Vous êtes ici >> Commissions Environnement Les ouvriers ont débrayé sur le chantier de la future Université Denis Sassou Nguesso

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Les ouvriers ont débrayé sur le chantier de la future Université Denis Sassou Nguesso

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Lundi dernier, les ouvriers travaillant sur le chantier de la future Université Denis Sassou Nguesso, à Kintelé, banlieue Nord de Brazzaville,

ont cessé le travail et décidé d’une grève générale illimitée, tant que leurs revendications ne seront pas satisfaites par leur employeur.

Ils revendiquent le paiement des heures supplémentaires, qui ne sont pas prises en compte dans le traitement de leurs salaires, et le versement de leurs primes de panier. D’après eux, ils travaillent pendant 11heures par jour, en raison de l’urgence à livrer dans les délais les bâtiments, dont certains serviront de Village des jeux, à l’occasion des 11èmes Jeux africains qui se dérouleront au Congo, en 2015.

Or, selon la législation du travail, la durée du travail est de 7 heures par jour. Les responsables ont évoqué une défaillance du logiciel du traitement des salaires des ouvriers, pour justifier les manquements observés par les agents concernés sur les bulletins de paye. La direction d’Unicom, l’entreprise qui réalise les travaux de construction de la future université de Kintelé, et les délégués du personnel sont entrés en négociation, pour mettre fin à la grève des travailleurs.

Source La Semaine Africaine


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir