Vous êtes ici >> Actualités Régions Pointe-Noire Au Congo-Brazzaville, les camions de transport de bois sèment la mort

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Au Congo-Brazzaville, les camions de transport de bois sèment la mort

Envoyer Imprimer PDF
Ils sont devenus la terreur des habitants de Pointe-Noire. En l’espace de neuf jours, des grumiers (camion spécialisé dans le transport de bois) ont provoqué deux accidents dramatiques dans cette ville du littoral congolais. Au moins sept personnes ont été tuées. Devant les dommages causés par ces monstres du bitume souvent mal entretenus, les habitants enragent. 
Le fait n’est pas rare, mais cette fois c’en est trop. Jeudi 30 mai, vers 14h, un grumier de la société UTA (United Transport Africa) transportant des billes de bois d’eucalyptus percute une voiture et une moto à Mvou-Mvou. Bilan : un blessé grave. Les freins auraient lâché.
Neuf jours plus tôt, dans le quartier voisin de Nkouikou, un camion appartenant à la même compagnie finit sa course folle dans la devanture d’une pâtisserie. Son chargement se renverse, endommageant plusieurs véhicules. Au total, sept personnes sont tuées, selon des sources officielles. Les habitants, eux, parlent de dix-sept morts. Là encore, c’est le système de freinage qui est mis en cause.
Aux dires de nos Observateurs, les accidents de grumiers sont relativement fréquents à Pointe-Noire, en particulier au niveau de la descente de Mongo-Kamba, passage obligé pour rejoindre le port où les billes de bois sont transformées en copeaux pour fabriquer de la pâte à papier. Cette route pentue et encombrée met à rude épreuve des camions souvent vieillissants. "Ils sont vieux. Certains sont en service depuis plus de vingt ans", témoigne ainsi un chauffeur d’UTA, joint par FRANCE 24. "Et les normes de sécurité ne sont pas respectées. Le suivi des véhicules n’est pas assuré".
Contactée par FRANCE 24, la société UTA n’a pour l’heure pas répondu à nos questions.

"C’est rare qu’il y ait trois mois sans accident"

Crépin (pseudonyme) habite dans le quartier de Mvou-Mvou, en face du lieu du dernier accident.
Le 30 mai, vers 14 h, j’ai entendu qu’un accident venait de se produire. Je suis sorti filmer la scène. Le conducteur d’un grumier venait de perdre le contrôle de son véhicule. Il a percuté un taxi et une moto-taxi, une "Jakarta" comme on les appelle ici. Le jeune qui la conduisait s’est retrouvé coincé sous une roue du camion.
Comme aucun secours ne venait, ce sont les jeunes du quartier qui se sont mobilisés. Le jeune était en train de crier. C’était dur à supporter. Ils ont mis une heure à le dégager en s’aidant d’un cric. Ils l’ont conduit à l’hôpital. Il aurait succombé à ses blessures.
Le chauffeur du grumier s’est enfui avant l’arrivée de la foule. Après l’accident, la foule s’en est prise à un autre camion qui revenait du port. Le conducteur s’est fait insulter, éjecter de son véhicule et a été frappé. Les forces de l’ordre, dont une unité spéciale, sont arrivées. Elles ont essayé d’intimider la foule, mais celle-ci a commencé à leur jeter des pierres, auxquelles la police a répondu par des tirs de lacrymogènes. Le maire de Mvou-Mvou lui-même s’est déplacé. Il a été insulté par les habitants et est reparti aussitôt.
"Ça peut être la goutte d’eau qui fait déborder le vase"
Les habitants de Mvou-Mvou réclament que les grumiers ne circulent pas pendant la journée, lorsque la circulation est la plus dense. [Selon les autorités locales, un arrêté municipal pris le 8 mars 2004 interdit aux grumiers de circuler en ville de 18h à 6h]. Pourquoi la mairie n’interdit pas aux grumiers de circuler ? Sur la RN1 qu’ils empruntent obligatoirement, le trafic est tellement important que le moindre accident peut provoquer des morts. C’est rare qu’il y ait trois mois sans accident.
Ce n’est pas simplement contre cet accident que la population s’est mise en colère, mais contre le contexte congolais en général. Elle cherche aussi un prétexte pour faire entendre ses droits, parce qu’elle en a marre des problèmes d’eau, d’électricité, de chômage. Ce genre d’accident peut être la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
Accident du 30 mai à Mvou-Mvou. Vidéo réalisée par notre Observateur, dibs dibs
Article écrit avec la collaboration de François-Damien Bourgery, journaliste à France 24.

Commentaires  

 
0 #1 Serge Batchy 06-06-2013 08:46
Un grumier fait un accident et tue une personne.
Après avoir tué sept personnes et causé d’importants dégâts matériels, il y a quelques jours seulement, un autre grumier de la société Uta (United transport afrIca) a causé un nouvel accident de circulation à Pointe-Noire, mardi 21 mai 2013, vers 16h. Chargé de billes d’eucalyptus et roulant à vive allure, ce grumier, en voulant effectuer un dépassement, entre le rond-point Sympathique et la boulangerie, à Mvoumvou, a violemment heurté un taxi et une moto Djakarta. Bilan: un mort. Il s’agit du motocycliste, grièvement blessé et conduit à l’hôpital A. Sicé, où il n’a pas survécu à ses blessures. Le taxi est hors usage. Inquiétude et psychose gagne les Ponténégrins, à chaque passage de grumier.
La Semaine Africaine
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir