18/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Technologie Combattre la dictature par l’autogestion de l’information sur internet

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Combattre la dictature par l’autogestion de l’information sur internet

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La société congolaise craque sous toutes les coutures. Le système Sassouiste enfonce le peuple dans une misère indescriptible.

Les ténors de ce système sème partout où ils passent chômage, précarité et suspicion. En quatorze ans,  les effectifs du chômage des jeunes de moins de 40 ans sont très alarmants. Pour nous et pour  l’avenir des générations futures, il est de notre  devoir de dénoncer cette spirale de descente en enfer de la jeunesse congolaise. La conscientisation par l’information sur Internet est notre atout le plus démocratique qui soit pour éclairer nos concitoyens des pratiques irresponsables  de nos dirigeants.

Devant la montée de la censure sournoise qui sévit au Congo-Brazzaville obligeant les journalistes à subir des pressions quotidiennes pour n’avoir commis qu’une seule faute c’est celle de vouloir donner une information juste, impartiale et crédible est une atteinte que nous ne pouvons tolérée ni encouragée. Bien que nous saluons ici le courage de toute cette  presse qui lutte à l’intérieur face aux menaces du système, nous avons le devoir de relayer cet engouement pour une information libre par les moyens des réseaux sociaux et autres opportunités que l’internet nous offre.

Avec l’internet, nous nous forgeons une conscience collective débarrassée des informations saupoudrées,  diligentées  dans un sens, complètement tronquées dans le seul but de maquiller la vérité et de corrompre le peuple. Avec l’Internet, nous avons la possibilité de débattre librement en avançant des pistes exploitables pour refonder notre nation engluée dans la poursuite des valeurs rétrogrades. Chaque congolais peut donner son avis sur l’idée de rebâtir une nouvelle constitution, de définir les priorités en ce qui concerne l’emploi des jeunes. Notre dégout pour les politiciens actuels inspire audace et imagination de notre part. A l’instar des « indignés d’Europe et d'Amérique du Nord »,  nous ne pouvons plus nous permettre de donner carte blanche à un clan qui manipule et détériore l’information pour des fins électoralistes et de conservation du pouvoir. A l’heure d’Internet, la parole fait le tour du monde à la vitesse d’un clic.  Ce qui  mobilise autant de personnes comme dans une manifestation où les  militants  seraient en première ligne.  Cet  outil de  « l'âge de l'information qui rend les individus capables et réduit la nécessité d'un gouvernement autoritaire et étendu. Le défavorisé peut accéder à un monde entreprenant et non réglementé et y trouver des opportunités... Hélas, c'est une grande menace pour les gens au pouvoir qui se fiaient aux relais de l'information pour garantir leurs positions. C'est ici bel et bien de la liberté d’expression qu'il s'agit. » (Wayne Langsen, "Le Raid contre la Liberté de Parole", Editorial du Boulder Weekly, 24.8.95)

Face à cette puissance incontrôlable, le pouvoir de Brazzaville qui est autiste face aux problèmes de pauvreté récurrente, de misère des Congolais et au chômage massif des jeunes semble être désarmé. Les moindres petites informations publiées sur Internet sont scrutées, disséquées pour contrôler son impact sur les populations. Une structure de la DGST chargée de censurer les blogueurs ne lésine pas sur les moyens de pressions à chaque internaute dont la diffusion des informations sur la toile serait considérée par le pouvoir comme dérangeante.  D’où la lenteur de la mise en œuvre de la vulgarisation de l’Internet au Congo-Brazzaville.

Ce qui est aberrant pour ce pouvoir vieillissant et en perte de vitesse c’est qu’il croit toujours arriver à imposer sa domination face à cette révolution planétaire de l’information.  « Fidèle Castro a passé des années à préparer sa révolution dans les campagnes cubaines, s'étonnait ainsi Roger Cohen, un célèbre journaliste américain dans une chronique du New-York Times le 24 janvier. Facebook a propulsé l’insurrection depuis l'intérieur du pays jusqu’à la capitale tunisienne en 28 jours.  Un tout petit mois pour faire fuir un autocrate au pouvoir depuis 32 ans ».

Tout porte à croire que le développement inévitable de réseaux indépendants, en particulier dans la téléphonie mobile, rend dérisoire l'idée du pouvoir de contrôler durablement la liberté d'expression. La tentative de recensement des abonnés mobiles réalisée au Congo pour filtrer les informations de façon illégale est vouée à l’échec.

De même en quelques heures  tout Bravrazzaville était au courant de l’information  publiée par « La Lettre du Continent » (20/10) que Madame  Amélie Saboga, épouse de Gilbert Ondongo ministre des Finances du Congo, a été interpellée le 1er octobre 2011 à l’aéroport de Roissy (Paris) avec des valises d’argent liquide ». Pire, « celle-ci est une récidiviste. Elle avait déjà été arrêtée, début 2011, à l’aéroport de Johannesburg pour le même motif ».

Comme il circule en ce moment sur la toile des contradictions s’aggravant de jour en jour entre JDO et SASSOU NGUESSO. Le tout amplifié par une vulgarisation de l’information  incontrôlée sur le net parfois, invérifiable mais ayant un impact très significatif.

Ainsi, le pouvoir peut prendre toutes les mesures coercitives pour contrer toute manifestation populaire, peaufiner les arrestations en douce ou encore augmenter les intimidations sur les personnes réclamant plus de démocratie et de liberté, ce ne serait que retarder l’échéance déjà en cours. L’internet est une force insoupçonnable qui a mis au défit les pires dictatures de ce monde. Son action peut être spontanée, directe et parfois violente sur les personnes qui refusent de se soumettre à la volonté populaire.

DAC


Indignez-vous : Les Congolais doivent briser le mur de la peur.

Collectif-1712


Congo : Amedé Deleau Loemba, Prisonnier politique en grève de la faim à la maison d’arrêt de Brazzaville

Le chômage endémique de la jeunesse, le désir des populations ne supportant plus l’humiliation et la misère imposées par des pouvoirs mafieux et tyranniques, la volonté de recouvrer la dignité, mais surtout la demande de justice, de liberté et de la démocratie sont le moteur des revendications de ce qu’on appelle de nos jours les indignés.

A tout seigneur tout honneur, rendons hommage au plus célèbre des indignés, le tunisien MOHAMED BOUAZIZI qui s’immola le 17 décembre 2010 et décéda le 4 janvier 2011, car son acte désespéré a sonné le glas de toutes les dictatures et la prise de conscience de plusieurs peuples opprimés, que chasser un dictateur n’est pas impossible.

Les indignés se caractérisent par le fait que leurs contestations se manifestent en dehors des partis politiques qu’ils considèrent à juste titre comme faisant partie d’un système corrompu, de l’establishment… et c’est bien le cas au Congo-Brazzaville pour le MCDDI des enfants KOLELAS, de l’UPADS des Mounkoueke, Tamba Tamba, Ngamassa…qui sont les complices de Sassou Nguesso.

Dans notre pays le Congo-Brazzaville et je ne le dirai jamais assez, notre salut ne viendra pas des organisations politiques, mais de la prise de conscience des populations et de la force citoyenne.

C’est dans cette optique qu’un congolais âgé de 31 ans, Amedé Deleau Loemba projeta d’organiser une manifestation pacifique à Pointe-Noire pour dénoncer l’insalubrité, la dégradation des routes, les inondations de la ville à chaque pluie diluvienne, mais surtout les détournements de fonds des autorités municipales de l’équipe du maire de Pointe-Noire Roland BOUITI VIAUDO et préfectorales représentés par Honoré PAKA.

La suite, pas ou peu de congolais la connaisse, le printemps arabe est passé par là avec des révoltes populaires qui entraînèrent les chutes des dictateurs Ben Ali de la Tunisie et Osni Moubarak d’Egypte.

Un dictateur averti en vaut deux. La DST « police politique » de Sassou Nguesso dirigé par le Colonel OBARA kidnappa Amedé Deleau Loemba en mars 2011 à Pointe-Noire et fut ensuite transféré en avril 2011 à Brazzaville toujours dans les geôles de la DST, où il est torturé physiquement à l’électricité et psychologiquement par des simulations d’exécution en lui pointant un pistolet à la tête avec pour chef d’inculpation « l’atteinte à la sûreté ».

De nos jours, il croupit à la maison d’arrêt de Brazzaville, où il est incarcéré arbitrairement et sans jugement depuis huit mois.

Si nous les congolaises et les congolais ne nous mobilisons pas pour notre frère Amedé, ce que nous n’avons pas le droit de faire, il risque d’en mourir pour n’avoir voulu que le bien-être de tous, c’est à dire une existence convenable pour chaque congolais.

Depuis le 20 octobre 2011, le brave Amedé Deleau Loemba a commencé une grève de la faim pour dénoncer ses conditions de détention et sa santé se dégrade considérablement.

Il ne demande qu’à être jugé, mais les autorités judiciaires congolaises qui reçoivent les ordres du pouvoir politique ne le souhaitent pas, craignant de faire de son procès une tribune politique.

Le pouvoir judiciaire congolais a donc décidé de ne pas instruire son dossier qui devrait l’être par le sinistre juge d’instruction M ITOUA PRIVAT, celui-là même qui instruisit et signifia en 2009 à MATHIAS DZON, ANGE EDOUARD POUNGUI et d’autres responsables politiques, l’interdiction de quitter le territoire national suite au hold-up électoral des présidentielles de 2009.

Dans tous les cas, notre frère Amedé n’est pas en mesure de payer les honoraires de son avocat « dont je ne communiquerai pas le montant », j’ai cité Maître Ambroise Malonga, le président de la convention des républicains, parti politique se déclarant de l’opposition.

Pour terminer, je me dois de transmettre le message de notre frère Amedé Deleau Loemba au peuple congolais d’abord, mais aussi à la communauté internationale.

Aux responsables des partis politiques tous azimuts :

Si les partis politiques ne sont pas en mesure de défendre la liberté individuelle d’un seul citoyen, comment imaginer qu’ils défendent ceux du peuple congolais ?

Aux congolaises et congolais de la diaspora et ceux du pays :

Mon seul péché aux yeux du gouvernement du Congo-Brazzaville a été de demander un Congo uni et prospère pour tous, une justice impartiale au service du peuple et la dénonciation des malversations financières de nos dirigeants qui sont la cause de notre misère socio-économique.

Dans ce combat entre David et Goliath, seul notre seigneur Jésus Christ le fils de Dieu sait de quoi sera fait demain et s’il m’arrive un événement malheureux, que la jeunesse congolaise ne se décourage pas et continue le combat pour la justice et la liberté.

Je ne vendrai jamais au plus offrant ma probité et mes convictions profondes et s’il faut que je me sacrifie pour mon pays, je le ferai !

L’heure n’est plus à l’indignation sans action pour se donner bonne conscience, mais à la mobilisation générale pour exiger au gouvernement de Brazzaville la libération sans condition de notre frère Amedé Deleau Loemba car sa place est auprès de sa famille et non en prison.

Par la même occasion, nous demandons la libération de tous les autres prisonniers politiques qui croupissent dans les geôles privées de Brazzaville.

Les Congolaises et les Congolais, ainsi que toutes les personnes de bonne volonté qui souhaitent aider Amedé Deleau Loemba peuvent envoyer un mail à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Mingua mia Biango
président du cercle de réflexion pour des idées nouvelles

Commentaires  

 
0 #7 clash of clans hack 27-03-2015 02:31
Filled up with impressive troops and structures to broaden, Clash of
Clans is made better as soon as you unlock the opportunity to rule
the lands.
Citer
 
 
0 #6 Le peuple chinois 04-11-2011 12:41
Peuple Congolais

Aujourd'hui,le peuple congolais est soumis au bon vouloir du Jugement qui les réservent quelques surprises bien agréables, Restez ouvert au changement et acceptez les événements inattendus qui pourraient se produire. Ils s'annoncent épanouissants sur le plan personnel, alors n'ayez pas peur de répondre à l'invitation d'un(e) inconnu(e). Étonnement garanti !c'est l'attrait de la nouveauté qui vous stimule... vous incitent à bouger, à vous lancer , à mettre en ouvre de nouveaux projets d'avenir. Votre dynamisme est impressionnant et votre volonté évidente, mais n'oubliez pas de finir ce que vous avez commencé par ailleurs... Déshabiller Jacques pour habiller Paul n'est certainement pas une bonne solution pour progresser
Citer
 
 
0 #5 Babela 04-11-2011 12:32
La chute d'un dictateur ne vient pas au hasard. Car qui tue par l'épée, mourra par l'épée a dit Jésus Christ. Le sang de toutes les personnes que Denis Sassou Nguesso a tue depuis la mort de Marien Ngouabi et du Cardinal Emile Biayenda sont maintenant devant le bureau officiel de l’Eternel Dieu des Armées et demande la chute de Denis Sassou Nguesso et son régime pourri, corrompu, dictatorial et très très encombrant qui a humilie pendant 30 ans le peuple Congolais.

Aujourd’hui tous ensemble UNIS, nous disons maintenant, trop c’est trop. Denis Sassou Nguesso, DEGAGE, DEGAGE, DEGAGE !!!
Citer
 
 
0 #4 Babela 04-11-2011 12:31
La chute d'un dictateur ne vient pas au hasard.


La chute de l’Empereur Bokassa n’est pas venue au hasard. La chute de Ceausescu n’est pas venue au hasard. La chute de Peter Botha n’est pas venue au hasard. La chute de Mobutu Sesse Seko n'est pas venue au hasard. La chute de Ben Ali n’est pas venue au hasard. La chute Hosni Moubarak n’est pas venue au hasard. La chute de Laurent Kabila n’est pas venue au hasard. C’est ainsi, la chute de Denis Sassou Nguesso n’est pas venue au hasard.
Citer
 
 
0 #3 Yakoma 04-11-2011 00:01
Mes chers freres,
Faites attention aux destabilisateur s du mouvement, Le general Gouenlondelé, c'est le papa de Hugues Gouenledele maire de Brazzaville,mar i de la fille de Sassou Nguesso. Le general, il etait le premier flic du Congo sous Sassou et même pendant le regne de lIssouba, il etait l'un des conseillers. Pour dire s'ils ont des comptes à regler entre eux; il faut les laisser. La revolution on a pas le temps de s'attarder sur le cas de X ou Y , c'est dur à entendre mais c'est comme ça. Il faut voir le cas de Libye, Tunisie et actuellement en Syrie, encoe des morts mais les manisfestations continuent. J'espere qu'on va y arriver car le noir est par nature peureux??? Neanmoins je soutiens l'initiative. Le plus important c'est le but à atteindre: degager ce diable de nguesso.
Citer
 
 
0 #2 INDIGNATION 03-11-2011 23:59
les Colonels Philippe OBARA et OBOUANDE ont lancé leurs sbires contres des patriotes et opposants à Brazzaville
En effet nous venons d'apprendre l'arrestation ce matin de Monsieur François IKULAMBA dit ''Franco''. Son crime est d'être un évangéliste proche du General Emmanuel NGOUENLONDELE. Ceci a été précédé par le harcèlement des proches du General.

Les éléments de la DGST ont débarqué nuitamment aux domiciles des proches du General durant la semaine qui a précédé l'arrestation. Menaçant au passage les parents de ces derniers. Que veut le pouvoir ? :
Appel est lancé aux ONG, la communauté internationale, les partis politiques et patriotes de se lever pour dénoncer l'arbitraire et les intimidations dans notre pays.
Citer
 
 
0 #1 Ebenga Jojo 01-11-2011 13:47
La croissance démographique est d'environ 2,7 %, en dépit d'une mortalité infantile élevée (8,1% contre 0,4% en France). L'espérance de vie n'est que d'environ 52 ans (contre environ 80 ans en France).
Le taux de chômage est de l'ordre de 46% ! Comme dans de nombreux pays d'Afrique c'est donc le "secteur informel", l'économie de la débrouille et des petits boulots, qui permet aux gens de vivre ou plutôt de survivre.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir