23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Commissions Environnement Blue Solutions s’affiche à Brazzaville

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Blue Solutions s’affiche à Brazzaville

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

64 véhicules électriques du groupe Bolloré sont déployés à Brazzaville dans le cadre des Jeux africains, organisés en septembre dans la capitale congolaise.

Une soixantaine de véhicules électriques de la gamme de solutions énergétiques développés par Bolloré sont déployés à Brazzaville dans le cadre des Jeux africains. L'occasion pour le groupe français de faire davantage connaître ces solutions.

« La logistique c’est bien, les énergies nouvelles c’est important aussi ». Pour le lancement de Bluecongo, c’est Vincent Bolloré en personne qui est aux manettes. Face-caméra, dans une vidéo diffusée sur le compte Youtube du groupe hexagonal, l’entrepreneur français détaille les objectifs de cette co-entreprise formée avec Qatar Airways.

Lancée à l’occasion des Jeux africains de Brazzaville, qui se déroulent du 4 au 19 septembre, Bluecongo entend faire connaître et démontrer l’efficacité de Blue Solutions, la gamme de produits énergétiques développée par le groupe français.

Pour l’occasion, et comme l’avait dévoilé Jeune Afrique en mai dernier, 50 Bluecar (des citadines de 4 places) et 14 Bluebus (23 places) électriques équipés de batteries LMP développées par Bolloré ont été mis au service du comité d’organisation des Jeux africains et transporteront les délégations officielles et les sportifs sur les différents sites de la compétition. Quatre stations de recharge connectées à des panneaux photovoltaïques ont été déployées dans la capitale congolaise.

Démontrer

« Avec nos amis du Qatar nous avons décidé de démontrer qu’on pouvait installer au Congo un système de fourniture d’énergie qui va permettre de donner à ces Jeux non seulement les plus importantes technologies mais aussi des énergies propres », explique Vincent Bolloré.

Le groupe français, dont la filiale Bolloré Africa Logistics s’est imposée comme le premier opérateur de logistique intégrée en Afrique, a poursuivi au cours des deux dernières années le déploiement de différents produits de Blue Solutions sur le continent.

Au Congo-Brazzaville, le groupe français entend montrer l’étendue de sa gamme de solutions énergétiques. Outre les véhicules et cars électriques, Bolloré compte installer des Bluezones – des espaces multifonctionnels alimentés grâce à l’énergie solaire – à Mfilou, où le groupe construit un port sec, et d’autres sur le tracé du chemin de fer Congo-Océan. La réalisation d’une ferme photovoltaïque de 2 mégawatts de capacité pour alimenter la région d’Impfondo, au nord du pays, est également prévue.

Partenaire

« Ce qu’on veut démontrer en Afrique c’est qu’on est un partenaire pour les questions technologiques, mais qu’on est capable également d’aller faire des développements dans les énergies nouvelles », résume Vicnent Bolloré. Et peut-être aller au-delà.

Le patron français, qui a pris cette année le contrôle du groupe de communication Vivendi (Canal Plus, Dailymotion, Universal), annonce l’ouverture prochaine à Brazzaville de Canal Olympia, qui servira à la fois de cinéma et de salle de spectacles et « permettra de repérer et internationaliser les talents du Congo », assure l’entrepreneur français.

Par Joël Té-Léssia

Source Jeune Afrique


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir