Vous êtes ici >> Actualités Régions Pointe-Noire Trois membres d’une famille assassinés à la machette à Pointe-Noire

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Trois membres d’une famille assassinés à la machette à Pointe-Noire

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Jeudi 7 août 2014, les habitants de Pointe-Noire, la capitale économique du pays, se sont réveillés avec la nouvelle d’un triple crime. Trois corps de personnes, deux adultes et un nourrisson, ont été retrouvés, dans une maison d’habitation située au quartier Socoprise, près de l’aéroport international Agostino Neto.

La quatrième victime est une femme qui était évanouie. Les corps de deux hommes adultes étaient décapités. La principale victime est un jeune cadre, répondant au prénom de Taliane, ingénieur géologue de son état, embauché il y a deux ans à peine, par une grande société d’exploitation pétrolière. Il était le propriétaire du domicile où s’est déroulé le triple meurtre. Il hébergeait son cousin et l’épouse de ce dernier.

Selon les voisins et les collègues de la victime propriétaire du domicile, le crime se serait produit dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 août 2014. Les premiers renseignements indiquent que l’assassin a fait irruption dans la maison, en l’absence du propriétaire. Il a, d’abord, agressé, à la machette, la femme qu’il a amputée des deux bras. Celle-ci est tombée évanouie.

Puis, il s’est acharné sur le nourrisson de huit mois, en lui coupant un bras, avant de l’enfermer dans une chambre, où il a été découvert mort. Est arrivé le mari, donc le cousin du propriétaire du domicile, qu’il tue et décapite. Lorsque le propriétaire, Taliane, est arrivé, il l’a cueilli et lui a aussi coupé la tête. Cet acte d’une barbarie inouïe est inexplicable. Rien n’a été emporté dans la maison par les présumés assassins.

Taliane avait une somme de 125.000 F Cfa dans la poche, et cette somme a été retrouvée. Apparemment, il ne s’agit pas d’un braquage, mais, probablement, d’un assassinat crapuleux en forme de règlement de comptes. En tout cas, les Ponténégrins sont stupéfaits. La police a fait le constat d’usage et une enquête est ouverte. Les corps ont été déposés à la morgue municipale de Pointe-Noire, tandis que la femme, dont les deux bras sont amputés, est hospitalisée. Les travailleurs de la société concernée sont dans l’incompréhension, l’émoi et une profonde tristesse. C’est le choc.

La police réussira-t-elle à retrouver l’assassin barbare? En tout cas, il le faut, car un tel crime ne peut pas rester impuni. La police devrait veiller à la sécurité de la femme hospitalisée, car son témoignage sera précieux pour retrouver la trace de l’assassin qui la croyait morte.

Source La Semaine Africaine


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir