Vous êtes ici >> Commissions Environnement Des malfrats dans les mailles de la police nationale

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Des malfrats dans les mailles de la police nationale

Envoyer Imprimer PDF

Le chef d’un gang et d'autres personnes suspectées de meurtres ont été arrêtés le 23 mai 2011. Le chef d’un gang des quartiers périphériques nord de Brazzaville, ElongoTheodore, ainsi que des suspects des meurtres de Bina Chrisdin alias Kitch, danseur du groupe «Zembé» et d’un sujet ouest-africain commis il y a trois semaines,

ont été arrêtés et présentés à la presse le 23 mai dans la capitale.

Elongo Theodore, 42 ans, sous officier des eaux et forets, s’était constitué bourreau sur les hauteurs du quartier Ngamakosso (périphérie nord de Brazzaville). Il est auteur de multiples brimades et vente illicite des parcelles d’autrui. Le meurtre du danseur de «Zembé» Bina Chrisdin alias Kitch, a été commis dans la nuit du 5 au 6 mai à Talangai, par le groupe de Ngakosso junior et un certain Nice dont font partie les sieurs Kakou et Atipault. D’après la police, il s’agit invraisemblablement d’un règlement de compte entre groupes rivaux. La victime a été battue à mort et a succombé de ses blessures. Dans la nuit du 6 au 7 mai, le groupe de Nguessele Elbach, Ngakosso Maurel alias mowé, Penaga Vladmich, Itoua Landry et leurs complices mesdemoiselles Tedia et la surnommée Djani versace en fuite, ont donné la mort en sectionnant la carotide avec un tesson de bouteille à un sujet ouest africain. Il s’agit d’une affaire banale où les assaillants s’étant introduits dans la boutique du ouest- africain à Talangai sous prétexte d’acheter de l’eau, ont créé des histoires incompréhensives suivies d’altercations et mort du ouest-africain.

Les accusés ont reconnu les faits qui leur sont reprochés et ont démontré leur mode opératoire en présence du directeur général de la police nationale, le général Jean François Ndenguet. Nous appelons les populations à la vigilance et nous demandons leur coopération afin de mettre hors d’état de nuire tous les malfrats qui écument la cité. Ce coup-de-massue, a été rendu possible grâce à l’habileté des services de police mais aussi, à la coopération des populations qui n’ont pas hésité de dénoncer la cachette de ces malfaiteurs. Nous mettons en garde tous les brigands ; la police nationale sera à vos trousses si vous continuez à troubler la quiétude de la cité, a indiqué le porte-parole de la police nationale, le colonel Jean Aive Allakoua.


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir