Vous êtes ici >> Commissions Environnement Véhicules électriques à Brazzaville: les Bluecars de Bolloré débarquent…

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Véhicules électriques à Brazzaville: les Bluecars de Bolloré débarquent…

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Une soixantaine de Bluecars, les véhicules électriques développés par Bolloré, doivent être livrés à Brazzaville, la capitale de la République du Congo, avant la fin du mois de juin.

Après la Guinée, le Togo, le Bénin et le Niger, le Congo va bientôt rouler à l'électrique. Pierre Bellerose, le directeur général de Bolloré Africa Logistics dans le pays, a reçu en effet un premier chargement de huit bus électriques débarqué à Pointe-Noire le 27 mai. Cinquante Bluecars suivront une semaine plus tard, puis sept bus supplémentaires avant la fin du mois de juin.

Fin avril, à Pointe-Noire, Vincent Bolloré avait fait la promesse d'équiper Brazzaville de ces véhicules électriques pour les Jeux panafricains, qui se dérouleront dans la capitale congolaise du 4 au 19 septembre prochain. Le groupe prévoit dans la foulée l'installation "de trois ou quatre Bluezones" (espaces multifonctionnels alimentés grâce à l'énergie solaire) à Mfilou, où le groupe construit un port sec, et d'autres sur le tracé du chemin de fer Congo-Océan. Avant d'attaquer la réalisation d'une ferme photovoltaïque de 2 mégawatts de capacité pour alimenter la région d'Impfondo, au nord du pays.

J.A.


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir