Vous êtes ici >> Actualités Régions Pool Sassou Nguesso construit à Kinkala son palais à 5 milliards de FCFA Denis Sassou Nguesso nous sort de son chapeau un palais présidentiel à kinkala à 5 milliards de FCFA.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Sassou Nguesso construit à Kinkala son palais à 5 milliards de FCFA Denis Sassou Nguesso nous sort de son chapeau un palais présidentiel à kinkala à 5 milliards de FCFA.

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 


Ce palais figurait-il parmi les priorités du chemin d'avenir ? Ou bien, c'est par excès de liquidité et par absence de projets économiques qu'on s'oriente vers des projets sans vie ? Nous le savions que ce gouvernement est en panne d'idées et ne se souciait guère du développement du pays mais, pas au point de jeter des milliards à la Mercie de tout chinois qui tendrait la main. L'irresponsabilité de Denis Sassou Nguesso transforme en théâtre de l'absurde dont il joue son principal rôle.

Après avoir abandonné cette région des années durant sans accès, Denis Sassou Nguesso pense maintenant qu'il fait bon vivre dans la capitale du pool pour y construire une demeure  des seigneurs, c'est de la folie.

Sans l'aide de l'union européenne, le tronçon de la route nationale N°1 Kinkala-Brazzaville serait toujours en friche à ce jour.  Rappelons qu'il fallait  une journée pour parcourir les 75 kms qui séparent Brazzaville à cette belle localité. Une situation qui convenait au dictateur putschiste devenu président à la suite d'un bain de sang sans précédent dans l'histoire de notre pays.
Denis Sassou Nguesso est seul responsable des massacres commis dans le pool. Il a entretenu avec la complicité de ses généraux une rébellion armée dans cette région pour anéantir la résistance du peuple qui s'organisait à partir de cette contrée  pour dire non à la mise à mort de l'idéal démocratique.

Denis Sassou Nguesso applique la politique sociale de la paupérisation du peuple congolais notamment celui de la région du pool, de ses politiques, de son élite et de l'ensemble de sa classe moyenne (fonctionnaires, enseignants, ouvriers, commerçants, médecins et agriculteurs...), dans le but avéré de les contraindre à la mendicité afin de les rendre disponibles à la corruption et donc plus malléables à gré.

" Sassou Nguesso " poursuit et développe la politique de bradage des richesses du sol et du sous-sol du Congo-B à travers des contrats léonins qui profitent à lui-même, à ses enfants, à ses proches et aux lobbies financiers étrangers signataires de ces contrats.
Il est parvenu à imposer la pensée unique dans le pays à travers les médias d'états et en limitant l'octroie des permis aux médias libres et indépendants, par des menaces  à peine voilées, par la pratique de torture à travers son instrument de répression (les cobras), par l'assassinat des "récalcitrants" devant servir de "leçon" aux autres audacieux congolais (incendies inexpliqués ou mort subite déguisée en crise cardiaque qui rappelle étrangement les empoisonnements de l'air parti unique).

La construction d'un palais présidentiel à Kinkala n'annihile pas les traumatismes subits par les habitants du pool et ne rétablira pas la confiance entre les victimes et leur bourreau en la personne de Sassou Nguesso. S'agissant des chômeurs laissés pour contre, ces 5 milliards de F CFA s'ils étaient investis dans des projets économiques, ils  pouvaient servir  à réduire le chômage de masse qui sévit dans la région et à donner vie à une jeunesse désabusée.
Sassou Nguesso et son gouvernement ayant en grippe la jeunesse congolaise et en particulier celle du pool ont privilégié leur sommeil d'une nuit à l'investissement porteur d'espoir dans une région sinistrée.

Les retro commissions qui suivent de telles réalisations feront encore le bonheur de Jean Jacques Bouya et de sa caste de chinois.
Sassou Nguesso pense ainsi justifier la répartition des revenus du pétrole depuis 1997 par l'implantation ça et là de quelque bribe de béton. Il fait erreur, s'il n'a pas de calculette, les congolaises et les congolais en ont au moins une. Sur le plan comptable, le peuple congolais est conscient que ces réalisations ne sont pas à la hauteur des gains du pétrole congolais.
Etant donné que les routes et les barrages qu'il se vente la réalisation ne sont pas financés sur fonds propres. Ce sont des emprunts que les générations futures devront un jour rembourser le couteau sous la gorge.
Est-il normal de léguer à nos enfants nos dépenses actuelles surtout lorsqu'on sait que Sassou et ses enfants dépensent sans compter. Où passe l'argent du pétrole ? Que font-ils des milliards de l'or noir ?

Enfin Moubarak et Ben Ali en ont aussi construit à l'époque où ils s'estimaient être le peuple à la place du peuple.
Ils n'ont pas eu le dernier mot sur le destin de leurs peuples. Le rendez-vous est pris entre Sassou et le peuple congolais, le reste n'est qu'une question de date et d'heure. Il doit répondre de tous les crimes qui lui sont attribués à tord ou à raison. Il se doit des explications au peuple congolais sur ses biens acquis à l'étrangers et sur sa gestion des revenus du pétrole.

Joseph Bafoua Nsoni

Commentaires  

 
0 #4 infidelité 30-08-2016 14:46
Je nageais dans la panade mais une fois visité votre site internet, J'en sais d'avantage.
je vous remercie
Citer
 
 
0 #3 borsalino 19-07-2016 17:23
Je ne pourrais pas m'abstenir de commenter. Extrêmement bien écris!
Citer
 
 
0 #2 Chapeau de paille 24-06-2016 06:50
Article quelques peu compliqué à lire mais extrêmement enrichissant
Citer
 
 
0 #1 Don Paris 11-12-2015 01:40
Post extra, je partage sur les réseaux sociaux
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir