19/01/2017

Dernière mise à jour11:48:57 AM GMT

Vous êtes ici >> Diaspora Actualités UKRAINE : Les Noirs et les Arabes présentés comme des singes libidineux à la une d'un journal ukrainien

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

UKRAINE : Les Noirs et les Arabes présentés comme des singes libidineux à la une d'un journal ukrainien

Envoyer Imprimer PDF
Ce photomontage odieux a été publié par un journal ukrainen de la ville de Ternopil. Notre Observateur, un étudiant congolais qui vit dans cette localité, nous raconte que cet incident est révélateur du racisme dont il est victime au quotidien.
"Nova Ternopil" a publié cette photo en illustration d'un article sur une bagarre qui aurait éclaté dans un bar local. Selon le journal, des "Arabes" et des "Africains" se battaient pour obtenir les faveurs d'une prostituée ukrainienne. Au premier plan du photomontage, on voit une jeune femme femme entourée de singes. En arrière plan, on aperçoit un groupe d'étudiants noirs qui prennent un verre. Des jeunes gens qui n'ont rien à voir avec l'altercation décrite dans l'article.
Nous cherchons à joindre des responsables de "Nova Ternopil" afin qu'ils commentent leur publication. Nous publierons leurs réactions dès que nous  les aurons recueillies.

"J'ai vu des étudiants ukrainiens qui riaient en lisant le journal"

Beckhs Love est un étudiant congolais de l'université de technologies Ivan Puluj à Ternopil. Il vit en Ukraine depuis quatre ans.
Le responsable des étudiants étrangers de l'université m'a convoqué dans son bureau hier. Il m'a montré la une du journal. J'ai été vraiment choqué. Je n'en croyais pas mes yeux.
Le responsable m'a dit que c'était affreux, mais m'a demandé de rester calme. Selon lui, ce n'était que de la provocation et il fallait que je demande aux étudiants étrangers de ne pas s'énerver. Il m'a demandé ça à moi parce que je parle ukrainien et que je joue un rôle de coordinateur pour la communauté des étudiants étrangers.
Il s'avère que le journal a simplement réutilisé une vieille photo et l'a retouchée. On ne sait pas comment ils ont obtenu ce cliché.
Sur le campus, j'ai vu des étudiants ukrainiens qui riaient en lisant le journal. Je me suis approché et je leur ai dit : "Vous trouvez ça drôle ? Ça donne une bonne image de votre pays à l'approche de l'Euro [l'Ukraine co-organise l'Euro 2012 de football]  ? Vous n'êtes plus en Union soviétique !"
Je ne comprends pas pourquoi ils nous donnent des visas pour venir étudier ici s'ils ne veulent pas de nous. Je vais dire aux gens dans mon pays de ne plus envoyer leurs enfants en Ukraine. Ici, on est mis à l'écart. On reste entre Africains et très peu d'étudiants ukrainiens nous parlent. Et en dehors de l'université, c'est encore pire. La nuit, c'est même dangereux pour nous de sortir. On se fait insulter tout le temps. Il n'y a pas très longtemps, je me suis fait agresser en rentrant du supermarché. Mais quand j'en ai parlé à la police, on m'a simplement menacé de me renvoyer chez moi.
Il est difficile pour nous de faire valoir nos droits ici. Mais nous essayons d'avoir un rendez-vous avec le directeur du journal qui a publié le photomontage, pour qu'il puisse s'expliquer.

© France 24

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir