Vous êtes ici >> Commissions Environnement Les Indiscrets de Brazzaville du 17/03/2011

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Les Indiscrets de Brazzaville du 17/03/2011

Envoyer Imprimer PDF

Un surveillant du lycée Savorgnan de Brazza a gravement blessé un élève

Un élève a été projeté  du deuxième étage du Lycée Savorgnan de Brazza à Bacongo, par un surveillant en colère. L'élève est gravement blessé et est hospitalisé. Le Ministre de l'Enseignement Primaire et Secondaire s'en est pris aux Journalistes qui cherchaient à vérifier les faits. Le Ministre a imposé l'omerta au sein de ce lycée. Circulez, il n'y a rien à voir...

On en parle: le coup de gueule du colonel Ntsourou rapporté par Talassa

Dans son édition du mardi 8 mars 2011, le journal Talassa rapporte, en page 3, une communication faite par le colonel Marcel Ntsourou, secrétaire général adjoint du conseil national de sécurité, le 6 mars 2011, dans l’un de ses domiciles, à Brazzaville, en présence, selon le journal, de plus d’un millier de personnes dont près de neuf cents militaires et policiers. Au cours de cette communication, le colonel Ntsourou a tordu le cou aux «allégations mensongères qui sont savamment orchestrées par des prédateurs invétérés, mais aussi ses ennemis et ses détracteurs», et qui «ont pour objectif majeur de nuire et de porter atteinte à sa probité morale, sa dignité et sa crédibilité, mais aussi à vouloir semer la zizanie dans le pays».

Les Congolais admiratifs du coup de balai, de l’autre côté du fleuve Congo

En République Démocratique du Congo, des poursuites judiciaires et des arrestations sans précédent ont été annoncées, la semaine dernière. Le ministre du développement rural a été révoqué et inculpé pour détournement de fonds. Par ailleurs, un ministre provincial de l’Equateur est en prison, le procureur du Nord Kivu est poursuivi, ainsi que le président du tribunal de commerce de Lubumbashi (Province du Katanga). Enfin, plusieurs directeurs du Ministère des finances sont sur la liste d’attente, ainsi que des responsables des douanes, de la Loterie nationale, de la société nationale des pétroles. Cela ne fait que commencer, selon le ministre de la Justice de la R.D.C, pour qui ce n’est qu’une première vague et que ce coup de balai se poursuivra à l’infini. L’ayant appris sur R.f.i (Radio France internationale), de nombreux Congolais de Brazzaville sont admiratifs et souhaitent une même vigueur dans la lutte contre l’impunité  au Congo-Brazzaville, où l’on ferme les yeux même sur les actes de détournement et de corruption qui crèvent les yeux.

Une situation explosive à la S.n.d.e

Il y a quelques jours, on a constaté un attroupement de près de deux cents personnes en colère, devant la direction générale de la S.n.d.e (Société nationale de distribution d’eau), à Brazzaville. Des policiers veillaient, semble-t-il, pour éviter tout débordement, car on ne sait jamais... Etaient là, des tâcherons de la S.n.d.e qui veulent être intégrés dans l’entreprise et mettre fin à leur statut d’employés sans contrat de travail, ne percevant qu’une prime journalière de 1500 francs Cfa. Alors, ils ont pris un avocat. Avec ce dernier, ils ont donc assiégé la direction générale de leur entreprise. Finalement, pour les apaiser, un comité a été mis en place pour une opération de contrôle devant permettre d’apprécier la situation, au cas par cas, et d’envisager une démarche consensuelle. Eh oui, il vaut mieux prévoir que guérir.

Un jeune homme s’est suicidé à Mpila, pour des raisons inconnues

Le 22 février dernier, au quartier Mpila, à Talangaï, le sixième arrondissement de Brazzaville, un jeune homme de 24 ans, répondant au prénom de Chabrel, a été retrouvé pendu dans sa chambre à coucher, par son neveu et des volontaires du quartier. La corde, nouée au cou, était accrochée au plafond. Ni sa famille, ni ses amis ne connaissent le motif pour lequel il s’est suicidé. On parle, tout simplement, de propos s’apparentant à de la prophétie, selon lesquels il aurait laissé entendre à ses amis de ne point avoir de soucis, en apprenant, un jour, son décès. Mais, aux parents, il n’avait rien déclaré. La triste scène s’est déroulée au n°44 de la rue Okoumé, non loin du marché de Yoro.

Mort-né à l’hôpital de base Ouesso: le médecin-chef s’en prend à la sage-femme

Vers 19h, dans la nuit du 7 mars dernier, une jeune femme enceinte se présente à l’hôpital de base de Ouesso, avec des douleurs d’accouchement. C’est une sage-femme stagiaire qui la consulte et qui constate que vue la taille de l’enfant, elle ne pouvait pas supporter d’accoucher normalement. La sage-femme fait alors appel à l’équipe d’astreinte, chargée de contacter le médecin-chef. Mais, les membres de l’équipe d’astreinte sont arrivés en retard et ils ont hésité, toute la nuit, de saisir le médecin-chef. Le lendemain, à 8h, l’irréparable s’est produit: un mort-né. Ayant appris la nouvelle, le médecin-chef est arrivé en colère et s’en est pris à la sage-femme à qui elle administré un puissant coup de poing à l’épaule qui a failli la jeter par terre. Ce médecin-chef ne veut plus qu’il y ait de mort-né dans son hôpital. Mais, pour une journée internationale de la femme, quel symbole? Apparemment, l’affaire s’est arrêtée là. Comme quoi, il y a encore du chemin à faire dans l’émancipation de la femme.

En voie d’obtenir gain de cause, la C.r.p.e a levé définitivement sa grève

Parce que ses revendications sont en voie d’être totalement satisfaites, par le gouvernement, la C.r.p.e (Concertation pour la revalorisation de la profession d’enseignant), une plate-forme syndicale autonome des travailleurs de l’enseignement, a levé, définitivement, le mot d’ordre de grève lancé le 3 janvier 2011 et suspendu le 21 janvier. Elle a, en même temps, prié ses membres de reprendre avec la craie, dans leurs établissements scolaires respectifs. La décision de lever, définitivement, le mot d’ordre de grève a été pris au cours de l’assemblée générale tenue au Lycée Savorgnan De Brazza, à Brazzaville. Les négociations avec le gouvernement, ouvertes depuis le 19 janvier dernier, concernent les avancements et autres promotions des enseignants, le paiement des rappels des soldes d’activités dûs aux enseignants ex-appelés, ex-volontaires et ex-radiés, l’harmonisation des textes de recrutements, le recrutement des enseignants campagne 2010, le mandatement des primes et indemnités des enseignants. Toutefois, le syndicat reste sur ses gardes, a dit l’un des ses co-présidents.

Des réfugiés de la République Démocratique du Congo veulent quitter le Congo-Brazzaville

Sept cents réfugiés ressortissants de la République Démocratique du Congo, vivant à Brazzaville, ne se sentent plus à l’aise, dans notre pays. Non seulement, ils affirment être abandonnés à eux-mêmes, mais en plus, ils se plaignent du fait que le H.c.r (Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés) ne fait rien pour qu’ils obtiennent le droit d’asile. Selon leur porte-parole, ils vivent dans la peur et l’angoisse, craignant d’éventuelles représailles de Kinshasa, car parmi eux, il y a des condamnés par contumace dans leur pays. A cause de cela, ils demandent, maintenant, leur évacuation dans des pays éloignés de l’Afrique centrale.