Vous êtes ici >> Actualités Régions Pointe-Noire Voiries et assainissement de Pointe-Noire

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Voiries et assainissement de Pointe-Noire

Envoyer Imprimer PDF

Plus jamais ça ?

La municipalité de Pointe-Noire a mis, pour une fois, les bouchées doubles durant la saison sèche qui est en train de s'achever. La ville a connu aujourd'hui une première pluie heureusement modérée. De nombreux chantiers ont été poursuivis, commencés ou achevés comme celui de la route de la gendarmerie. Certains nous font un peu peur tel le pont de Songolo qui n'est plus a simple voie comme par le passé mais nous doutons fort que l'ouverture de l'ouvrage soit suffisante pour laisser passer les crues. Nous l'avons dit et répété en vain, sans doute que les services techniques ont pris leurs précautions et que nous sommes dans l'erreur, attendons cependant les vraies pluies pour savoir qui a raison.

Des assainissements sont en cours sur l'avenue Marien Ngouabi entre la route de la Gendarmerie et la DIRATT, il est peu probable qu'ils seront finis à temps. Échapperons-nous aux inondations telles celles de l'an passé et qui furent dues au fait qu'une restauratrice de la Côte Sauvage dont il vaut mieux taire l'identité a fait boucher l'exutoire des assainissements existants ? Nous n'y croyons guère compte tenu que nous n'avons pas vu de travaux destinés à remplacer la canalisation condamnée. Là encore ce seront les pluies qui joueront le rôle de juge de paix.

Le chantier de l'avenue Bounji peine sur sa partie comprise entre la route de l'aéroport et la route de Mpita, ça tombe mal, c'est la partie la plus en pente et l'eau risque fort de faire des ravages.

Nous reconnaissons cependant sans mal que cette année aura vu des progrès certains bien qu'ils demeurent très en deçà.

Deux articles provenant de la rédaction ponténégrine des "Dépêches de Brazzaville " et parues dans l'édition de de notre confrère semblent se contredire à propos des travaux en question. On pourra les lire à la suite.


Chantiers municipaux de Pointe-Noire : plusieurs ouvrages seront prêts avant les pluies

Pascal Tchivongo, directeur des Équipements et des Travaux urbains, a effectué, le 20 septembre, une visite des chantiers en cours de réalisation par le conseil départemental et municipal

Cette visite entre dans le cadre de la dixième session ordinaire du conseil départemental et municipal, qui a démarré le 13 septembre et prendra fin le 22 septembre. Les élus ont constaté l'état d'avancement des travaux. Ceux-ci, lancés il y a quelques mois, concernent, entre autres, la construction de ponts et caniveaux ainsi que l'aménagement et le bitumage des routes, des aménagements très attendus par les Ponténégrins.

Selon Pascal Tchivongo, les travaux avancent normalement. Dans l'ensemble, 30 à 40% de ceux-ci ont déjà été réalisés et plusieurs ouvrages seront opérationnels d'ici le mois d'octobre. Il a estimé que les pluies pourraient entraîner un retard dans l'exécution, mais n'occasionnerait pas d'arrêts, rassurant ainsi les populations qui craignent des dégâts dus aux eaux de ruissellement dans les environs des chantiers en cours.

Plusieurs chantiers ont été visités parmi lesquels la route des Caravanes à Tchiniambi dans l'arrondissement 3, Tié-Tié ; la route nationale n°4 (Chapelle des-vainqueurs-carrefour Coraf) et la liaison Tchiali-Makayabou dans l'arrondissement 4, Loandjili ; l'avenue Bouanga-Kalou/Ngongo (ex Outchielo) à Matendé, dans l'arrondissement 2, Mvou-Mvou.

Durant la visite du chantier de l'avenue de la République (quartiers La-Joie-du-Congo/Cocotier-du-Niari), où sont réalisés des travaux d'aménagement et d'assainissement de la chaussée, les populations ont déploré l'étroitesse des caniveaux qui, selon elles, pourraient occasionner des inondations dès le retour des pluies. Pour Pascal Tchivongou, il n'y a pas lieu de s'inquiéter à ce sujet : « Il faut plutôt craindre les bouchons dus aux ordures que les populations jettent dans les canalisations. Ils forment une boue qui empêche l'écoulement des eaux. Au contraire, sur ce tronçon, nous avons rehaussé la chaussée et nous continuerons à le faire », a-t-il expliqué.

Les déchets, déversés dans les caniveaux, les rues et le long des cours d'eau, freinent l'exécution des ouvrages et obligent à des opérations d'assainissement préalables. Néanmoins, certains aménagements sont déjà opérationnels en centre-ville.

Dans sa politique de désenclavement des quartiers et d'ouverture de la ville aux quartiers périurbains, la municipalité prévoit également l'aménagement et le bitumage de la route Mbota-Mpaka (5,7 kilomètres), du pont de Songolo-avenue Coraf (2,2 kilomètres), ainsi que du PK8, de l'avenue de l'Indépendance à Mpaka jusqu'au raccordement de l'avenue Jean-Pierre-Thystère-Tchicaya.

Lucie Prisca Condhet

© Les dépêches de Brazzaville

Photo : Un chantier en cours de réalisation.


La saison des pluies arrive à grands pas…

Les premières averses d’octobre sont synonymes de bonnes récoltes pour les cultivateurs mais aussi d’angoisse pour les habitants de certains quartiers de la ville.

La capitale économique du Congo bénéficie d’une position géographique qui attire les touristes ; elle est également arrosée de nombreux cours d’eau. Des atouts qui, souvent, se transforment en cauchemar pour beaucoup de Pontenégrins à la saison de pluies. Inondations ici et glissement de terrain là accompagnent de leur lot de malheurs le mois d’octobre.

À Tchimagni, dans le troisième arrondissement, quand arrivent les pluies, les quelques ponts de fortune et passerelles du quartier sont submergés, obligeant les piétons à barboter dans la boue comme des canards. À Mbota, au quartier Culotte, dans le deuxième arrondissement, tous les habitants ont les pieds dans l’eau à chaque averse. Les maisons sont inondées et les pertes de mobilier ainsi que d’ustensiles de cuisine ne se comptent plus. Blaise, un habitant du quartier Culotte, témoigne : « À la saison des pluies, on ne cesse de lancer les cris de détresse pour que les autorités prennent notre situation en considération et construisent des canalisations pour évacuer les eaux qui stagnent sur les avenues ou inondent nos parcelles. Actuellement, il ne pleut pas, c’est le moment favorable pour pallier ces problèmes. Personne ne s’en préoccupe et c’est seulement quand on aura perdu tous nos biens que les autorités viendront compatir devant nos maisons. »

Dans le quatrième arrondissement Loandjili, la plupart des quartiers sont dans l’eau et des noyades sont même enregistrées. Les véhicules ont des difficultés à circuler sur les routes secondaires, obligeant les habitants à parcourir des kilomètres à pied à la recherche d’un improbable moyen de transport.

Heureusement, les malheurs des habitants de Pointe-Noire vont peut-être s’alléger grâce aux nombreux ouvrages en construction, les ponts en cours de réalisation, les caniveaux et le bitumage des avenues et routes principales… Des ouvrages qui, selon toute vraisemblance, ne pourront pas être achevés avant les premières pluies mais qui soulageront à coup sûr les Pontenégrins habitués, malheureusement, depuis des décennies aux pleurs et jérémiades à la saison pluvieuse.

Hervé Brice Mampouya

© Les dépêches de Brazzaville


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir