Vous êtes ici >> Actualités Régions Pointe-Noire Pointe-Noire : la Sosep annonce des changements au sein de la morgue

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Pointe-Noire : la Sosep annonce des changements au sein de la morgue

Envoyer Imprimer PDF

Faustin Yoba, conseiller à la communication de la Société de sépultures (Sosep) en charge de la gestion de la morgue de pointe-noire, a détaillé, lors d'un entretien, les changements en cours dans l'établissement.

Il a aussi tenu à rassurer les populations quant au dysfonctionnement des chambres froides et à démentir les rumeurs, notamment sur les frais de formalités qui seraient exorbitants

Il y a quelques semaines, la morgue de pointe-noire a connu un dysfonctionnement de ses chambres froides occasionné par un problème d'alimentation en électricité. Cet incident a entraîné la décomposition de nombreuses corps d'autant que la morgue ne dispose que de 45 casiers et qu'à ce moment-là, plus de 400 dépouilles s'y trouvaient. Cette situation, qui a défrayé la chronique et a occasionné des rumeurs dans la ville, « a été rapidement maîtrisée et tout est rentré dans l'ordre »,affirme Faustin Yoba.

« Quel que soit le groupe électrogène utilisé, rien ne peut remplacer la fourniture de l'électricité par la Société nationale d'électricité. Le groupe ne fonctionne pas en permanence ; une utilisation continue entraîne des pannes. Et c'est ce que nous avons vécu. La Sosep est particulièrement attentive à la conservation des corps pour les familles des défunts. Des dispositions particulières ont été prises afin d'éviter que pareille situation ne se reproduise. La morgue est désormais alimentée par une ligne spéciale », a-t-il assuré.

Selon lui, depuis sa création, il y a 22 ans, la Sosep de Pointe-Noire a toujours été au service de la population et s'acquitte convenablement de toutes ses obligations de service public : « La Sosep est confrontée aux mêmes difficultés techniques que toutes les entreprises d'exploitation. [...] Depuis sa création, la société s'efforce de s'adapter et de corriger progressivement ses erreurs. »

La morgue de pointe-noire à l'heure des changements

Étant donné l'accroissement du nombre d'enterrements, la Sosep a entrepris un vaste programme d'investissement. Celui-ci est destiné à la réhabilitation du matériel technique, mais également à la réalisation de travaux en vue d'augmenter la capacité d'accueil et de conservation des corps. Des moyens qui vont lui permettre de mieux assurer sa mission de service public.

Des travaux d'extension de la morgue sont en cours d'exécution. Ils concernent la construction d'un bâtiment abritant la direction des pompes funèbres, l'édification des murs de clôture, la construction de deux salles d'exposition des corps, d'une salle d'attente et de trois hangars faisant office de garage. Une deuxième morgue sera dotée de trois chambres froides avec des blocs de casiers individuels de 18, 20 et 25 corps. La Sosep prévoit aussi d'augmenter le parc de véhicules de la morgue avec une voiture de direction et un camion de ramassage des corps. La société a déjà acquis un nouveau matériel qui est en cours d'installation à la morgue.

Un programme qui devrait satisfaire les Ponténégrins, comme Laure : « C'était le vœu de la population que cette morgue soit agrandie. Cela nous permettra de ne pas vivre la même situation », estime-t-elle. Mais d'autres, comme Pétronille, s'inquiètent : « On a l'impression que ça devient un vrai commerce ». Des propos que partage le jeuneValese : « Il semble que plus la capacité d'accueil de la morgue augmente, plus on enregistre des morts. »

Les frais de formalités et d'achat des cercueils

Selon Faustin Yoba, les frais de formalités pratiqués par la morgue sont réglementés. Ils ont été décidés d'un commun accord avec le conseil municipal et départemental de la ville.« L'État s'est préoccupé de l'aspect social. Il fut un moment où la Sosep avait placé un tarif juste à l'entrée de la morgue. Tous les frais à payer sont détaillés dans les documents. Mais malgré cela, les familles se plaignent alors qu'elles sont informées dès le départ. Ce sont elles-mêmes qui décident du jour de l'enterrement, mais quand les corps de leurs parents passent beaucoup de jours à la morgue, elles sont étonnées des frais à payer », déplore-t-il. Pour ce qui est des cercueils qu'on obligerait les familles à acheter à la morgue, il affirme :« Les familles sont libres d'acheter les cercueils où elles veulent, le choix leur revient. »

Selon les informations fournies par Paul Ngababa, directeur général de la Sosep, la société a été créée en avril 1990, suite à la signature de l'acte n°065/91/CNS/P/S de la conférence nationale souveraine portant abolition du monopole des mairies et des villes sur les pompes funèbres. La société s'occupe du transport, de la conservation, du traitement des dépouilles mortelles, mais aussi de la menuiserie, de la fabrication et de la vente des cercueils ainsi que des pierres tombales et couronnes de fleurs. La société a géré des catastrophes ferroviaires et aériennes, à savoir : Mvoungouti I (117 morts), Mvoungouti II (83 morts), Hinda (17 morts), Yanga (60 morts) et le crash de Kitoko (21 morts).

Lucie Prisca Condhet

Photo : La direction générale de la Sosep.

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir