Vous êtes ici >> Actualités Régions Pointe-Noire Les échos de Pointe-Noire

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Les échos de Pointe-Noire

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Sécurité publique: cinq braqueurs présentés à la presse par la police. Les malfaiteurs ont été présentés le 20 mars à la presse au siège de la Direction départementale de la police du Kouilou.

Selon les services de police, les bandits appartiennent à des différents groupes et associations des malfaiteurs qui opèrent fréquemment à travers différents arrondissements que compte la ville et responsables de plusieurs cas de braquage perpétrés dans certaines habitations. En effet, des uniformes militaires, des machettes, des jouets d’appareil de communication policière, des faux billets de banques, du chanvre ont été retrouvés lors de la perquisition aux domiciles de certains parmi eux.

Répondant à la presse sur la protection des populations et de leurs biens, le colonel Georges Kilebe, commissaire central de police de la ville océane, a indiqué que la police ne va jamais dormir, elle continuera à traquer tous les fauteurs de trouble qu’elle croisera sur son chemin à Pointe-Noire et au Kouilou. « Ces bandits seront présentés au procureur de la République, la police exercera toujours son travail de sécurisation quotidienne des populations et de leurs biens. La police a même reconnu l’un des malfrats arrêté pour vol de véhicule. Une enquête avait même été précédemment ouverte sur ce dernier, aussi une vidéo remis à la police par une personne victime d’un cas de braquage illustre bien comment celui-ci opérait dans son habitation », a-t-il signifié. Signalons que l’une des personnes arrêtées serait un élément incontrôlé et déserteur des effectifs de l’ex-Sous groupement mobile de police.

Séverin Ibara

Source Adiac

***

Insécurité grandissante à Pointe-Noire

Se promener la nuit, à Pointe-Noire, capitale économique du pays, devient périlleux. Après la découverte du corps d’une jeune femme en décomposition très avancé, le 2 mars dernier, au quartier Siafoumou, dans le quatrième arrondissement, les habitants de Tié-tié (secteur arrêt Savon) ont, eux aussi, découvert un corps, mardi 17 mars 2015, tôt le matin. Il s’agit du corps d’une jeune fille d’à peine quinze ans, dénudée, non encore identifié. Son corps ne présentait pas de stigmates d’agression. Suicide ou crime crapuleux nocturne? On se perd en conjectures. Le corps de la victime a été déposé, aussitôt, à la morgue municipale.

Source La Semaine Africaine

***

Un faux inspecteur de la C.n.s.s pris la main dans le sac

Tel est pris qui croyait prendre. Roger Essiama Piendo, alias Bertrand Itoua, 43 ans et sans emploi, se passait, depuis belle lurette, pour un inspecteur de la C.n.s.s (Caisse nationale de sécurité sociale). Il rançonnait tout sur son passage (sociétés, magasins, et boutiques), dans la ville. Lundi 16 mars 2015, il est tombé dans les mailles du filet de la gendarmerie nationale, au moment où il effectuait un faux contrôle à la société de sous-traitance pétrolière Stio. Plusieurs faux documents liés à ses pseudo-fonctions ont été retrouvés à son domicile, pendant la perquisition. Auditionné, il a avoué ses forfaits. Comme quoi, neuf jours pour le voleur, le dixième, pour le propriétaire.

Source La Semaine Africaine

***

Une femme en tenue d’Adam provoque le scandale à Bondi

Bondi, une bourgade pétrolière sur la route nationale n°1, à 35 kilomètres, à l’Est de Pointe-Noire, dans le département du Kouilou, a fait parler d’elle, samedi 28 février 2015, vers 15h. Une jeune dame de moins de trente ans ne s’est pas gênée de se laver complètement en tenue d’Adam, devant sa résidence corporative. De nombreux usagers de la route ont été les témoins émus de ce spectacle en plein jour. Certains passants ont jubilé, d’autres ont été choqués. Il paraît que les scènes de ce genre sont devenues fréquentes dans la banlieue de Bondi et ses environs. Savent-ils qu’il s’agit du délit d’attentat à la pudeur puni par la loi?

Source La Semaine Africaine

***

Espace public : des panneaux publicitaires en mauvais état à Pointe-Noire

Le constat a été fait, le 19 mars, sur l’avenue Marien-Ngouabi, non loin de l’arrêt de bus « Bolé bantou » où un panneau publicitaire est tombé de son support.

Personne n’a pu affirmer pourquoi ni comment ce panneau publicitaire s’est retrouvé par terre. Mais la petite pluie qui s’est abattue sur la capitale économique dans la nuit du 18 au 19 mars peut être à son origine.

La présence de ce panneau publicitaire allongé sur la voie publique a attiré l’attention de tous ceux qui sont passés sur l’avenue Marien Ngouabi jeudi. En effet, aux heures du matin, la circulation s’étouffe et chacun a eu le temps de le constater.

Nourrissant leur curiosité, les passants ont essayé de comprendre cette situation à leur manière et d’évoquer les raisons qui ont contribué à la chute de ce panneau publicitaire. Nombreux ont parlé de son état défectueux. « Ce panneau serait dans un état défectueux. C'est ce qui a causé sa chute », a dit l'un des passants.

En tout cas, ces panneaux qui tombent montrent les dangers que court la population ponténégrine. D’où les autorités locales sont appelés à veiller à ce que ces panneaux qui envahissent la ville soient bien entretenus.

Hugues Prosper Mabonzo

Source Adiac


 

 

 

Commentaires  

 
0 #1 Espionner Facebook 27-08-2016 08:04
Hello à l'équipe du site, encore un billet de super qualité, mes compliment
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir