Vous êtes ici >> Actualités A la une Technologie La tablette numérique venue du Congo-Brazzaville

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

La tablette numérique venue du Congo-Brazzaville

Envoyer Imprimer PDF

Vendue à bas prix, dès la fin de ce mois, la “Way-C” est la première tablette conçue sur le continent noir. Selon son concepteur congolais (Brazzaville),

elle devrait bientôt débarquer en Belgique.

C’est l’une des (bonnes) surprises à laquelle Vérone Mankou, 25 ans, concepteur de la “première tablette numérique africaine”, ne s’attendait pas du tout. Alors que son modèle était destiné à l’Afrique, voici que la moitié des 7500 réservations en ligne proviennent… d’Europe. Dont une bonne partie de Belgique. “Mais pour votre pays, nous cherchons encore des distributeurs “, nous explique, via courriel, M. Mankou.

Malgré l’absence totale de promotion et d’action marketing vers le Vieux continent, la “Way-C” de la société VMK devrait donc prochainement arriver en Europe.

Mais cette tablette – que son concepteur présente comme la tablette “la moins chère du marché, du moins si l’on se base sur le rapport qualité/prix” – sera d’abord commercialisée, dès la fin janvier, au Congo- Brazzaville, patrie de M. Mankou. Son prix ? 150?000 francs CFA, soit environ 230 euros, pour une tablette tactile de 7 pouces et de 4 Gigas de mémoire, fonctionnant avec Android et disposant de la plupart des atouts de ses concurrentes. Le 3G en moins.

“La version actuelle n’est que Wifi, mais nous lancerons bientôt un modèle 3G, légèrement plus coûteux.” La “Way-C” a été présentée officiellement à l’ouverture du “Sommet sur les technologies Internet” de Brazzaville en septembre dernier devant plusieurs experts mondiaux.

Et quand on évoque le fait que cette tablette n’est pas vraiment africaine puisqu’elle est assemblée en Chine, à Shenzen, Vérone Mankou s’énerve (un peu). “En quoi l’Ipad serait une tablette américaine alors qu’il est aussi fabriqué en Chine ? Près de 90 % des tablettes sur le marché sont assemblés en Chine. La nôtre est africaine dans son design et sa conception.”

D’ailleurs, l’idée de l’ingénieur est, dans un second temps, de mettre au point une tablette “entièrement congolaise”. “Nous sommes actuellement en train de chercher des investisseurs pour créer une ligne d’assemblage au Congo. Cela nous permettrait de diminuer nos coûts, tant au niveau des transports que des taxes d’importation, poursuit le directeur général de VMK. Notre partenaire chinois a promis de nous aider à former notre personnel”

L’histoire de la tablette de VMK – dont la commercialisation a été plusieurs fois retardée – ressemble à celle du parcours du combattant. Le projet n’est pas neuf. Ainsi, M. Mankou explique que l’idée de cette tablette lui est venue dès la sortie, en 2007, de l’Iphone d’Apple. “A l’époque, je travaillais pour un fournisseur d’accès Internet à Brazzaville, explique-t-il. Nous planchions sur une solution pour donner davantage d’accès à Internet et à bas prix à la population congolaise. Quand j’ai vu le projet de Steve Jobs, j’ai eu comme une révélation. Je me suis dit qu’un gros Iphone bon marché, une tablette tactile, pouvait être la solution à ce casse-tête qui nous préoccupait.”

En 2009, le jeune Congolais décide de voler de ses propres ailes et fonde son entreprise, VMK. “Dès cette époque, j’avais tout ce qu’il fallait, techniquement, pour lancer ma tablette, poursuit M. Mankou. Mais il me manquait les moyens financiers et j’ai donc laissé tomber”.

Faute de pouvoir lancer son projet, VMK se spécialise dans la communication Internet. Mais l’idée trotte encore et toujours dans la tête de Vérone Mankou, qui frappe à toutes les portes pour trouver des investisseurs. “Beaucoup de banques ont refusé poliment. Ici, elles ne croient pas trop en l’innovation, mais nous avons eu la chance d’être soutenus par l’Etat congolais qui a vu le potentiel de notre projet.” Notamment en matière d’éducation : un modèle allégé de la tablette, avec un microprocesseur moins puissant et un disque dur de 2 Gigas sera ainsi proposé dans différentes écoles congolaises, à moindre prix (100 000 F.CFA).

Bien qu’il lorgne vers les marchés européens, le directeur général de VMK croit plus que jamais au sursaut technologique africain.

“Vous savez, sur le plan technologique, le marché occidental arrive à saturation. Les indicateurs nous le prouvent, la croissance des ventes des fabricants n’est plus aussi importante qu’auparavant, explique l’ingénieur. Dans les cinq années qui viennent, les marchés asiatiques et de l’Amérique latine le seront aussi. Sur la carte, il ne reste donc plus que l’Afrique où il y a tant à faire. Le potentiel est bien là, et est palpable. C’est un fait !”

La société VMK lancera d’ailleurs un smartphone en juin prochain.

© Raphaël Meulders - lalibre.be

Vidéo de présentation de la Way-C par France24

*************************************************************************************

Way-C, la première tablette numérique conçue au Congo-Brazzaville, s’exporte

Vérone Mankou a conçu et commercialisé la première tablette numérique africaine. Sa société VMK, située au Congo-Brazzaville, vend le produit depuis la fin de l'année dernière en Afrique, exporte déjà en Europe et ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.

Une tablette tactile avec un écran 7 pouces, 4 gigas de mémoire de stockage, 512 méga de RAM et qui fonctionne avec Android 2.3, le tout vendu à environ 225 euros. Voilà qui est intéressant me direz-vous. Intéressant, certes, mais pas exceptionnel.

Pourtant cette tablette-là a bien quelque chose d’exceptionnel par rapport à ses concurrentes. La "Way-C", puisque c’est ainsi qu’elle se nomme, est la première tablette entièrement conçue en Afrique, du design à la technologie.

L’assemblage, lui, se fait en Chine, comme pour l’iPad. Il se fait d’ailleurs au même endroit que les produits Apple.

"Dessiné et conçu au Congo"

Il y avait le fameux "Designed by Apple in California, Made in China (conçu par Apple en Californie, fabriqué en Chine)" sur les produits à la pomme. Il y a désormais le "Designed and engineered in Congo (Dessiné et conçu au Congo)" sur la Way-C de la société VMK.

VMK c’est cette société fondée en 2009 par Vérone Mankou, ressortissant du Congo-Brazzaville d’à peine 25 ans qui restera dans l’histoire comme le concepteur de la première tablette tactile africaine.

Le jeune patron d’entreprise ne compte d’ailleurs pas s’arrêter à ce "coup".

Bientôt une tablette 100% congolaise?

Tout d’abord, Vérone Mankou a confié à plusieurs médias qu’il espérait pouvoir produire une tablette 100% congolaise (c’est-à-dire assemblée au Congo-Brazza et non plus en Chine), ce avec l’aide de ses partenaires chinois pour la formation du personnel.

Ensuite, VMK projette de lancer son smartphone d’ici à l’été 2012.

L’avenir semble donc prometteur pour ce nouvel acteur du monde technologique africain.

Pour en revenir à la tablette Way-C, les pronostics de vente de la société étaient de 10 000 tablettes écoulées en un an au Congo, avant d’exporter dans les pays limitrophes et en Afrique de l’Ouest.

Mais alors que le produit visait le marché national, on constate que sur les 7500 réservations déjà effectuées en ligne, une sur deux est faite en Europe. Le tout alors qu’aucune publicité n’a été réalisée en direction de notre continent.

Les Belges sont présents parmi les commanditaires et le débarquement de la Way-C dans notre plat pays ne tient plus qu’à un accord avec un distributeur qui doit encore être trouvé. Surveillez bien les tablettes de vos amis à l'avenir, vous pourriez donc bientôt y lire "Designed and engineered in Congo" sur la tranche.

© Julien Vlassenbroek

Commentaires  

 
0 #1 seo services for 08-02-2015 21:57
I know most of you want to rank as fast as attainable.
The much more content you publish, the more indexed
pages you will have in Google and other search engines.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir