Vous êtes ici >> Actualités Régions Pool Excédés par les braquages, une entreprise chinoise menace d’arrêter ses travaux

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Excédés par les braquages, une entreprise chinoise menace d’arrêter ses travaux

Envoyer Imprimer PDF

Des cadres chinois de l’entreprise «China state construction engineering corporation Itd», en charge des travaux de construction de la route lourde Pointe-Noire/Dolisie/ Mindouli/Igné/Brazzaville ont été victimes d’un braquage, mardi 8 mai dernier, sur la route nationale n°1, entre Kingoyi et Kinkembo, dans le district de Mindouli (département du Pool).

Les braqueurs ont emporté du matériel topographique, des téléphones portables, de l’argent, etc. Ils ont aussi détroussé d’autres usagers de la route, notamment des véhicules venant de Pointe-Noire, avant de disparaître dans la nature. Excédés par ces agressions -ce serait le onzième braquage dont les Chinois sont victimes depuis que les travaux de la route lourde sont au niveau du Pool-, l’entreprise chinoise menace d’arrêter les travaux. En tout cas, une délégation de cette entreprise a été reçue par le chef de l’Etat, à Oyo, jeudi 10 mai. Comment mettre fin à ces braquages?

Voilà la question qui tracasse le gouvernement, son chef, les services de sécurité et le comité consultatif d’appui et de suivi de la municipalisation accélérée du Pool.

Source La Semaine Africaine

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir