Vous êtes ici >> Actualités Régions Niari INCROYABLE : Par manque de sérum, la rage à tué à Dolisie

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

INCROYABLE : Par manque de sérum, la rage à tué à Dolisie

Envoyer Imprimer PDF

La rage est la première maladie ayant connu la vaccination grâce à Louis Pasteur qui en 1885 traita avec succès l’enfant Joseph Meister qui en était atteint.

Les « Dépêches de Brazzaville » nous apprennent qu’un jeune homme en est mort à Dolisie. Comment comprendre qu’au XXIème siècle, on puisse encore mourir de cette infection au Congo parce que le sérum n’y est pas disponible en pharmacie.

C’est d’autant plus incompréhensible que les animaux errants ou sauvages sont pléthore. Il importe donc que le sérum puisse y être administré en cas de doute.

Puisse ce lamentable fait divers pousser le ministère de la santé et l'ordre des pharmaciens à une réflexion capable de sauver des vies humaines.

Il ne faut pas oublier que la rage est extrêmement contagieuse.

ya_sanza

***************************************************************************************************************************************************************************

Santé : la rage crée une véritable psychose à Dolisie

En quelques semaines, la capitale du Niari a enregistré  4 cas mortels de rage. La mairie somme les propriétaires de chiens et de chats de faire vacciner leurs bêtes au plus vite

Comme toujours en pareille situation, les populations n'ont pas été alarmées par les cas isolés de morsures de chiens ou de chats dans les premiers temps. Le premier cas a concerné un garçon d'une dizaine d'années, mordu par un chien. Les cas de morsures dans les villes du Congo ne sont pas rares, mais l'attention a été éveillée lorsque le chien en question est mort. Quelques voix ont alors commencé à circuler. Et la rumeur s'est transformée en inquiétude quand un autre garçon mordu est décédé. Puis, la rumeur a tourné à la panique : au quartier Tahiti, la population a été le témoin direct d'une scène des plus atroces. Une fillette y a été attaquée par un chat sorti de nulle part ; il a fallu bien longtemps à quelques courageux pour détacher les mâchoires de l'animal du corps de la fille qui devait décéder, elle aussi, quelques jours après.

Puis, ainsi qu'une précédente édition des Dépêches de Brazzaville l'a signalé, est arrivé le décès dimanche soir de notre ancien vendeur, Dieuveil Mounana, 25 ans environ, après avoir été attaqué dans sa maison par un chien errant. Le doute n'a plus été permis. D'autant qu'au quartier Hamar, trois propriétaires de chiens ont vu leur animal de compagnie mourir après une paralysie partielle des membres, des spasmes et l'immobilisation. Le doute n'est plus permis : l'épidémie de rage s'est installée dans la capitale du Niari. Les passants sont désormais dans l'angoisse de voir surgir à tout instant un animal quelconque, attaquant sans raison et contaminant sa rage.

La mairie a vigoureusement réagi. Désormais tout propriétaire d'animal de compagnie, chien ou chat, doit impérativement se rendre au service vétérinaire et l'y faire vacciner. Les services spécialisés se disent disponibles pour cette opération qui devient une véritable urgence nationale. Tout propriétaire d'animal de compagnie qui ne justifierait pas d'une vaccination récente s'expose à de fortes amendes. Le message semble passer. Ce jeudi matin, en plusieurs endroits de la ville de Dolisie, les chiens n'étaient visibles que tenus en laisse ou amenés vers le point de vaccination.

Berthe-J. Koumba et L. Mpama


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir