23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités Régions Likouala Ouesso: Pour une exploitation forestière citoyenne

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Ouesso: Pour une exploitation forestière citoyenne

Envoyer Imprimer PDF

L’industrie forestière congolaise suscite aujourd’hui un engouement particulièrement troublant qui passe sous silence pour le plus grand nombre des concitoyens.

Des sociétés occidentales se sont implantées dans la région  de  la Sangha  plus particulièrement dans les forêts de  OUESSO pour une exploitation intensive du bois. Sous le couvert d’une exploitation obéissant aux normes et certification conventionnelle appelée FSC (Forest  Stewardship Council), les arbres sont abattus et drainés hors de nos forêts et acheminés non pas vers Pointe-Noire ou encore moins dans la ville de Ouesso pour une  exploitation locale mais bien hors du territoire congolais privant ainsi nos concitoyens d’une opportunité d’emploi pouvant générer le développement de la région entière voire du pays. En effet, la majorité du bois ainsi abattu dans cette forêt est directement acheminé vers le port de Douala au Cameroun au lieu de celui de Pointe-Noire. Au delà du bénéfice que l’on peut semble t-il justifier tirer de cette exploitation, pourquoi ce choix du Port de Douala au détriment de celui de Pointe-Noire ? Le gouvernement congolais ignore t-il l’importance en termes de création d’emploi que rapporte cette activité  si l’on s’attelait réellement à mettre en place une politique de développement locale et nationale d’infrastructures routières et économiques ?

 

Devoir concilier le développement industriel, technologique avec les droits de l’Homme

L’exploitation de la seconde ressource économique du pays devrait être gérée de façon à ce qu’elle soit source de profit et génératrice d’emploi pour nos concitoyens.

Qu’observons-nous ces deux trois dernières années, une vaste campagne de sensibilisation sur près de 2,5 millions d'hectares ayant été certifiés FSC, label alliant un suivi de la forêt, un volet social de qualité et le respect de la biodiversité.  Ceci dans le but d’atteindre l’objectif  de  10 millions en 2012. Pour rappel, le label FSC est un engagement pour le respect des règles sociales et de sécurité pour les travailleurs de l’entreprise mais aussi pour les familles. Elle participe logiquement à l’amélioration des logements, à l’accessibilité en eau potable et en énergie et également contribue à la scolarité des enfants des travailleurs. Au regard des conditions précaires et surtout aux conditions de scolarités plus que défavorables que nos concitoyens de cette localité sont confrontés actuellement  l’on s’interroge à quoi ont servi les sommes versées par les deux entreprises qui exploitent la forêt de OUESSO en l’occurrence la CIB (Congolaise Industrielle des bois , du groupe danois DLH) et l’IFO (Industrie Forestière de Ouesso du groupe Allemand DANZER) .D’après les informations recueillies auprès du journal le Figaro , pour le droit à l’exploitation semble t-il concédé par les populations auprès de ces entreprises, ces dernières devraient verser l’équivalent de 200 F CFA par métre cube vendu pour encourager des programmes agricoles de subsistance. Pourquoi le gouvernement accepte t-il de cantonner les Congolais de continuer à vivre d’une agriculture de subsistance ? Après 50 ans d’indépendance, sommes-nous pas disposés à élaborer des politiques d’une agriculture industrielle ?

Les droits des pygmées du Congo ne sont-ils pas des droits de l’homme ?

Aujourd’hui, il se trouve que ces programmes agricoles tardent à se concrétiser sur le terrain.

Pourtant, toujours d’après le Figaro, 160.000 euros (104 953 120 F CFA) ont été versés par l’IFO  au titre de l’année 2009. A supposer que la même somme ait été également par la société  CIB. Ce qui nous donnerait environ 209 600 000 F CFA. Au delà des ces sommes dérisoires pour les exploitants forestiers, qui à notre avis, ne cadre pas réellement aux bénéfices que se font ces sociétés au détriment des populations, on s’interroge, par exemple, ce qui a empêché que cette somme soit  reversée dans l’amélioration ne fusse que des conditions de scolarité des enfants de cette localité. A ce jour, plusieurs établissements manquent cruellement de tables et banc. Les élèves suivent les cours en s’asseyant à même le sol.  Pourquoi ?

Pire encore, l’on apprend que ces sociétés utiliseraient  des populations autochtones pygmées sous couvert d’une démarche  de politique de gestion durable des forêts tropicales afin d’exploiter les essences nécessaires en respectant semble t-il l’habitation des pygmées. Pour cela, elles ont doté nos frères pygmées des GPS pour mieux les localisés et éviter ainsi les conflits.

Non c’est inadmissible et c’est juste une nouvelle manière de maquiller l’acculturation de nos concitoyens en apport  douteux de générosité technologique. C’est de l’esclavage moderne maquillé en solidarité. Pour nous Congolais, pensez-vous un seul instant qu’un pygmée aurait besoin d’un GPS pour se repérer dans une forêt qui a toujours été son habitat depuis des siècles ? Ou simplement que c’est une exploitation encore plus vicieuse et deshumanisante qui se met en place avec l’accord des nos dirigeants ?

Il parait « Que 2 à 3 arbres à l’hectare sont abattus »  dixit FSC. « Certes, mais imaginez maintenant un carré de 100m x 100m, puis 3 arbres de 60m de haut  qui sont abattus emportant avec eux quantité de tiges d'avenir ; imaginez aussi les pistes de débusquage pour tirer chacune des grumes vers des pistes secondaires qui débouchent sur les grosses pistes de débardage et d'évacuation, sans parler des aires de stockage ; imaginez enfin des hordes d'ouvriers forestiers qui passent leur temps perdu à tendre des pièges, et tout cela tous les 30 ans !!! Pauvres Pygmées, légendaire Peuple de la Forêt doté désormais des GPS de Chirac et Sarkozy, qu'on imagine enfin gambader gaiement dans une forêt éco-labellisée, sautant de bosquets en clairières, de pistes de débardage défoncées en mares d'huile de vidange… » (1)

A qui veux-t-on faire croire qu’il suffit que nos frères pygmées répertorient certains arbres qu’ils jugent nécessaires a leur subsistance pour que ces derniers soient exemptés d’abattages.  Notre coup de gueule ne vise pas la crédibilité du label FSC  ni encore moins son utilité. Mais nous pensons fortement que cela n’as pas  été très pensé  face à la réalité congolaise, il utilise une démarche inappropriée qui ne tient pas compte de la culture congolaise. Nous refusons qu’on brade notre culture avec des GPS qui n’ont qu’un seul but de se servir des pygmées pour ratisser nos forêts. Ils envoient les informations qui sont immédiatement consignées sur les cartes qui serviront aux bûcherons. Dites nous que deviendra l’enfant Pygmées dans 20 ans !!! Un enfant complètement déboussolé, sans repère  ni souvenir pendant ce temps ses parents œuvrent pour alimenter les grosses banques danoises, allemandes,  françaises et les comptes de certains politiciens congolais véreux.

Le gouvernement doit préserver les droits des Congolais

Pourquoi  le gouvernement continue-t-il à  céder nos matières premières et nos ressources, sans qu’elles subissent surplace, dans notre pays, les transformations qui leur donnent une valeur ajoutée ?

Que faire, Le gouvernement doit :

Mettre en place une commission d’évaluation pour créer des infrastructures routières et ferroviaires permettant non seulement le désenclavement de la région mais surtout à l’exploitation nationale de ces ressources.

Mettre en place une commission chargé d’évaluer les conséquences de l’exploitation intensive de ces forêts.

Créer d’urgence un Comité local de suivi et contrôle des investissements sur les projets de développement des localités concernées.

Veiller à l’application stricte du  Certification FSC en matière d’amélioration des infrastructures éducatives, sanitaires et locatives.

Créer une commission interdisciplinaire entre l’Etat et la société civile  pour une exploitation maîtrisée des forêts tropicales de notre pays, tel qu’il est stipulé dans son article 4 des principes du FSC.

Mettre en place une commission nationale pour la défense de la culture pygmée.

Congolais, Pygmées et bantous, nous sommes tous égaux en droit !!!

ASSOCIATION DAC

(1)  Un Monde Pygmée. www.unmondepygmee.com.

Commentaires  

 
0 #3 Bruno Blanquet 08-12-2016 08:32
Salut je suis entrain de venir ou congo pour investir dans le domaine bois alors je recherche les contacts svp bruno blanquet
Citer
 
 
0 #2 bondage 01-10-2015 19:30
Thanks for your personal marvelous posting! I really enjoyed reading it, you're a great author.I
will make sure to bookmark your blog and will eventually come back very soon. I want to encourage continue
your great job, have a nice morning!

Feel free to surf to my weblog ... bondage: https://www.rebelmouse.com/Stanothom/tips-on-how-to-spice-up-your-sex-life-1210958272.html
Citer
 
 
+1 #1 Helli 18-04-2014 11:32
Je cherche Frank de Echterdingen (Allemagne) qui a travaillé la-bàs pendant mon visite en 2007. Donnez-moi son addresse. Je suis allemande et habite près de Stuttgart :eek:
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir