Vous êtes ici >> Actualités Régions Pointe-Noire Pointe-Noire : Une fillette sauvée de justesse par son père

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Pointe-Noire : Une fillette sauvée de justesse par son père

Envoyer Imprimer PDF

Une élève de 10 ans qui a piqué une crise de paludisme dans une école primaire à Tié-Tié dans le 3e arrondissement de Pointe-Noire,

a été prise pour morte, victime d’un mauvais constat médical à l’hôpital de base Congo-Malembé. En effet, l’élève dont le nom n’a pas été révélé, a présenté des signes de manifestation de la malaria la semaine dernière, lorsque son enseignante l’a emmenée à l’hôpital de base Congo-Malembé.

Le médecin et les infirmiers de cet hôpital qui se sont affairés autour de l’enfant, ont par la suite décidé qu’elle était déjà décédée. Le corps a été enveloppé et déposé dans une salle, en attendant l’arrivée du corbillard pour le transporter à la morgue. Informé, le père de la victime est arrivé en catastrophe sur les lieux, réfutant le constat médical fait sur son enfant. Instinctivement, il a donné trois gifles à la fillette inconsciente et, à la surprise générale, l’enfant a réagi, revenant ainsi à la vie. Au moment où nous mettons sous presse, elle a regagné le toit familial, bien portante, après avoir reçu un traitement approprié à l’hôpital Adolphe Sicé, un autre centre hospitalier de Pointe-Noire.

Voilà qui pose le problème de l’expérience de ceux-là même qui ont prêté le serment d’Hippocrate pour sauver des vies humaines, qui se retrouvent entre leurs mains. Malheureusement, ce cas qui a traumatisé les ponténégrins est un parmi tant d’autres, qui allonge la liste noire des morts distribuées gratuitement dans nos hôpitaux par cette race de médecins, d’infirmiers et autres agents de santé, mettant à nu leur incompétence et le manque d’éthique. Des témoignages fusent de partout, attestant que des vies auraient pu être sauvées et qui ont été sacrifiées à cause de la négligence de ces agents de santé, plutôt mûs par un esprit mercantile dans ces centres hospitaliers: «pas d’argent, pas de soins ou d’assistance?», telle est leur devise.

Comment comprendre qu’un médecin expérimenté, puisse réagir de la sorte, sans réflexe aucun, en envoyant ses malades à la morgue sur la base d’un constat empirique. C’est un scandale.

© G.N.


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir