24/08/2017

Dernière mise à jour09:20:34 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités Régions Bouenza Sénatoriales dans la Bouenza : La débâcle du RMP est une chaude alerte pour cette plateforme

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Sénatoriales dans la Bouenza : La débâcle du RMP est une chaude alerte pour cette plateforme

Envoyer Imprimer PDF

Les élections sénatoriales à mi-mandat dans la Bouenza défraient toujours la chronique, eu égard à la débâcle inattendue de la majorité présidentielle.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le RMP et alliés qui totalisent à eux seuls 62 conseillers contre 28 de l’opposition n’ont pu faire élire qu’un sénateur sur les six retenus par la direction politique nationale. Cette situation à la limite surréaliste qui devrait plutôt préoccuper la direction politique du RMP semble être perçue comme un fait banal.

Pourtant, la débâcle du Rassemblement de la majorité présidentielle aux sénatoriales dans le département de la Bouenza humilie non pas les conseillers de la Bouenza, mais plutôt cette plateforme politique. Plusieurs faits corroborent cette assertion. Comme chacun le sait, le secrétaire général du Parti congolais du travail qui est aussi président par intérim du RMP avait donné des consignes aux 62 conseillers de voter pour les six candidats de la majorité. De même, il avait demandé à tous les indépendants, membres du PCT ou ayant signé au RMP de retirer leur candidature, afin de maximaliser les chances de succès des candidats retenus par la direction politique nationale. Cette interpellation était aussi destinée à tous les mentors des indépendants basés à Brazzaville ou dans la localité concernée par les sénatoriales.

Malheureusement, ces instructions au sommet n’avaient été suivies d’effet. En définitive, l’opposition qui n’avait que 28 conseillers a pu obtenir comme sur un plateau en or deux sénateurs. Dans la foulée, deux indépendants ont été élus au détriment des cinq candidats du RMP. Plusieurs observateurs de la vie politique nationale pensent à tort ou à raison que l’indiscipline qui a caractérisé les conseillers de la majorité dans le département de la Bouenza à l’occasion des élections sénatoriales à mi-mandat, met au grand jour les divergences de vues et d’approches politiques qui existent au sein du RMP et du PCT. Le hic c’est qu’au dépouillement, on a constaté que sur les onze enveloppes introduites dans l’urne, quatre appartenaient aux conseillers qui étaient eux-mêmes candidats à l’élection sénatoriale. Ce qui donne à penser qu’il n’y a eu que sept conseillers sur 62 qui ont en réalité respecté les consignes du Président par intérim du RMP. C’est pourquoi certains observateurs insinuent déjà un malaise au sein de ce groupement politique. Les conseillers du RMP et ceux du PCT dans la Bouenza apparaissent de plus en plus comme des électrons libres, des hommes sans conviction. Ils méritent un rappel à l’ordre pour envisager avec plus d’optimisme les élections législatives de 2012. Si rien n’est fait, l’avenir du PCT et du RMP dans ce département est plus que jamais compromis. Les résultats obtenus par cette plateforme dans la Bouenza ne sont pas honorables et de surcroît, de nature à rassurer l’ensemble des militants et sympathisants. Le «off» qui est observé autour de cette contreperformance électorale dans cette entité administrative par les responsables politiques parait suspect et révoltant à la fois. Il faut briser la loi du silence pour se parler et analyser froidement cette situation qui présage déjà des lendemains incertains pour le RMP et ses alliés dans ce département.

En tout cas, on n’a pas besoin d’être un prophète ou un spécialiste patenté de la politique pour dresser un constat d’échec de la majorité présidentielle qui, en réalité n’a pas d’assises dans ce département de la Bouenza. Pour tout dire, rien n’est encore perdu, pourvu que les dirigeants politiques prennent la situation au sérieux et en discutent sincèrement pour dégager les responsabilités des uns et des autres dans cette ténébreuse affaire. Personne ne s’attendait à une telle débâcle, au regard du travail qui a été réalisé par le collectif des conseillers avec à leur tête le premier vice-président du Sénat Benjamin Bounkoulou. Environ 150.000.000 de Fcfa ont été investis dans la réalisation des projets sociaux. Les populations qui en sont les principales bénéficiaires le témoignent si éloquemment.

C’est pourquoi la débâcle des membres du RMP et du PCT dans cette localité aux sénatoriales n’a pas été du goût de la population, qui dénonce d’ailleurs l’esprit comploteur de certains cadres politiques. Cette situation mérite un traitement particulier, en raison des ambigüités qui la caractérisent. Elle apparait aux yeux de certains comme l’aboutissement d’une guéguerre entre les partis politiques proches de la majorité d’une part, et entre les dirigeants du PCT de l’autre.

© Patrick Yandza



Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir