Vous êtes ici >> Commissions Environnement Lycée Savorgnan De Brazza: La devanture transformée en terminus de bus!

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Lycée Savorgnan De Brazza: La devanture transformée en terminus de bus!

Envoyer Imprimer PDF

Lycéens, chargeurs de bus et usagers se côtoient, même pendant les heures des cours.

Depuis une dizaine de jours, la devanture du Lycée Pierre Savorgnan de Brazza, l’un des plus grands de Brazzaville, est transformée en parking de bus, à la surprise générale des élèves et des usagers du transport en commun. Les travaux de réfection du parking de marché Total à Bacongo sont encore en cours et tout stationnement de bus à cet endroit a été interdit par les autorités de la commune. Si les élèves et les enseignants ne reconnaissent pas la perturbation des cours à cause de cet emplacement des bus, il y en a qui se plaignent néanmoins du bruit occasionné par le nombre impressionnant des moyens de transport en commun ainsi que des usagers. Hier, c'était un endroit calme, aujourd'hui c'est le grand vacarme. Il n'y a pas que les usagers. Nous avons ici toute sorte de "bandits", prêts à perturber l'établissement dès qu'il y a la pagaille, s'inquiète Fath Loubanda, élève-syndicaliste au lycée Savorgnan de Brazza.

C'est la porte d'entrée à la pagaille si l'on y prend garde. Très souvent quand il y a la pagaille à l'école, les auteurs viennent du marché Total, et maintenant qu'ils sont à nos portes, on ne peut pas être content, indique un enseignant de Mathématiques.

Même loin des salles de classe, les élèves craignent la perturbation de leur quiétude. A partir de midi, cette devanture est invivable avec la foule de gens qui viennent prendre ou descendre de bus, dénonce Firmine, une élève de Première A.

C’est en fin janvier que la société de construction SOCOFRAN a lancé les travaux de réfection du parking du marché Total, un des plus grands marchés de la capitale congolaise. Un premier travail de terrassement de terrain s’effectue avec succès. Après le terrassement avec la latérite, nous allons passer un coup de bitume afin de faire commode avec la voie principale et celle qui traverse le marché, des voies déjà goudronnées, explique un agent de SOCOFRAN, manœuvrant un engin de travaux publics. Il ajoute: Nous devrons finir d'ici le 15 février et tout devrait rentrer dans l'ordre.

Les usagers du transport en commun ne se sont plus retrouvés pendant des jours au lieu où il fallait désormais prendre les bus en direction de Talangaï, de Mfilou ou de Ouenzé. "Tous les bus sont au même endroit et on ne sait pas lequel va dans quelle direction", se demande un usager.

Il nous a fallu du temps pour nous adapter. Surtout quand la nuit tombe, c'est très mal organisé ici; les bus garent dans tous les sens, et les usagers courent comme de petits enfants, déplore pour sa part un autre usager.

Depuis l'année dernière, la circulation était devenue insupportable à l'entrée du marché Total faute d'un parking. Les grands bus de type coaster manœuvrant en pleine chaussée, bloquaient la circulation entre le quartier Bacongo et l'Institut français au niveau du marché Total. Cela pouvait durer de bonnes éternelles minutes. Nous étions obligés d'être tous les jours là pour dégager les voitures, raconte un adjudant de la police routière, visiblement soulagé.

Connu comme une vraie gare routière, le parking du marché Total a pendant des années d'après guerres civiles pris d'assaut par des vendeurs qui étalent par terre. Le rétrécissement de ce parking a conduit certains véhicules à stationner carrément sur la voie principale. Nous estimons que le parking moderne en construction nous aidera tous, les bus comme les taxis, espère un chauffeur de taxi.

© Ngouela Ngoussou


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir