la presse audio-visuelle ne fait état.

Le projet de développement de la fibre optique appelé Central Africa Backbone (CAB) co-financé principalement par la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement était coordonné par Luc Missidimbazi, un ingénieur en Télécom. (2)

Moungalla faisait régulièrement pression sur Missidimbazi pour qu’il lui verse une partie de l’argent débloqué par la BM et la BAD en vain. Missidimbazi refusait de céder aux injonctions de son ministre de tutelle.

T. Moungalla a donc décidé de retirer le projet à Missidimbazi pour nommer un de ses proches venu de France coordonnateur du CAB.

Jeff KITOKO

Source Brazzanews

(2) - Mais qu’est ce qui se passe donc au ministère de Thierry Lézin Moungalla ?

(3) - "Le Corbeau et le Renard"

MONSIEUR LEKOU ET MONSIEUR MOUNG

*****************

Maître Lekou, sur un arbre perché,
Avait un budget pour sa municipalité accélérée .
Maître Moung, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :

"Hé ! Bonjour, Monsieur Lekou.
Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau !
Sans mentir, si vos rêves,
Se rapporte à vos projets sociaux,
Vous êtes le Phénix des hôtes de la Lekoumou."

A ces mots Monsieur Lekou ne se sent pas de joie;
Et pour montrer sa confiance à ce fils du village,
Il ouvre les fonds publics, laisse tomber ses 438 Milliards.
Maître Moung s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur Lekou,

Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un 438 Milliards, sans doute. "
Monsieur Lekou, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

***************
La Lekoumou Fable


 

Commentaires  

 
0 #4 le fils du pays 02-06-2015 10:00
L'arrivee d'un Rawlings Congolais urge pour mettre de facon definitive fin a cette mafia.Dementler piece par piece le systeme Sassou,mettre aux arrets tout ce beau monde.Les juger tous et les jeter en prison a defaut de les fusiller.
Citer
 
 
0 #3 MAPA 02-06-2015 07:57
Autant que spécialiste en réseau télécoms, je suis outré par gestion mafieuse de ce secteur stratégique et de haute valeur ajoutée. Mr Moungalla a fait des télécoms du pays son fromage personnel avec la famille Sassou. La société Telecom Congo qui devrait apporter de l’argent au trésor public est devenue un garage des fonctionnaires à rien faire, cette dernière a été spoliée de ses biens et de ses outils de travail au bénéfice de la famille Sassou. A titre de rappel, la gestion et l’exploitation du réseau fibre optique a été confiée à une société écran de la famille Sassou ; la vente des licences d’exploitations des fréquences GSM (G3,G4), en passant par la société Azur télécoms bien de la famille Sassou ; l’ARPCE la vache à lait de la famille Sassou sous la direction du Pasteur Castanou neveu d’Antoinette. En fin Sassou Nguesso a transmis à ses enfants comme valeur morale « Le VOL».
Citer
 
 
0 #2 isidore 01-06-2015 21:38
Une maison quel-quelle soit ne peut être construite sans socle, ni fondation et même sans structure architecturale - Sinon, elle s'écroulerait dans le temps comme un château de cartes.


En conclusion: une période de 3 ans de travaux et de mise aux normes structurelles et contractuelles du bail sera nécessaire afin que le bailleur-propriétaire (peuple souverain) puisse préparer dignement et choisir librement son prochain nouveau locataire qui, on le sait, n’aura plus de marge de manœuvre confiscatoire du bien collectif.

! En savoir plus cliquez ici pourvu d'avoir un cerveau https://www.youtube.com/watch?v=ShLdVk09P-Y
Citer
 
 
+1 #1 Dia Moungouansi Djes 01-06-2015 15:57
Mon frère Guy Mafimba. Tu vis depuis un certain temps au Congo. A ce titre, tu touches plus du doigt la réalité congolaise que nous. Cependant, je ne peux pas succomber au sarcasme qui m'envahit tant, ce que tu dénonces est d'une extrême gravité. Comment peux-tu interpeller Sassou quand on sait que tous les scandales que sa cohorte des enfants réalise chaque jour sont impunis.
D'aucuns pensent à juste titre qu'il en est l'instigateur principal. Toute proportion gardée, les scandales de Kiki qui obèrent le trésor public des milliards de Fcfa n'ont jamais fait l'objet d'interpellations à l'assemblée.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir