Vous êtes ici >> Actualités A la une Technologie Le Congo-Brazzaville réduit la fracture numérique et passe à la fibre optique

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le Congo-Brazzaville réduit la fracture numérique et passe à la fibre optique

Envoyer Imprimer PDF

L’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (ARPCE) a procédé, le 9 juin à Brazzaville, à la mis en place de l’agence congolaise de nommage Internet du Congo (ACNIC). Cette nouvelle structure va désormais gérer le nommage du domaine Internet du pays, appelé ''.CG''.

Le secteur de l’Internet est un levier important pour le développement économique qui s’insert dans la stratégie de réduction de la pauvreté et dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Il est conçu dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de bonne gouvernance. Opéré dans le même temps, le passage du pays à la fibre optique illustre cette évolution notable.

Le Congo Brazzaville dispose désormais de son propre nom de domaine

Grâce à l’ACNIC, l’Etat se dotera, après l’entrée en vigueur des textes appropriés en cours d’approbation, d’une structure mixte public-privé qui va disposer d’une expertise de capacité humaine, technique et financière, mais également d’une autonomie dans la gestion des contrats liés au nom de domaine.

Les missions de l’ACNIC sont : l’établissement du plan de dénomination de la zone ''.CG'' ou autres domaines qui lui seront confiés ; la mise en œuvre du nommage de l’Internet conformément à la loi congolaise et la diffusion des informations correspondantes ; l’exploitation de serveurs de noms d’accès à Internet pour la zone ''.CG'' ou autres domaines qui lui seront confiés ; le transfert au plan national et international des connaissances et le savoir-faire acquis en matière de nommage.

Le directeur général de l’ARPCE, Yves Castanou, a signifié qu’il s’agissait d’une question de souveraineté nationale, le Congo étant l’un des rares pays qui ne disposent pas encore de section de nommage.

Vers une réduction de la fracture numérique

La gestion du nom de domaine accordée à l’ACNIC, se matérialisera par la négociation et la conclusion de l’accord de partenariat avec l’Etat congolais.

L’ensemble des dispositions constituant la substance de cette convention fera l’objet d’un projet de décret qui sera soumis au Président de la République, a indiqué le ministre des postes, des télécommunications et des nouvelles technologies de la communication, Thierry Moungalla qui a ajouté que cette structure marquera une étape importante dans le processus de réduction de la fracture numérique au Congo.

La création de l’ACNIC est caractérisée par la validation des projets de statuts, de la charte Internet, du projet de convention et la validation du projet de décret par l’assemblée générale constitutive. Un conseil d’administration constitué de représentants de trois collèges (public, privé et consommateurs) a été mis en place.

Remise officielle de la fibre optique au gouvernement congolais

En outre la société Burotop/Iris a remis le 9 juin à Brazzaville, la fibre optique avec backbone inter administration (FIA) au Gouvernement congolais, représenté par le ministre des postes, des télécommunications et des nouvelles technologies de la communication, Thierry Moungalla.

Les travaux de construction de cette fibre ont été réalisés, dans le cadre du projet de renforcement des capacités de transparence et de gouvernance (PRCTG), sous cofinancement de la Banque mondiale et du Gouvernement congolais (environ 7.5 millions de dollars).

Ce projet concerne la mise en œuvre d’une nouvelle structure de câblage du ministère des finances, du budget et du portefeuille public, et la fiabilisation du transfert d’informations entre les administrations publiques, d’un LAN en se basant sur des switch cisco, des travaux de génie civil pour raccorder les sites administratifs, d’un backbone IP/MPLS fiabilisant ainsi le transfert d’informations entre les administrations.

La mise en œuvre effective de ce projet constitue un bon départ dans le renforcement des capacités des administrations, qui sont appelées à se moderniser et s’adapter aux exigences de la modernité.

Afrique Avenir


Commentaires  

 
+1 #4 Bahonda Hervé 28-06-2011 17:46
D’autre part, les contraintes d’un tel marché permettront à notre économie de se modéliser et les standards associés qui prennent une part croissante dans ce type marché amènera le Congo, en matière de transformation des méthodes de communications et des procédures, a recruté des informaticiens spécialisés en particulier dans la conception des systèmes d’information interactifs orientés usages. Aussi bien pour la gestion des interfaces que pour l’échange de données, des développeurs dans les différentes technologies capables de construire des applications en XML, XSL. Des applications qui adaptées aux infrastructures de communication à objets type RMI, CORBA, services Web (SOAP), les composants EJB pour la réalisation côté serveur et les applications Web (Servlets et JSP) pour la partie client. But ultime devenir le pays leader de la sous région dans le E-services, et le gain coulera à flots. Ne pas sous-estimer capitalisation du e-services.
Citer
 
 
+1 #3 Bahonda Hervé 28-06-2011 17:45
L’élargissement se justifiera par la croissance de besoins des diverses administrations (Etat ou collectivités territoriales, Sécurité Sociale, associations…). Par conséquent les solutions technologiques spécifiques aux E-services : les portails d’agrégation de contenus et de syndication, les plates-formes de marché électronique, les plates-formes de CRM et de gestion de la personnalisatio n. Les standards d’échanges de transactions marchandes :EDI, EbXML, Rosseta.net… Les solutions pour l’interopérabil ité et l’orchestration des services inter-organisation : workflow, Entreprise-Application-Integration (EAI) ouvrira notre pays aux e-services qui reposent traditionnellem ent sur des architectures multi-niveaux offrant aux utilisateurs une interface web.
Citer
 
 
+1 #2 Bahonda Hervé 28-06-2011 17:44
L’ARPCE ouvrira au Congo des opportunités jusqu’ici insoupçonnées. Donc envisageons tout de suite à la convergence des applications, à la convergence des services, et la convergence des réseaux disparates avec plusieurs services en une seule infrastructure IP/MPLS.
Pour ma part cette opportunité nous permettra une orientation plus marquée dans la conception des E-services, c’est-à-dire les services accessibles au travers des moyens de communication numérique, notamment l’Internet, dans des domaines comme le Commerce (E-Commerce, E-Procurement, Mobil-Commerce…), la formation (E-Learning) et l’administratio n (E-gouvernement, E-administration, E-citoyenneté…).
Citer
 
 
+1 #1 Bahonda Hervé 28-06-2011 17:43
Ce qui n'arrive pas bien tôt mais j'encourage le Ministère des Télécom et l'ARPCE pour la concrétisation de ce projet. Faut – il encore informatiser toutes les administrations publiques et permettre ainsi la mise en place d’une plateforme qui va pouvoir permettre à l’entité DSI de consolider l’administratio n de toutes les collectivités territoriales en élaboration une infrastructure de réseau de convergence avec Cisco IP NGN (Next-Generation Network). Un tel réseau facilite la mise en œuvre de l'évolutivité, de la résilience et de l'efficacité de bout en bout requises pour offrir la « vie branchée » et optimise les opportunités en réduisant les coûts de fonctionnement. Parce qu’ajouter des données, de la voix, des vidéos, de la sécurité et bien plus au portefeuille pour se permettre de renforcer la fidélité de ses clients et d'augmenter la rentabilité.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir